Peau d’âne, cendrillon et moi

Je sens mes lectrices antisociales défaillir… Quoi? Moi, j’aurai cédé aux sirènes du troupeau? Moi qui me plaint (souvent, car je suis une plainte permanente, un grognement perpétuel, une sempiternelle récrimination…) de ne pas avoir de temps pour coudre, vous croyez vraiment que j’aurai acheté ce livre, ce si beau livre de déguisements meeeeeerveilleux et si pouétiques,  où les patrons n’indiquent pas le bon métrage, ne donnent pas les bonnes planches, et taillent pour des mutants yankees nourris aux hamburgers frites,  de 3 m 50 sur 12?… Tout cela est … si surprenant, ils sont pourtant d’habitude si soignés, ces patrons…

Hin hin.

Oh pardon, ça m’a échappé.

Point du tout, je ne te cause pas de peau de bestiole trafiquée avec de la moumoute synthétique et des oreilles qui pendouillent lamentablement, ni de robe en satin rôôôse. Je te parle des vraies Peau d’Âne et Cendrillon, celles qui ont bercé mon univers d’enfant romantique, qui attendait le prince charmant en écrivant des poyèmes à la plume. J’ai déjà fait mon coming out de petite fille douce et sage, habillée en rose et regardant mollement l’horizon. En plus de ça, comme toutes les petites filles, j’ai lu des contes de fées, vibré pour le beau Prince et rêvé d’être comme la Princesse. Les boules. Fiona n’était pas née, je ne pouvais pas encore m’identifier à celle qui dit des gros mots et fait péter la grenouille.
De cette époque cul-cul, consignée quelque part dans des cahiers Sarah Kay qui sentent la fraise, j’ai gardé comme une sorte de fierté, car j’avais un point commun avec les princesses. Si si. Incrédules vous êtes? Je vous entends penser à la marâtre acariâtre qui pourrait expliquer un tel traumatisme.
Et ben non. Le point commun, celui qui fait ma fierté depuis toujours, me rendant éligible au rang de la princesse, ce sont mes panards et mes paluches.  Vous vous souvenez, toutes ces Berthe chaussant du 40 essayant d’enfiler la chaussure de vair minuscule? Toutes ces greluches se contorsionnant pour enfiler le tout petit anneau sur leurs gros doigts boudinés?  Ben moi, je passe le casting haut la main, avec la quasi plus petite taille d’anneau et des tatanes qui ont du mal à tenir le sol tellement qu’elles sont petites. A quoi tiennent nos petites fiertés, quand même…
En plus, mon orgueil ne cesse de s’amplifier, comme une grosse baudruche graisseuse, car mes enfants ont eu le fort bon goût de développer les mêmes caractéristiques génétiques. Ce sont des sortes de petits Moi, donc ils sont parfaits. J’ai bien fait de me reproduire, pour l’avenir de l’humanité.
H, surtout. A 10 ans, elle chausse du 33, et ses mains sont des minuscules petites choses pleines de doigts. So chic.

Le hic, c’est les gants. En taille 6 ans, les gants sont roses, sont plus souvent des moufles et pas des mitaines comme elle souhaitait. Car les mitaines, c’est un accessoire très tendance chez la préado. J’avais donc une commande de mitaines, mais avec le petit capuchon rabattable pour ne pas avoir froid. ça, et pas autre chose. (aucun lien, dans ce trait de caractère, avec une transmission génétique quelconque, je vous en prie, restons dans le sujet…)
Quelques heures de Ravelry plus tard, quelques visionnages  de magic loop dans le miroir (car je vous rappelle que je fais tout à l’envers, donc je matte les vidéos des droitières dans un miroir, le plus souvent lorsque je suis seule, car j’ai conscience du ridicule de la chose… ), et hop, cendrillon/ peau d’âne a ses mitaines…
mitaines_heie_1

mitaines_Heil_2

mitaines_heil3

Modèle: Urban Necessity Gloves sur Ravelry
Laine Alpaca Drops (les restes…) toujours en aiguilles 3 et magic loop. Petites pressions Ar Brinic pour tenir le capuchon.

Je  n’ai pas réussi à bien comprendre les différentes augmentations intercalaires droites et gauches, ça fait des petits trous, va falloir que je retravaille mon miroir, ô beau miroir…
C’est une bidouille car la laine prévue se tricote en 4,5, je crois, j’ai donc monté les mailles comme pour la taille la plus grande, et ça colle...

Et Cendrillon va pouvoir négligemment perdre ses gants à l’école. Elle peut, c’est une princesse…

Share Button

21 réflexions sur “Peau d’âne, cendrillon et moi

  1. Rhah elles sont belles ! Cette couleur est incroyable, et le magic loop je m’incline bien bas, ce qui confirme au passage ta princessitude, et hop.
    J’avoue avoir eu un moment de « noooooooooooooon, c’est pas vrai » à la lecture du titre
    Les p’tites mains, les p’tits pieds, c’est ce qu’il y a de plus mignon je suis bien d’accord (dit la maman parfaitement objective d’une cocotte qui chausse du 22-23 à  » ans 1/2 bien tassés). Par curiosité, tu « chausses » du combien en bague ? Mon alliance c’est du 45, le bijoutier ne voulait pas me croire.
  2. Oh, ben j’espère qu’elle ne perdra pas de si jolis gants (les boules pour la maman tricoteuse quand même!)
    C’est vrai: il ne manque plus qu’un col
  3. Pour ne pas faire de trous aux augmentations, faut vriller le fil ma chère pour faire une boucle, sinon ça fait staïle jeté et donc un trou.
    Tu prends le brin entre ton aiguille droite et celle de gauche, avec ton aiguille droite (je m’adapte, normalement c’est la gauche), tu passes devant l’ouvrage et tu prends le brin qui est entre les 2 aiguilles. Tu tournes l’aiguille pour faire une boucle, que tu déposes délicatement sur l’aiguille droite et que tu tricotes.
    P.S. : Thomas, 9 ans, chausse du 31. Son frère, 31 mois chausse du 26 :-O Ça va mieux, ô chose parfaite ?
  4. Hihihi! On aurait pu y croire! Ceci dit, je comprends pour les tailles de gants et de shoes car je suis comme toi et ta fille,, je peux entrer dans les pantoufles de Cendrillon: pour mon mariage, c’est pas compliqué, j’ai eu le choix entre seulement 2 paires de chaussures en taille 34 (les seules du magasin) et heureusment qu’il ya avait un des 2 modèles qui me plaisait…).
    Bon, ceci dit, je me suis fait hâpée par la multitude car J’AI acheté le bouquin aux déguisements mais comment résister aux yeux de ma nièce qui me demande pour son anniversaire un costume de princesse mais blanc, de mariée…!?
  5. toi devant un miroir regardant tes vidéos de tricot à l’envers … ça doit être un grand moment !!
    signé : annulaire 55 / 56, pointure 41 ;o))
  6. ouf ! j’ai eu peur !!!!
    quelle chance ! je revais de petits pieds moi ! c’est si mignon ! (bon en même temps ça va, je fais du 38 … )

    trop beaux ces mitaines -gants ! espérons qu’elle ne les perdent pas quand même !

  7. Rho, j’y ai cru une seconde, mais ouf, me voilà rassurée, car là franchement, tu serais redescendue bien bas… Pour tout te dire, à un niveau bien pire encore que celui que tu avais atteint en nous montrant la granny squares dress, tu vois un peu…

    Ici aussi on est une famille de petits pieds, d’ailleurs, ma grande, qui fait 10cm de plus que sa meilleure copine fait la même taille de chaussures et on dit d’elle qu’elle a des pieds de princesse chinoise… Alor pouet pouet, hein, vous n’avez pas la monopole des choses mignonnes!!!

  8. ça me parait encore plus compliqué que le pull en 3,5 (ou 3?)
    j’adore le concept des doigts au frais ou au chaud…j’aimerai la voir dans la cour de récré montrer ça aux copines…
    ici, Youna…n’a plus de gants…en a perdu 4 paires en une semaine…serait elle une vraie princesse???
  9. hein ? non ?
    moi j’y ai même pô cru, parce que je sais que tu redoutes que la police politique des blogs te tombe dessus, si tu t’écartes de ta ligne de conduite !
    Sinon les gants, oui, ça se perd vite ces petites bêtes mais ils sont quand même très jolis. On les prend même en photo pour s’en souvenir !
  10. Hein?!Quoi?!! « Elle peut les perdre »??!! Nanméo, c’est de l’alpaga, ses mitaines! Alors elle les met, soit, elle fait la belle avec, soit, mais elle les ramène toutes les deux, oui!!! (dit la mère de géants garçons dont l’ainé fait déjà du 34 à 7 ans et demi… faut bien remarque, pour aller sauver les princesse!)
  11. e fronce les sourcils.. mais où est ce qu’elle veut en venir? Mais nickel, tu retombes sur tes pieds (ou tes mains, tsoin tsoin..
    C’est chouette les mitaines mouffles, mais peu adaptée pour une puce de 4 ans, Jeanne ne s’en sortait pas….
    33 à 10 ans tu dis? je pense que Jeanne prend le même chemin (27 à 6 ans et demi), idem pour les mains. J’en connais une qui va être contente quand je vais lui dire que c’est un truc de princesse!
  12. J’aime bien tous ces p’tits commentaires sur la taille des mains et des pieds…
    Bon ben moi, quelle que soit la taille de mes extrémités, faut bien dire que j’ai l’âme d’une princesse.
    Ceci étant dit, je viens de découvrir ton blog en suivant le lien ravelry pour la traduction d’un modèle anglais … comme quoi.
    et j’aime bien le ton si « politiquement incorrect » et si bien écrit ! je m’abonne tiens !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *