Ma douce…

Ma douce est une robe.

La robe de mon mois de septembre.

Tu me demandes souvent comment Elle va, c’est vrai je n’en parle plus beaucoup ici, la colère est passée. Il n’y a pas de miracle bien sûr, mais c’est un peu comme les bons vieux cycles de Kondratiev

cycles

Y a des hauts, y a des bas, mais la courbe est globalement positive. Entre nous, j’ai mis beaucoup de douceur, moins d’exigences et moins de règles.

Tu ne me demandes pas comment Lui, il va, mais c’est normal, tu ne sais pas qu’il s’est cassé un bout de  la tête il y a 15 jours, puisque je ne l’ai pas dit ici. Dans un autre contexte, ç’aurait pu être dramatique et angoissant. Mais avec ce drôle de garçon qui positive tout, qui n’a peur de rien, qui a aimé « faire du Samu » avec une équipe très gentille, qui a fait de chouettes activités manuelles à l’hôpital, qui a gardé des copains de là bas… tout s’est passé très doucement (sauf la chute tête la première sur une prise d’escalade, et l’anesthésie générale qu’il n’a pas aimé…)

Alors je trouve que cette robe est un peu mon mois de septembre…

Robe de scène, robe de planches, inspiration XIXe siècle, un poil de romantisme, une once d’aristocratie  mais  restons prolétaire, voire anarchiste dans les manches simplifiées et la jupe débarrassée de toute fronce superflue.

Le modèle de base est Danielle, star de la blogo couture il y a deux trois ans.

J’ai osé Joséphine: la taille Empire, je ne la pensais pas pour moi, mais en simplifiant la jupe au maximum, ça passe finalement…

Velvet1_original_large

J’ai gardé le haut, que j’ai fait en taille 40 (pour le bonnet), comme d’habitude en réduisant de 2 cm les côtés (pour s’adapter à mon petit thorax…). J’ai rallongé les manches, et commencé à les faire en ballon comme sur le modèle, et là il ne me manquait que la couronne, alors je les ai démocratisées un peu. J’ai descendu la taille de 4 cm et cousu la ceinture au minimum des marges pour garder de la largeur…

DSC_1600

La jupe est sans fronces, sans plis: je me suis servi du patron de cette robe, et ça tombe bien, les pinces sont piles en face, devant et dans le dos.

DSC_1602

 

DSC_1631

Pas totalement satisfaites de mes manches qui « tirent » un peu sur l’arrière, du coup j’ai mis une fermeture en dentelle pour égarer les yeux…

DSC_1632

Alors je l’appelle « ma douce ». Parce son velours à la couleur indéfinissable rend son toucher câlin, parce qu’elle s’inspire d’un septembre riche en émotions, et pourtant calme, posé, infiniment heureux des tours joués sur la scène de sa petite existence…

Share Button

Une réflexion sur “Ma douce…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *