variations sur une soupe

A  la maison, le potimarron du panier, même pas mal. Même avec les garçons.
Je vais vous étonner, ce qui fait l’unanimité, c’est la soupe! Et oui, je suis THE woman qui a fait aimer la soupe de potimarron aux 3 anti soupes et anti légumes mâles de la maison. On  a les fiertés qu’on peut….
Au départ, on a ça.

potimarron

Un beau potimarron d’un ou deux kg, bio. C’est important pour la suite.
Le hic avec le potimarron, pour ceux qui pratiquent le sport du panier, c’est l’épluchage. Déjà pour des gens normaux alors je vous dis pas pour les polyarthriteux…
Hééé bien, vu qu’il est bio mon potimarron, je ne l’épluche pas! Un petit bain lui suffira…

potimarron_ouvertpotimarron__pluch_

Voilà: direct: un gros coup de couteau dans le bide et c’est parti pour le dépeçage. Au passage, on peut garder les graines de courges pour les faire sauter et faire du pain avec. (La feignasse, aujourd’hui, elle a tout mis au compost…. Hé quoi, c’est déjà ça, c’est pas dans la poubelle…!)
Après c’est tout simple. Les ingrédients de base:

potimarron_ingr_dients

2 ou 3 gousses d’ail
50g de beurre
1l à 1,5l d’eau
Un cube de bouillon
(bio si possible, je varie entre légumes et volaille, au gré des envies et des stocks)

On fait revenir le beurre (on peut faire version light et sauter cette étape, ou mettre juste un fond d’huile)
On rajoute l’ail pressé
Puis les cubes de potimarron, que l’on fait revenir quelques instants en remuant, juste pour ça caramélise un tout petit poil.
Ensuite on couvre d’eau.
On met le bouillon.

potimarron_beurrepotimarron_mijotagepotimarron_cuisson

Et on attend. Au choix, on va tricoter, on va écrire un article sur le blog, on se fait squatter par un bébé malade, on vérifie les devoirs, on va plier le linge. C’est selon. L’attente en fonction du ramollissement de la bête et de l’eau qu’il reste dans la cocotte, environ 1/2 heure…

potimarron_cuisson_2

Quand c’est  cuit, on mixe:potimarron_mix_

on remet dans la casserolepotimarron_soupe_cocotte

Et c’est là qu’on peut varier.

On  a la version toute simple, telle quelle, idéale pour les soupo récalcitrants: ne pas oublier les ingrédients de base:

potimarroon_soupe_cr_me: ça donne ça:potimarron_soupe_assiette

(la décoration en direct, indispensable pour appâter les garçons)

Autres versions:

1/ rajouter du curry, du gingembre, éventuellement du lait de coco. C’est la version préférée du héros.

2/ Rajouter le vert qui décore: ciboulette, persil, coriandre, basilic… Là faudrait pas abuser des nerfs des garçons: à la maison, on évite. (en plus de ce temps là, il n’y a pas la moindre petite herbe à se mettre sous la dent dans le jardin, et le « sous serre » est proscrit ici…)

3/ Rajouter des ravioles au fromage, ou bien des petites pâtes. Dans ce cas refaire cuire quelques minutes, et attendre un peu que ça refroidisse … (sinon c’est « fo » et ça hurle). Moins apprécié chez nous (enfants récalcitrants aux morceaux).

Voilà. La preuve en image que ça marche:

potimarron_Heilpotimarron_simonpotimarron_gabriel

Notez le bavoir géant, indispensable: il en mange autant que le bébé…

 

Share Button

Ce soir, on mange chinois!

(ou chez toi… Petite aparté pour M. E….)

Un billet pour les adeptes du « vegetable no limit », ou « j’arriverai à faire bouffer des légumes aux garçons! »

L’arrivée du panier le Lundi soir me plonge régulièrement dans un état de profonde consternation….

« Pfff, tout ça? En une semaine? Et quand est ce qu’on va pouvoir s’ouvrir une (ou deux…) boites de raviolis, histoire de passer un repas sans cris, sans menaces et sans grimaces???? ».

Je dis ça, mais non, non, le panier bio, c’est hyper bien, hein… Pour plein de raisons:
1/ C’est des légumes, parait qu’il en faut, c’est bon pour la santé, gna gna gna…
2/ C’est bio
3/ ça fait vivre les petits producteurs et ça shunte les circuits commerciaux traditionnels.

Donc c’est bien ce qu’on fait, on est bien contents d’être des gens responsables, soucieux de l’éducation et de la santé de leurs enfants, et de l’avenir de la planète. (Allez, allez, culpabilisez un coup, ceux qui ne le font pas, hein, au lieu de rigoler de nos déboires!!!!!) smilies006 
Après, y a des inconvénients, dont un majeur:

…………………c’est des légumes……………………..

Bref. Je disais donc, avant d’être grossièrement interrompue par moi- même (jeu concours: c’est de qui?), que le défi de la semaine, c’était ça:

Le……………. Chou Chinois!

nutrichouchinois

C’est sûr, ça a l’air hyper bon pour la santé…

Heureusement, Marion, elle est sympa, quand elle voit nos têtes éberluées, elle nous envoie des recettes…

Là, on a tenté le chou chinois sauté.

Tout était prêt pour faire sauter le chou: le wok, les oignons, le gingembre, les pistaches, la sauce soja, et même les nouilles chinoises pour accompagner. (d’ailleurs, on a trouvé la sauce soja bio, mais les nouilles, ça doit être de 100% OGM à la mélamine… bouarf)

chou_chinois_1

Vite vite, on lave les trolls (enfin les garçons, parce qu’Hela se lave toute seule…).

Ouh là ce stresssssss…. Allez hop, on saute vite fait!
Et voilà!.

chou_chinois_2

Résultats?

100% de réussite. 5/5
Sont forts, ces chinois! smilies017

 

 

La recette:

1 chou chinois, 2 oignons, 1 paquet de nouilles chinoises , 1 ou2 cuil à soupe de gingembre, quelques pistaches, de la sauce soja (à volonté…), un  peu de crabe (on peut aussi rajouter des germes de soja, enfin tout de qu’on veut, quoi…)

Faire revenir les oignons émincés au wok avec le gingembre. Rajouter le chou chinois et faire sauter 3 mn. Ajouter les pistaches, puis la sauce soja (3 cuil à soupe), et le crabe émietté. Réservez, faites sauter les nouilles au wok avec un peu de sauce soja, servir. Voilà. C’est pas dur!

Share Button

Tes préjugés, tu oublieras!

Vous savez quoi???
J’ai mangé des …

choux_de_Bruxelles

Bon, d’accord, je sais ce que vous vous dites… La fille qui n’a rien d’autre à raconter… Franchement, c’est naze, ce blog, je vais me désabonner!
Je comprend, c’est vrai que c’est pas passionnant. Mais bon, mettez vous à ma place, 30 ans d’aversion pour ce légume, rien que d’en voir sur les étals du marché, et j’en avais le gout, pour moi l’amertume, dans la bouche…
Gros défi que m’a donné Marion. Sorte de psychothérapie comportementale… « Je cuisinerai des choux de Bruxelles, je cuisinerai des choux de Bruxelles »… Allez, on respire un grand coup et on s’y met! Quelle angoisse!.
1ère étape, aborder la bête: en fait, j’avais jamais regardé de près: c’est ludique, ce mini légume, assez tendance, tout compte fait…
2e étape, la cuisson: surtout pas de vapeur. Tous les conseils culinaires disent qu’il faut blanchir: allez hop, on blanchit (c’est pas économique en eau, tout ça: premier bain bouillonnant salé à 5mn, 2e à 10 mn)
Et là, le stress……………………

IL FAUT QUE JE GOUTE!!!!!!!!!!

Une petite feuille restée collée à la casserole… Du bout des dents…. Tiens, mais…. C’est pas mauvais…..!
Et…. allez, soyons fou: je goute, le petit là….. Mais c’est super bon!!!!!!!

Dingue. 30 ans de préjugés! A la poubelle!
Alors pour finir, je les ai cuisiné en gratin: avec du jambon cru en lamelles, de la crème (crue de la ferme, du cul de la vache, miam… faut être normand pour comprendre…), et du vacherin fondu par dessus.
Résultat du défi, comme d’hab, 3/2. Les parents ont adoré. C’est normal, le conjoint est toujours solidaire de l’expérience culinaire de l’autre. H: « ben oui, c’est bon, pourquoi? » (la pauvrette, elle ne se rend pas compte de l’enjeu!!!!!). Bon et pour les garçons, c’était perdu d’avance. Ben oui, vous avez vu la photo? Vous avez rien remarqué?

 

 

 

 

Un chou de Bruxelles, c’est VERT!!!! C’était voué à l’échec….

Share Button

Les délices du panier

Le Lundi soir, Marion nous fournit le panier de la semaine rempli de petits légumes du potager. La semaine dernière, il y avait ça:

patidou

Des coloquintes?
Et bien non, ça s’appelle des patidous…Et ça se mange. Un peu de farce, recette un peu (trop) improvisée, et ça a donné ça:

patidou2

Un petit goût de patate douce, très bon.
Comme toutes les expériences culinaires de la maison, le verdict a été assez partagé. Gabriel a décidé qu’il aimait et a dû en reprendre 3 fois. H a fini son assiette en faisant la grimace (bientôt bien élevée?!). Et Simon, a décrété à la troisième fourchette (juste après la fin du fromage fondu…) que c’était « dégoutant »…

…. soupir las de sa mère…  Je vous laisse imaginer tout le contenu implicite du soupir (« quels ingrats, ces enfants », et « pourquoi je me casse le grrscrognegneu », et « si je faisais des pates tous les jours, tiens », et ben le pire, c’est qu’ils seraient heureux, si je faisais des pates tous les jours… mouaaaahh ) hop, fin du soupir, on se ressaisit: « tu veux un yaourth, mon chéri? », sourire colgate…

Cette semaine, gros défi: que vais je bien pouvoir faire d’un bon kilo et demi de choux de Bruxelles? J’aime poooooo les choux de Bruxelles (Les enfants je ne sais pas, je ne cuisine pas ce que j’aime pas… Mais peut être que si je leur dit que c’est « dégoutant », ils vont aimer?)

Share Button