Celle que je ne suis plus

arc en ciel

 

La lettre est arrivée aujourd’hui.

« Vous avez demandé votre intégration (…) en conséquence, votre intégration dans le grade d’attaché territorial sera effective à compter du 1er août 2012… »

Je ne suis définitivement plus prof.

Ce n’est pas sans une certaine nostalgie. J’aimais enseigner. D’ailleurs, j’ai encadré des travaux d’étudiants cette année. C’est plus valorisant qu’une classe de collège et on te remercie…

Tout ce que j’ai appris me sert. C’est  très gratifiant de voir qu’un prof peut tout faire: supporter la collègue chiante (à côté de la 4e de ZEP, c’est un peu comme travailler avec Mère Thérésa); s’adapter aux logiques pas toujours simples de l’administration (à côté du Rectorat, c’est l’île aux enfants); accepter des méthodes et organisations pas toujours très cohérentes (à côté de l’Education Nationale, c’est l’Eldorado.)

Des inconvénients, c’est sûr, il y en a. Râlez pas, mes chers ex-collègues, mais je crois bien que je vais soutenir toute mesure qui diminue la durée de ces putains de vacances d’été, qui me mettent en transe à partir du mois de mai. Jouer au Tétris avec le calendrier, plomber ses congés jusqu’à la fin de l’année, imposer des centres et colos à des enfants qui n’aiment pas ça, ne pas prendre tous ses congés ensemble pour faire « garde alternée »… C’est un exercice culpabilisant et stressant. Et puis je me rappelle que prof, je trouvais ça tellement long, ces deux mois …

Mais globalement, je ne regrette pas mon choix. Je me sens libre de faire autre chose, de postuler ailleurs si l’opportunité se présente. J’ai été prof. La page est tournée.

Rideau.

Tiens d’ailleurs, des rideaux, j’en ai fait. ça tombe bien que j’en parle.

rideau 1

rideau2

Tissu superbuzzy, parce que je ne suis plus prof, mais je suis encore snob. Il me fallait un tissu japonais, orné de vieilles illustrations françaises, commandé aux states. Sinon ça ne valait pas le coup d’être blogué.

J’ai fait aussi deux très jolis torchons.

torchon

Ils n’essuient rien mais c’est très chic.

Il me fallait bien un peu de constance dans ces défis identitaires.

 

Share Button

24 réflexions sur “Celle que je ne suis plus

  1. tu me feras toujours sourire, j’aime ta prose !

    ceci dit, bien d’accord avec toi sur la durée des vacances des enfants…trop long…(bon, je parle pour les autres…puisque moi, je suis toujours en grandes vacances).

    comme quoi aussi, il y a toujours une vie après le métier de prof…

  2. ouahhhhhh…… attaché….. ca me scotche presque autant que la beauté du tissu de tes rideaux……

    j ai assisté en « sous marin » a ton changement de vocation…. je t ai enviée…… mais je suis heureuse que ta nouvelle voie te plaise…..

    bonne nuit et bonne fin de semaine de boulot lol

    bises

    nat

  3. Bon vent dans ton nouveau métier!
    Chez moi l’idée d’une reconversion va et vient selon l’humeur, mais elle ne quitte jamais un coin de mon cerveau.
    Ta cuisine est tout à fait « blogable », tu peux être fière de toi!
  4. Heureusement, avant de changer définitivement, tu as connu ce qu’il y avait de plus merveilleux dans la carrière d’enseignant : l’IUFM !!!!
  5. tous mes compliments ! la positive attitioude ça te va très bien !
    plein de pep’s tes cousettes (et puis les torchons jolis qui n’essuient y a plein de marques à prix exorbitants qui ne font pas mieux ha ha)
  6. bravo!!!!!!
    ici ça planche, ça stresse, ça bosse dur pour pouvoir dire « avant j’étais ingénieur… » purée que c’est dur quand même….et je crois que je stresse bien plus que lui encore….
    j’adore ces rideaux japonais…pour les torchons ça ia mieux après 10 lavages?
    et presque d’accord avec toi…j’appréhende les 2 mois avec les enfants…peur de reprendre encore sur les genoux en septembre…il faut que je trouve quelque chose…
  7. La vie est une grosse patate qui roule clopin-clopant (oui, je sais à priori c’est nul et convenu bien que l’image soit brute de pomme, mais en fait non… Enfin normalement!)
  8. Perso, j’adore les 2 mois de vacances et je trouve toujours ça trop court… Peut-être parce que je n’en ai qu’un!? Et sinon, félicitations pour ce nouveau poste qui semble t’enthousiasmer
    Très sympas les rideaux et torchons! Si ces derniers n’essuient pas, tant pis, généralement, ceux du commerce non plus!
  9. Félicitations et plein de bonnes choses pour la suite alors !
    PS1 : ta cuisine elle déchire
    PS2 : 2 mois d’été avec 2 ados … no comment
  10. Mais c’est un merveilleux métier, attaché territorial ! Tu peux faire mille carrières, changer de spécialisation à chaque poste, encadrer – ou pas, progresser en occupant des fonctions plus importantes… C’est une véritable chance.

    Et sinon il te reste couturière de torchons qui n’essuient pas. Plus limité, bien sûr, mais à coeur vaillant, rien d’impossible !

  11. Groumf. moi je suis encore prof (bons baisers de la salle R34 d’où je compulse les blogs coutures pendant que les rares élèves qui ne sèchent pas leur dernier jour jouent au tarot!).
    Ton tissu et ton saut dans l’inconnu me font rêver. où peut-on se les procurer?
  12. Prof… pour moi c’est bizarre comme boulot!
    J’ai jamais aimé l’école alors faire ça toute sa vie, ça reste un mystère pour moi de savoir que des gens le choisisse…
    Ton tissu de bobo, il me plait vachement, mais tu aurais aussi pu faire un rideaux avec des torchons véritables et du coup essuyer tes verres et tes assiettes avec ton rideaux!
  13. e te félicite pour ton changement de vie, car s’en est un!!!
    Quelque chose me dit que la guerrière engagée que tu es va pouvoir s’éclater dans un poste avec plus de relief…
    As tu déjà idée du style de mutation que tu vas obtenir???
    En tout cas, des 2 mains, bravo Fanny!
  14. Quand je pense que j’en suis encore à me demander si je reste dedans ou pas…
    J’adore la patère qui tient le torchon, moi. T’en fais pas, les torchons, tasson, ça n’essuie jamais rien: rien de mieux que les carrés de langes pour bébé !
    Arf, sans les blogs, nous n’aurions jamais connu La Chakra et ses tissus design à bien moins cher que par chez nous…Il a changé ma vie, Yuki !
    Bon, je te souhaite une carrière un brin plus époustouflante, un brin plus épanouissante aussi.
    Un prof, c’est beaucoup plus polyvalent qu’on le pense.
    (et je tire mon chapeau au nouvel architecte du futur museum, ça me semble bien engagé…)
    Bises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *