Madame,

Ma chère ministre de la Santé,

Je ne cite pas ton nom, puisque depuis le formidable remaniement qui nous a changé la vie, on ne sait pas trop qui tu es. Il faut dire, pôvre Nora, que tu as été très malade...

Ma chère ministre, disais je donc, j’ai une réclamation à te faire.

Il y a quelques années, environ 10 ans, j’ai acquis (de manière tout à fait légale, je ne l’ai même pas téléchargé), un petit anesthésiste tout frais. Un anesthésiste public, bien sûr, car tu sais que je ne suis pas capitaliste. Il m’était ma foi fort utile, dans mon quotidien. Il était souriant, affable, gentil, svelte, sportif. Il descendait les poubelles, enlevait les ronces du jardin, vidait le lave-vaisselle, ponçait les meubles kitchs que je lui ramenais. Sans broncher. De temps en temps, même, il me faisait des enfants. Il était en parfait état de marche.

Or depuis quelques temps, vois tu, mon petit anesthésiste public personnel donne quelques signes d’usure prématurée. A la maison, pourtant, j’t’jure, j’en abuse pas. Je suis raisonnable.  Je sais que le service public va mal, qu’ils sont 4,5 au lieu de 6 dans le service, qu’il doit encaisser 400 accouchements de plus par an sans broncher, qu’il doit sauver l’hôpital public avec ses petites épaules, alors j’essaie de ne pas trop l’embêter avec les enfants (pour preuve, j’en ai même pas fait un petit depuis 4 ans…), les ronces et les meubles kitchs.

Cependant, j’ai pu constater des vices de fabrication dans mon petit anesthésiste public personnel. Je sais, tu vas me dire :« pièces d’usure, pas de garantie », mais là, je crois que tu bluffes. Parce que tu vois, en usage normal, à environ 48 heures la semaine, mon petit anesthésiste public personnel ne s’use pas plus que ça. En fait, le problème, c’est que là, il est en condition anormale d’utilisation. Par exemple, tu lui as généreusement permis, il y a environ un an, d’embaucher un esclave (oui, je sais, ça ne s’appelle pas comme ça, on dit « faisant fonction d’interne venu du Maghreb payé 1500 euros par mois après 12 ans d’études ». Explique moi la différence et j’emploierais le bon vocabulaire), c’était plutôt sympa. Mais quand l’esclave rentre au pays, enterrer successivement son père, puis veiller sa mère mourrante, les petits anesthésistes publics sont trois et demi. ça fait pas beaucoup pour assurer les gardes. Ils ne sont pas loin de doubler leur durée légale d’utilisation. A près de 90 heures la semaine, forcément, ils s’abiment  beaucoup plus vite… Ensuite, quand tu leur ponds un projet de réforme dans lequel les crédits dédiés à la permanence des soins la nuit, vont être en partie transférés au privé, alors que l’activité de nuit est en très grande majorité assurée par les hôpitaux publics, et alors que les quelques malheureux actes prodigués par le privé sont déjà facturés à la Sécurité Sociale, tu vois, tu me le rends bien nerveux, mon petit anesthésiste public. Et je ne te dis pas quand tu me le menaces de passer le temps de travail légal à 60 heures, ni vu ni connu je t’embrouille, mais mon pov’ monsieur, on n’y peut rien c’est la fautàlEurop… Alors là, je te raconte pas comme il devient agressif…

Alors je sais pas, moi, qu’est ce qu’on fait?

Quoi, tu veux tous les faire piquer, les petits anesthésistes publics? OOoh,on t’a dit que c’était pas très moral ? D’façon tu sais, au rythme que tu leur imposes, il ne va pas en rester beaucoup. Soit ils quittent leurs habits de petits anesthésistes publics, la mort dans l’âme pour sauver leurs fesses. Soit ils tentent de sauver leur âme au détriment de leurs fesses.

Moi je te propose un deal. Je garde le petit anesthésiste public, je dis rien sur son état de marche, tout ça reste entre nous, je ne réclame pas de dommages et intérêts, et toi tu lui rends son hôpital public pour qu’il puisse faire joujou normalement. Je pense que c’est un bon deal, d’ailleurs, tu conviendras après tes 6 mois payés par la Sécu, que c’est pas si mal, le service public…

Allez, des bises, et remets toi bien. C’est important, la santé…

 

Share Button

31 réflexions sur “Madame,

  1. moi je veux faire ça comme métier plus tard quand je serais grande, c’est beau d’être au service des autres … ministre, c’est un truc pour moi c’est sur ! et promis moi je ferais que ça et je serais pas malade !
    des bises de réconfort à ton anésthésiste ! et du courage …
  2. prends bien soin de ton petit anesthésiste, faudrait pas qu’il ait un coup de pompe qui risque de l’endormir. J’aime beaucoup ta narration qui ne laisse aucun doute sur le dur labeur du milieu hospitalier. Des gens courageux, dévoués qui à force de subir les risques du métier risquent de se détourner de leur vocation première. Bien de la sympathie et du courage pour ton petit anesthésiste.
  3. Rarement lu un tel ton pour dénoncer la condamnation, à pas si long terme, de l’hôpital public par notre très cher gouvernement. Je ne possède à titre personnel ni anesthésiste public, ni interne ni même de simple petit aide-soignant, mais j’en ai l’usage à l’occasion, à titre de location gratuite. Et vu mes moyens, qui comme ceux d’une grosse partie de la population me paraissent ressembler, les jours de bonne disposition d’esprit, à une plaisanterie, j’en suis fort aise. Soutien à l’hôpital public en général et aux anesthésistes anémiés en particulier !
  4. Pour ma part, je loue depuis 35 ans un spécialiste des poumons, rencontré dans les couloirs de l’hôpital au sein duquel j’assure également d’humbles prestations.
    Prudence avant de signer un contrat de location, car la garantie ne porte pas sur la durée : mon colocataire vient de subir une méchante attaque cardiaque.
    Il en a réchappé fort heureusement, car tout de même ma brave dame, on ne rompt pas un contrat sans préavis.
    Depuis, j’ai instauré des quotas aux abus en tout genres : cigarettes, alcool, et t’ites pépées… je veux dire, aux abus de travail pendant 60 h/semaine, stress quotidien, poids des responsabilités, parce que mon colocataire il fume pas, il boit pas, et il …. quand il n’est pas trop fatigué….
    Bonne journée à tous et à toutes
  5. Hier soir, je laissais un com chez liloute pour dire que tu cousais plus, tu lisais plus et je me demandais ce que tu faisais…

    Ah ben je sais, tu fais la Fanny!

    Je plaisante, mais en vrai, je compatis… Ici, c’est pas dans le milieu hospitalier, c’est pas dans le public que je loue, mais je te promets qu’au niveau horaire, je compte plus car on est sans doute à plus de 60h si on compte les heures faites en plus à la maison (et pas pour la famille, hein!) et vu qu’il est pas payé à l’heure mais à la tâche, ben voilà, quoi… Lui, il me dit qu’il a pas le choix, et moi je me dis que le monde tourne à l’envers, mais en même temps, je travaille pas pour nourrir mes enfants, alors jusqu’où j’ai le droit de râler???

  6. que dire… tu sais ce que j’en pense et que je le vis de près !!
    nous, on a des esclaves en obstétrique… qui se font engueuler quand, enceintes de 23sa, elles osent partir à 14h après leur garde de 24h parce-qu’elles n’ont plus rien de concret à faire, et ne vont pas chercher la petite bête…
  7. Tu es incroyable!!!! Réussir à pondre une lettre de protestation sur un sujet aussi sérieux et difficile où j’ai envie de me tordre de rire en le lisant, moi, je dis Chapeau bas!
    Bon, je n’habite pas en France mais il est vrai que les problèmes de ce type, on les retrouve également en Belgique et ailleurs, dans le milieu médical ou autre et que la vie commence à devenir de plus en plus compliquée, quoi qu’on décide de faire comme métier et en particulier si on travaille dans le secteur public (ce qui est mon cas, je suis enseignante).
    Bon, je ne sais pas si cette chère ministre te lira (bien qu’elle devrait) mais j’espère que pour ton petit anesthésiste public local les choses vont un peu s’améliorer… (on peut toujours rêver et espérer, non?)
  8. Tu devrais lui envoyer EN VRAI + copie jointe à quelques canards et blogs influents (tu sais, tu as vraiment une belle plume!)

    Rien à voir: tu sais que lorsqu’on est sur ton blog, on sursaute en entendant la musique d’une pub vidéo Continental qui se met à rugir sans crier garde?

  9. Moi je croyais que c’était toujours Xavier Bertrand notre ministre, pfff on me dit jamais rien à moi…

    Bravo pour ce billet, qui réussit à être à la fois juste, drôle et dramatique (non je ne cherche pas à me faire offrir un gilet! Quoique…)

    Tu m’autorises à le tweeter pour mes copains docteurs/blogueurs?

  10. bon, je lis pas les comm’ précédents le mien et je te livre du pur jus : mon courant d’air fait au bas mot 70 h par semaine donc forcément 48 ou 60h ça me semble (bien) moins .. d’un autre côté il le fait pour sa pomme donc ça change aussi la donne … et anesthésiste dans le privé ça dit quoi ?
  11. j’aime beaucoup le ton de ton article. je soutiens de toutes mes forces le service public dans son ensemble. hôpitaux, école, SNCF, poste… courage à ton anesthésiste public pour ne pas quitter le navire….. courage à toi aussi pour le soutenir.
    tu devrais trouver une solution pour faire publier ton article dont le ton me parait terriblement efficace. au Canard ?
  12. Moi je dis aussi : envoie donc cet article à la fois drôle et très angoissant à des journaux. J’ai une boule dans la gorge en te lisant, en pensant à tous les anesthésistes formidables qui m’ont sauvée souvent, dans les accouchements difficiles, en pensant à Sam non moins formidable qui s’use la santé à aider des gens pour pô cher tous les jours… Courage et bravo, sincèrement.
  13. avoir le sens du service public….
    ou pas…..
    à quel prix…..
    le payer de sa santé….ou du bien être de toute la famille….
    pffff…et l’état qui fait bosser ses fonctionnaires 90H sans se poser de questions….sans parler des esclaves qui sont de plus en plus nombreux, et qui font souvent tous les dimanches pour augmenter leur maigre paye….
    ouaip…finalement, je me dis que je vais les regarder un peu moins de travers ceux qui partent dans le privé…ya de quoi se décourager…ceux qui restent sont de vrais héros!
    J’ai supporté les 80h par semaine, les 36h d’affilées aux urgences sans dormir, parce que je savais que ça durerait uniquement le temps de l’internat…mais pour ton anesthésiste…ça commence à faire….bon, ben comment on fait?
    tu pourrais pas envoyer ta lettre?
    la laisser en message sur le répondur de là bas si j’y suis?
    est ce qu’un mouvement de grève est prévu?
    ça nous concerne tous…vraiment…la santé c’est important…et si ya plus d’anesthésiste…on va être trèèèèèèèèèès mal…..
    (quoi que un bout de bois entre les dents , ça permettrait de faire pas mal d’économies….)
    courage à ton héros!
  14. j’aime beaucoup le ton doux amer de ton billet (enfin surtout amer ))…ma pov’ dame c’est tte la fonction publique qui suit le même sort que ton petit anesthésiste…et c’est pas joli joli ((
  15. ton anesthésiste de chéri est dans le même état que mes docteurs de mon service chéri….reflet de la santé de la santé publique…..sans doute, et que c’est triste………
  16. J’adore. (Le ton, le style, tout ce que tu dis, hein… J’adore pas que ton petit anesthésiste soit fatigué, mais alors pas du tout.)
    Prends bien soin de lui. En attendant que les choses bougent (et dans le bon sens, cette fois…)
  17. Misère, rien que ton premier paragraphe me laisse bouche bée (j’allais dire « sur le cul », mais c’est pas poli-poli, quand même… Tttttt… ). Oui, j’avoue, honte à moi, je n’ai RIEN suivi du dernier remaniement ministériel, tant je suis blasée, je ne vois pas en quoi le changement d’un ou deux pantins pourrait apporter un quelconque mieux. Mais passons.
    Donc, disais-je, je reste perplexe en apprenant qu’une fraudeuse à l’arrêt maladie est devenue secrétaire d’état à la santé. Manquerait plus qu’un ancien élu frappé pendant quelque temps d’inégibilité devienne ministre des affaires étrangères, et j’en perdrais vraiment toute foi en la politique, tiens. Bref.
    Pour le service public de la santé, je ne peux que te soutenir. Sans faire de démagogie, je me demande souvent comment on peut imposer de tels horaires à des gens qui ont en charge notre santé. Je reste admirative qu’il y ait, au fond, si peu « d’erreurs médicales ». Bon courage à ton anesthésiste d’homme, je ne dirai pas « en attendant des temps meilleurs », car je doute un peu qu’ils arrivent, au fond…
  18. En fait c’est très simple: tous les ans, on balance ni vu ni connu une petite loi de rien du tout, bien petite, qui passe presque inaperçue, mais qui fout un bordel monstrueux. Puis une autre, encore une autre…Et tous les ans, le service public (au service du public donc, des gens qui n’ont pas pour but de se faire du fric mais d’être au service du public, on ne le rappelle jamais assez dans ce monde de fric), tous les ans donc disais-je, le service public se casse un peu plus la figure.
    Alors les gens râlent. Et le gouvernement se frotte les mains.
    Et quand les gens râlent, bah, le super-trop-fort gouvernement leur propose une alternative biiiiiiiiiiiiiiiiien meilleure ma petite dame: le privé! C’est tellement mieux le privé, des gens qui n’ont pour but que de se faire du fric, et certainement pas d’être au service du public…
    Et pof, ni vu ni connu, on privatise.
    Et bien sûr, les gens paient, parce-que le privé, les prix ne sont pas fixes, hein, ça varie en fonction de je ne sais quoi (Clinique à dépassements d’honoraires, école privée…). Chaque année un peu plus…Et quand ils se mettront à râler, les gens, il sera trop tard…Ecole, Hopitaux, j’en passe. Tous solidaires, et tous incompris
    Grosses bises de soutien à l’anesthésiste public (tant que sa fonction existe encore!)
  19. Bon, en même temps, tu lui fait des purs meubles de mémé Germaine (j’dis rien, je juge pas hein !! ) alors y peut bien encaisser 120 heures par semaine non ??

    ….

    Bon ma Fanny, respect pour ce billet… si j’étais toi, je l’enverrai au canard Enchainé!! ^^

  20. Oh my god … le nom de l’hopital où il travaille commence par un B(——-E) non ?
    Nom de diou, la prochaine fois que j’accouche là-bas, je vais avoir des sueurs froides tant qu’ils ne m’auront pas posé ma péri!
    Plaisanterie (quoi que …) mise à part, les professionnels de santé devraient être payés 5 fois plus et être acclamés par la population. Franchement je ne comprends pas que l’on laisse des gens qui oeuvrent pour le bien être individuel et collectif dans de telles situations. C’est inhumain, dangereux et totalement amoral. Il est (encore un peu) bien notre service public, il faudrait se donner les moyens de le sauver et l’améliorer avant d’avoir à aller se faire opérer en Roumanie …
    Courage à ton anesthésiste qui paye cher ses convictions et courage à toi parce que ça ne doit pas être une situation facile.
    Et comme pas mal de commentatrices, je trouve que tu devrais envoyer ce post au Canard Enchaîné.
  21. bonsoir, c’est rigolo car j’ai l’impression que tu connais ma vie comme personne!!! je suis obstétricienne et chirurgienne en public et accessoirement un mari et trois enfants, je pense aussi qu’il faut des convictions et du courage pour rester à l’hôpital mais ça notre administration et nos ministres ne le pensent pas!! trimons comme des bêtes pendant 11 ans d’étude et que les arbitres de foot fassent grève car ils ne sont pas assez payés, le monde marche à l’envers!!
  22. Pingback: Le tigre et le sage |

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *