Vertige de la maille

Quand j’étais petite fille….
Fanny

Photo :

  • pour illustrer. J’eus été une petite fille, c’est possible…
  • pour prouver aux incrédules qu’en plus d’avoir été jeune, je ressemblais alors à une frêle jeune fille aimant le rose et les cheveux longs.
  • pour me gargariser de mes vieux souvenirs d’une fort jolie fraîcheur passée.

Quand j’étais petite fille, donc, j’étais métaphysicienne.

J’en vois qui doutent. Je suis sûre que ça pouffe derrière l’écran. Métaphysicienne, rien que ça. Je visais le bout de la rue, et je me disais: quand je serais là bas, je serais dans le futur, et mon présent serait passé pour toujours. Je tentais inlassablement d’atteindre le présent avant qu’il ne disparaisse. Je comptais les gens que je connaissais et je me demandais quel pourcentage de l’univers ils représentaient. Désespérée, j’étais, de l’infiniment Petit de ce ridicule  calcul. Je ne voulais pas entendre parler des galaxies, j’avais trop peur de l’immensité.

D’un coup je suis devenue grande, et j’ai acheté des bottes. J’ai fait la cuisine et lavé les torchons. J’ai pris rendez vous chez le coiffeur pour Simon et tu penseras à acheter des croquettes pour les chats?

Mais quand même, je suis toujours un peu hantée par mon passé de métaphysicienne.
Il y a tout ces gens sur mon écran, que je connais et que je ne connais pas. Je suis troublée. Je suis restée sur la division  de l’Humanité en 4 catégories de l’ami Pierre, et voilà que je m’en rajoute une.  Il y a Louison qui a une nouvelle robe, Marius qui pleure son appareil dentaire, Angèle qui pose pour un magazine de mode, Elise qui est si malade. Hela qui joue du violon (ah si, elle je la connais). Je ne les ai jamais vus. Je ne sais pas qui ils sont, mais je connais tout de leur vie ou presque. Vertige métaphysique… L’humanité s’offre à moi et il y en a trop.

Et puis il y a le tricot. La tricoteuse est incontestablement une métaphysicienne absolue. Même si elle l’ignore.

En arrivant à la fin du rang, le temps n’aura pas bougé mais sera déjà du passé.
Il y a l’infiniment Grand…
Matilda_Jane2
et l’infiniment Petit, les milliers d’atomes, les petites mailles qui s’agglomèrent, s’agglutinent, se multiplient.
On est pas loin du Big Bang.
Il est temps que ça s’arrête, avant que ça vire à la Pataphysique!

Share Button

15 réflexions sur “Vertige de la maille

  1. Il y a des soirs où, je me demande si tu ne consommes pas des substances illicites :-O
    Nan mais c’est moi qui suis fatiguée, t’as raison.
    Une question me taraude quand même : est-ce que tu mets tes bottes pour tricoter ?
    Nan franchement, je pense qu’il y a des choses à creuser de ce côté là
  2. coute, ça tombe parfaitement bien : mon fils qui me demande à 7h30 le matin si la lune va tomber sur la terre m’annonce aussi plusieurs fois par jour (à la moindre contrariété en fait) qu’il veut changer de maman. Je pense que vous auriez des conversations tout à fait fascinantes ^^
    Ah mais non, j’y pense, il voudrait une maman plus gentille…
    (je suis déjà sortie)
    Le tricot comme métaphore de l’univers on frôle le génie, là, en tout cas. D’ailleurs je crie au génie !
  3. wahou ! c’est dingue tout ce à quoi ça fait penser le tricot quand même !!!
    Mais c’est vrai que c’est étrange de « connaitre » la vie d’autant de gens par écrans interposés. J’y pensais d’ailleurs la dernière fois …
  4. « le propos s’appuie sur des faits réels mais les noms ont été changé par souci d’anonymat » (par peur de représailles ? !!!)
    Quelle charmante petite fille rêveuse…
    et c’est quoi ce bazar ? comment écris tu « il est temps » toi ? c’est pas parce que t’es plus prof qu’il faut se laisser aller, wouoh ! ou alors comme dit Stef, c’était déjà la pataphysique aussi ??? on va dire ça comme ça…
  5. Quand j’étais petite, je ne portais pas de rose et j’avais les cheveux courts … sinon j’adorais, quand on voyageait en voiture par exemple, me projeter dans la vie de quelqu’un d’autre, la femme du conducteur de la voiture d’à côté, le routier qui fait des appels de phares là-bas, le chien sur la banquette arrière ‘) que voit-il, que pense-t-il ….. mieux le voyage en RER à la tombée de la nuit, avec toutes ces fenêtres éclairées sur la vie d’autrui … Alors t’imagine ce que la vie bloguesque peut m’apporter
  6. ‘ai eu ma pèriode de métaphysicienne aussi…
    j’ai cru que c’était Hela sur la photo, la ressemblance est vraiment troublante…
    le tricot reste pour moi un mystère,(et avec ce post , ça renforce encore le coté obscure!)
  7. c’est marrant, car chaque fois que je fabrique une chaussette (le tricot en rond est toujours pour moi source d’extase métaphysique) je ne cesse de psalmodier cette ode à deleuze « plus alice grandit, plus elle rapetisse »…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *