Hey, Skinny Love…

Je reprends le titre de ta chanson préférée. Et ma foi question musique tu n’as pas trop des goûts de chiottes pour une ado.

Je ne suis pas sûre que tu aies bien conscience de ce que tu engendres. De ce que tu inspires. Tu nous en fait baver des ronds de chapeaux, avec tes sautes d’humeurs, tes interrogations métaphysiques, ton cerveau droit prédominant, et ton appréhension du monde en mode « sensitif » uniquement.

Quand tu as voulu passer un concours, pour voir, si tu voulais vraiment être violoniste, si tu avais « le niveau », si tu étais capable de bosser le morceau à fond, on a dit oui. On peut pas dire que ça ne nous met pas dans des contradictions un peu schizophrènes. Le concours de musique, c’est la parfaite illustration de l’archaïsme de l’enseignement artistique: l’élitisme, le culte du classement, la reproduction du modèle social dominant, toussa toussa. N’empêche que bon, on a payé les frais d’inscription, pis tu nous les rembourses si tu ne glandes rien, hein, si tu le passes,  tu t’en donnes les moyens.

Encore une fois, il a fallu te pousser un peu aux fesses. Mais pendant un mois, tu as bossé presque une heure par jour. On s’y est pris un peu tard, un mois pour bosser ce morceau… c’est un peu court. C’est pas vraiment de ta faute: c’est qu’on a hésité: oui/non/peut être…

Évidement, tu as quand même réussi à te faire virer d’un cours (trop en retard…) et à « oublier » une répétition avec piano. Sinon ç’aurait pas été drôle. Mais avant d’avoir la grippe, la semaine dernière, on se disait que ça te servirait de leçon, tu verrais (avec les autres candidats) comment on fait pour travailler. Avec la grippe, les cours et répet manquées, on a pensé qu’on irait pas, mais bon vraiment c’était pas d’ta faute, alors c’est d’accord, les frais d’inscriptions, on les paie, t’inquiète. Mais non, tu as voulu y aller.

En vérifiant le règlement du concours, la veille, à 21 heures on a vu qu’il fallait jouer sans partition. C’est que heu…. tu le sais par cœur? Non? Tu sais, si tu veux on y va pas, hein… C’est pas grave, tu as des excuses quand même.

« Si j’y vais, je veux y aller », tu as dit, avec ton regard de tueuse. Je vais l’apprendre dans la voiture demain. Je le sais presque. Y a que 5 pages…

D’façon on voulait aller au Palais de la Découverte, alors c’est pas grave, ça nous fera une excuse, qu’on s’est dit.

On y est allé, tu as joué. Très bien joué.  Je n’ai rien vu tellement j’ai écouté. Avec le cœur serré, très fort.

On t’a trouvé des excuses pour les imperfections, on est tes parents. Mais tu n’étais pas contente de toi. L’année prochaine je le refais, tu as dit, et cette fois, je m’y prendrais deux mois à l’avance.

On t’a rassurée: tu ne seras pas « classée », y a eu ce petit trou de mémoire, et puis l’important, c’est que tu te sois surpassée.

Hey, Skinny Love… c’est vrai que tu n’es pas très économe avec nos petits coeurs et nos nerfs…

Mais vraiment, on est content que tu sois dans les « lauréats » et que tu rejoues à Paris dans deux mois.

Si vous voulez la regarder en vrai, c’est , demandez moi le mot de passe par mail…

 

 

Share Button

11 réflexions sur “Hey, Skinny Love…

  1. Une histoire d’ado bornée quoi, mais avec un super résultat à la clé (ce qui n’est pas toujours le cas)! Bravo donc à votre grande et vivement l’année prochaine pour que ce soit encore mieux!
    PS: je veux bien le mot de passe
  2. Ca doit pas être une ado si vilaine que ça, moi je dis!
    Pis c’est normal qu’elle vous en fasse baver un peu, t’as vu les parents qu’elle a?!
    Les chiens ne font pas des chats!
    Je veux bien le MDP!
  3. Mais t’en vois tant que ça, des ados qui se battent (même mal, même de manière fluctuante de bordélique) pour leurs rêves, plutôt que les regarder défiler du fond de leur lit ? Quant à la reproduction du modèle social dominant, certes. Et en même temps en maîtriser les codes est sans doute la meilleure position… on les en envoie d’autant mieux valser après, non ? (bon, ou pas, mais ça c’est elle qui choisira).

    Je peux écouter, aussi ?
    Et une bise pour la wineuse (ouuuh, que ça va te plaire, ça !)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *