Dis, quand deviendras-tu?

Dire qu’Elle m’inquiète est un doux euphémisme.

On pouvait présager, étant donné son caractère trempé, que l’adolescence ne serait pas simple. Évidemment, ce n’est jamais comme on avait imaginé. On aurait pu s’attendre à à une opposition frontale avec les parents « trop nuls », et non, ce n’est pas ça. Ouf?…

Le problème se cristallise autour de l’école. La Classe à Horaires Aménagés, du moins la nôtre, celle d’un collège de Centre Ville d’une grande ville bourgeoise, est destinée à des enfants de Centre Ville de familles bourgeoises. Cours tous les jours de 8h à 17h30, voire plus tard, avec beaucoup d’heures de creux, pénalisant forcément les enfants de la banlieue dont les parents travaillent… Les profs qui y exercent n’ont pas dû connaitre les enfants « normaux ». On y sent une réflexion pédagogique très poussée… Ah qu’il est stimulant pour un enfant de voir que sa moyenne passe de 19 à 17 car « il n’a pas participé »! Le niveau de la classe est « excellent », disent-ils. Tellement excellent qu’on peut se passer d’explications, de logique, d’objectifs, de méthodologie. Tellement excellent qu’on ne se pose pas trop de questions:  quand un élève a une sale note, c’est forcément par manque de travail. Tant pis s’il a passé trois heures à réviser, et que le prof a décidé de donner un exercice sur le cours qu’il a fait l’heure d’avant (ben oui, on fait les cours par blocs de deux heures, on a démontré que c’était tellement efficace et adapté au rythme d’un enfant de 11 ans…)  Aucun danger qu’un enseignant s’interroge sur sa formulation. En 6e, PiR2, ça veut forcément dire PiXRXR. Et pas PiXRX2, hein… Pas besoin de l’expliquer, à quoi bon? Au pire, celui qui n’a pas la science infuse a soit une maman à domicile pour expliquer, soit des cours du soir, histoire d’être sûr que jamais il n’aura le temps de faire autre chose.

Difficile donc, d’être un peu lent, dans ces classes pour petits singes savants. Difficile quand on n’est pas un warrior compétiteur et paradeur. Un apprenti musicien, c’est forcément un extraverti affirmé, parfois un peu prétentieux, mais c’est c’est comme ça qu’on apprend l’Art…

Difficile de manquer de confiance en soi, de ne pas oser dire au prof « j’ai travaillé, mais je n’ai pas compris ». Dans certains collèges, réussir, c’est être intello, c’est naze. Dans celui là,  montrer qu’on a besoin de travailler, c’est la honte. Ça veut dire qu’on est pas « doué ».

Elle a perdu confiance. Pas en musique, hein, là dessus, elle a conscience de son talent. Pour autant, elle ne s’en sert pas pour frimer. Ce serait facile, pourtant, de filer aux copains les partitions des musiques à la mode qu’elle repique à l’oreille sans une erreur.

Le Dimanche soir, elle ne s’endort pas avant minuit, les boyaux tordus et les larmes à portée. Immanquablement, elle rate les contrôles pourtant travaillés (pendant quelques heures, on a si peu de choses à faire le week end…) et compris. Pour ne pas sombrer, elle se lance à corps perdu dans la vie sociale du collège. Souriante, appréciée, marrante, cool, disent les copains. Timide, effacée, inexistante, disent les profs.

A la maison, le paradoxe explose. La phobie scolaire se dessine, lentement, sûrement. Le tunnel ne semble pas avoir d’issue, l’éventualité d’un changement de Collège représente pour elle l’échec absolu, et le risque de ne plus faire assez de musique. (et pourtant, elle en aurait sans doute plus le temps…) Retrouver la confiance, en elle, en nous, semble une gageure irréalisable.

Pendant ces quelques jours de vacances, on a essayé de couper, d’oublier, de lâcher prise.

De laisser la petite chrysalide se développer à son rythme, sans pression.

hela2

Chorégraphie sur une glace et Les Beatles, pour faire la nique au prof de Chorale qui lui trouve une « timidité génante »… (si si… Ah bien sûr, il lui reconnait une oreille parfaite et une très jolie voix, mais c’est en lui disant des choses comme cela qu’il cherche à la faire progresser….)

Après midi « magasins, tu choisis ce que tu veux » pour se rendre compte qu’elle a fort bon goût,

Coiffeur pour se libérer de la longue tignasse enfantine et contraignante…

hela

Et une tunique sur commande pour aller avec ces yeux là…

hela3

tunique Olivia 1

tunique Olivia 2

Tunique Olivia, patron madame Maman, en 12 ans. Pas de volant, mais une ceinture, dans le bas. Le patron est, comme Eton, absolument parfait, dans la taille, les explications, et même le packaging…

 

Tissu Etoffes des Héros.

tunique Olivia 3

Ne reste plus qu’à déployer ses ailes…

(j’ai retiré l’élastique qui faisait un peu trop blouser depuis, mais je n’ai pas d’autre photo, la chrysalide craint la surexposition photographique…)

 

 

Share Button

17 réflexions sur “Dis, quand deviendras-tu?

  1. Ton billet me fait pleurer, c’est bête hein ? C’est comme ça, elle est belle, belle belle ta fille … Et je trouve tellement nul des remarques dites « pour progresser » !! avoir à travailler c’est l’échec !! mais justement l’échec arrive parfois à 16-17 ans à ceux qui n’ont jamais eu à travailler quand soudain il faut prodiguer des efforts !!
    Continue à construire et renforcer le cocon de cette magnifique et touchante chrysalide, le papillon qui s’envolera un jour aura des ailes IMMENSES et magnifiques qui lui feront s’envoler tout en haut des canopées de forêts exceptionnelles …
  2. J’imagine votre souffrance silencieuse d’assister presque impuissants à ce massacre à distance.
    Restent à trouver les mots justes pour que le changement d’établissement ne soit pas perçu comme un échec cuisant.
    Il n’y a pas qu’une vérité dans la vie, mais DES vérités. Notre diversité est notre richesse.
    Courage et bisous
  3. c’est fou comme elle a changé…faut qu’elle poursuive son chemin vers ce qui la fera toujours vibrer…on l’imagine sans problème comme une fillette studieuse…de toute façon courageuse pour mener de front ce qui est obligation et passion.

    le compliment savamment dosé sert à avancer, la réprimande met en dedans…

    courage à cette jolie rousse…

  4. j’avoue qu’en lisant tout ça (pas la blouse, hein, qui est très très jolie ! oh le beau tissu !!!)j’en ai moi aussi les boyaux tordus !

    ma première réaction a été de penser au changement, une scolarité qui bride l’épanouissement de l’enfant, c’est terrible ! reste à trouver les mots qui lui feront comprendre que ce n’est pas un échec de sa part, au contraire, mais que cela relève de l’incapacité de l’enseignement à ouvrir l’esprit des élèves, à faire émerger toutes leurs capacités et leurs talents. Autrement dit on croyait que ce collège était bien, que c’est ce qu’il fallait, mais la déception est terrible.

    Ou bien la chrysalide sort ses ailes de papillon et virevolte à son rythme malgré les réflexions dévalorisante en puisant ses ressources ailleurs avant le grand vol.

    pas simple tout ça…

  5. Mais elle est magnifique, cette jeune fille !
    Je hais le monde scolaire que tu décris (J’en connais plein, les mêmes…). Je me rends compte que beaucoup d’enseignants sont fiers du ‘niveau’ de leur classe, et oublient que le plus important à la base est le respect et le bien-être de chaque enfant (et qu’ils sont -c’est heureux- tous différents et plein de richesse). J’ai de plus en plus de mal à vivre avec des collègues au quotidien…
    Tu devrais envoyer la photo (ou la vidéo) au prof de chorale….
  6. Quel dommage, quel gâchis, quelle frustration ce doit être, alors que vous aviez choisi ce collège pour qu’elle puisse allier sa passion et l’école… Tu as eu des échanges avec les profs ?
    Avec votre soutien, ce ne sera qu’une mauvais passe j’en suis sûre. Et peut-être finalement sera-t-elle plus heureuse dans un établissement qui se prend moins la tête…
  7. e ne laisse un comm’ pour te dire que j’ai lu ton message.
    Je suis dans une colère « éduc. nat. »perpétuelle depuis plusieurs années, je pense comprendre tes mots.
    Dis à ta fille de ma part qu’elle est talentueuse et jolie, stp, merci.
  8. La vache…t’es en train de me balancer toutes mes frousses à la tronche pour le coup…j’ai fait la visite du collège où ira ma grande ce matin…j’avais les boules parce que pleine d’appréhensions diverses et perso mais bon la belle était aux anges pendant la visite, surexcitée toute la journée tant mieux…pourvu qu’il en soit ainsi tout le collège…
    J’espère que ta belle à toi va réussir à s’enlever toute cette pression…ouais, on en revient toujours au même : un moule unique…allez, j’vous envoie plein de bises à toutes les 2!
  9. Que dire… Courage pour les choix à venir et à assumer.
    C’est difficile de les aider à être bien dans leur peau, en tout cas une aussi jolie fille, habillée avec talent par sa maman et entourée par les siens devrait réussir à s’en sortir. L’essentiel est de savoir où elle veut aller (ça me semble acquis) et d’apprendre à ne pas écouter les (mauvais) Autres (même si c’est bien souvent difficile).
  10. Aïe aïe aïe, pas facile de grandir… En plus, j’imagine, connaissant tes convictions, qu’il n’est pas facile de la laisser dans ce collège…
    Dis moi le nom que je n’y envoie pas ma pépette ! Bon, en vrai, ici, ce sera notre collège de campagne, pas renommé mais où les enfants ont l’air de ne pas se sentir trop mal…
  11. Comme il est difficile de faire des choix pour nos enfants dans ce domaine, de prendre les bonnes décisions (et pourtant on est de la partie, alors je n’imagine même pas pour ceux qui sont restés éloignés du monde scolaire!!!)
    J’espère qu’Elle va vite retrouver la confiance, et vous le sourire, car il n’y a rien de plus terrible que de savoir ses enfants malheureux.
  12. je pense à elel ce soir veille de rentrée scolaire, est-ce vraiment lui rendre service de continuer à subir cette souffrance, maintenant reste à lui faire comprendre que l’herbe est sans doute plus verte ailleurs sans que cela n’implique un quelconque échec de sa paprt,et pour ça il va falloir beaucoup de persuasion, d’amour et de compréhension, bon courage
    ces yeux !!! mes 3 loulous ont les mêmes mais je reste ébahie à chaque fois
    elle a du tempérament, de la volonté, du talent elle va y arriver il faut juste qu’elle
    y croit un peu
  13. Ce qu’elle te ressemble… Ils sont tous comme ça ou c’est une année un peu spéciale avec un condensé de profs cons ? Tu sais comme moi que des réflexions comme ça, il y en a aussi dans les autres collèges ou lycées, malheureusement, sur la timidité, l’agitation ou autre… et je crois aussi que c’est une fois que ce sont nos gosses qui se les prennent dans les dents qu’on réalise à quel point elles font mal… Bref,bon courage pour gérer ça. Vous dépendez d’un collège bien sinon ?
  14. Mais quelle horreur punaise, c’est là dedans que j’envoie la mienne en septembre ????
    c’est affreux ce que tu décris là vous envisagez de la changer d’établissement ? de classe ? courage, des tonnes de courage à ta magnifique petite musicienne…
  15. oh, bein oui dis donc, ça fait mal au coeur, là… j’avais déjà le bourdon ce soir, bravo
    Dire qu’un jour mon mini deviendra grand lui aussi, et dans quel monde…
  16. Ha cette colère qui doit t’habiter!!!!
    Moi ça me fout les vers pour cette merveilleuse Heilane!!!
    Je suis désolée d’aller contre tes (anciennes) convictions, mais l’education nationale est le contraire d’un lieu d’épanouissement et de justice…
    Peut-être qu’elle se ferait bien Au changement d’établissement, honnêtement, au stade où tu en es, qu’as tu à prendre?
    Elle glaneras ses heures de musique sur un timing plus serein…
    Je te souhaite bon courage et je t’embrasse ma téteille.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *