Remember Joe Dalton

Toi qui est une lectrice assidue, tu n’as pas oublié Joe

DSC02769

J’ai été faire les archives, mazette, j’en ai parlé de Joe…

Va voir cette vidéo, l’amie, surtout si tu as un enfant de deux ans…

Joe n’existe plus, tu sais. On n’a même plus l’occasion de l’appeler Bénito pour faire pigner belle-maman.

Joe est amour.

IMG_0681

Il est la star de la cour de récré, et vazy que ça « check » avec les anim’, il va jouer au foot au stade avec des inconnus en disant « salut, je m’appelle Gaby, je peux jouer avec vous » (pendant que sa mère fait des tours en tirant la langue).

On dirait qu’il a trouvé l’équilibre entre lui et les autres. La confiance.

IMG_0416

A 7 ans, tout est facile. L’école, sa place dans le groupe, la relation aux adultes…

Et la musique, aussi.

 

Oh, Gaby, c’est le rock qui l’intéresse…

Gabrriel Dirty Old town from Fanny on Vimeo.

 

Il a voulu faire comme les grands, classes horaires aménagés, mais pas en guitare, parce que la guitare c’est pas Villa-Lobos pour lui.

Il a pleuré au dernier cours, parce que 3 mois c’est trop long. Alors voilà, à 7 ans, il a deux guitares.

premiers branchements from Fanny on Vimeo.

 

Au conservatoire, il va faire percussions. Elle a dit la prof maman, que c’était mieux d’avoir une batterie, hein dis maman, je vais l’avoir ma batterie, dis steuplé steuplé steuplé.

Alors voilà.

On a pas poussé les murs, mais on a optimisé.

IMG_0595

 

Un bureau? ça travaille un CE1?… Bon OK, mais alors un mini bureau…

IMG_0437

IMG_0713

 

Un petit tour sur le bon coin, un coup de baguette magique ( à savoir: décapant et paille de fer, loooooonguement, très longuement…, ponçage plus rapide, peinture ardoise et simple passage au fondur pour le bois qui a le bon goût d’être un très joli bois dur et blanc -orme ou hêtre?)

et voilà…

Hey Joe… A toi de jouer maintenant…

 

(PS: si tu as un plan pour une mini batterie pas trop chère, je suis preneuse -le son, on s’en fout, les voisins sont loin…)

Share Button

Une chaise, un cul, un drame

A ce stade, tu imagines le pire.

L’accident stupide qui expliquerait cette si longue absence. Je pourrais presque te faire croire que je me suis blessée en tombant de la chaise et paf, le poignet, le coude, l’épaule, que sais-je. Toute chose qui empêche l’approche du clavier. J’tefrais dire que je peux te pipoter, c’est mon blog, j’ai le droit de dire « c’est moi qui l’ai inventé », « c’est moi qui l’ai fait », « c’est moi qui l’ai dit », même si j’ai tout pompé sur ma voisine.

Certes, grâce à la NSA tu peux savoir que quelques uns de mes commentaires ont été écrits de l’estranger.

DSC_2624

DSC_2643

C’est donc pas que jsuis  tombée de la chaise. Ni que j’ai plus de genoux. Tu es perspicace.

 

C’est pour illustrer la théorie du papillon, tu sais celle où même quand y dit qu’il voit pas le rapport, en fait, y en a un. Parce qu’il y en en a toujours un, c’est comme ça, c’est la vie.

(attention, référence culturelle filée)

Une chaise donc.

IMG_0169

Ou plutôt deux…

Mais il ne m’en fallait qu’une (la 2e c’est bonus, mais monsieur Emmaus ne voulait pas séparer les jumelles), maintenant que notre chambre  a un vrai placard qui ferait presque dressing, il n’était pas imaginable de garder l’immonde tabouret qui accueillait mon séant lors des séances d’instrument. Ainsi je peux continuer la torture des oreilles de mes colocataires, mais pas celle de mon auguste postérieur, ni de mon bon goût légendaire.

DSC_2601

DSC_2602

DSC_2603

DSC_2604

Huile de coude maison pour le ponçage (j’en pleure encore, et ça fait plus d’un mois. Autant te dire que je n’ai pas commencé la 2e), lazure blanche et tissu en lin irisé des coupons St Pierre. C’est ma première, il y a des petits défauts sur le pli…

Un cul.

J’avais un coupon de trois mètres. Pour une petite micro chaise de rien.

Pourquoi pas l’utiliser pour habiller mon cul, j’ai pensé.

ensemble été1

ensemble été2

Pantalon en lin, du Tendances couture de l’été 2013. (flou, mais qui tombe comme il faut. Crois moi sur parole)

86653901_o

Vu comme ça, t’as envie de coudre pour ta grand mère, mais en fait, les patrons sont bien coupés, et en plus les explications sont en français. Ni en Chinois, ni en Burda. Acheté grâce à Saki, je ne regrette pas.

ensemble été3

Il est accompagné par un petit gilet du Burda mars 2013, qui tombe parfaitement et va très bien avec ma chaise. Le tissu est un coupon de tissus Rive gauche, payé une misère (c’est pour faire croire au concept de couture rentable), mais une vraie chiotte à coudre (ça ne se repasse pas…)

ensemble été4

Le drame.

Retiens ton souffle.

Ferme les yeux.

Respire fort.

Transpire des dessous de bras.

Les images qui suivent peuvent heurter les personnes sensibles

DSC_2750

C’est le moment qu’elle a choisi pour dire Stop.

Faut que je l’emmène chez l’Exorciste.

De l’autre côté de la Seine.

En pleine Armada. Autant y aller à la nage. (les rouennais comprendront. On vit un peu à Berlin Ouest, et les communistes sont les touristes. Les choses changent.)

J’ai plus qu’à poncer ma 2e chaise.

Et casser la gueule aux papillons.

 

 

 

Share Button

métaphysique du blog

On m’a dit que j’allais disparaitre.

Depuis, comme le crédule à qui la cartomancienne a prédit la faucheuse, je médite. Je t’évite. Et si c’était le dernier message, la dernière rue que je traverse, la dernière photo que j’offre au tout venant, les derniers mots que je t’inflige, ô toi passant inconnu (e)?

Du coup, je les pèse. Je les cherche. Je les laisse se flétrir comme la tulipe en offrande oubliée par un enfant sur le pas de la porte.

A quoi bon, te montrer ce petit meuble chiné, si c’est pour te quitter?

DSC_2582

 

Il sentait la mamie fraichement enterrée, quand on l’a récupéré. La mélancolie de la disparition des souffrances, la tristesse des souvenirs que l’on solde au plus offrant. « Il y a aussi ce meuble là, à vendre, mais je n’ai pas encore pu »

J’ai ressenti les petites maisons de mes grands parents. Je suis même passée devant, pour voir. La balançoire a disparu, les lavandes aussi. Il y a des jouets d’enfants et sans doute une salle de bain, maintenant…

Je l’ai bichonné. Ce n’était pas celui de mes grands parents, mais ça aurait pu.

(ponçage au décapant/paille de fer, finition papier de verre. C’est pas écolo, mais c’est efficace…)

IMG_0133

Une nouvelle vie, un nouveau souffle. Comme les chats.

DSC_2600

Petit chiffonnier de salle de bain accueillant pyjamas et caleçons de nains

(dégradé de peinture farrow and ball, je suis faible, et vernis satiné).

 

Comme les blogs?

 

Share Button

Incorrigible

Souvent je me prends à rêver qu’à l’approche de la quarantaine (plus qu’un an et quatre mois…), je deviens une dame raisonnable. Je mets des chaussures à talons, et des vestes de tailleur, je vais régulièrement chez le coiffeur, je réfléchis avant d’écrire un mail, j’évite les plats lourds le soir. Je ne mets toujours pas de vernis, mais ça va venir.

En plus, avec le brutal passage à l’adolescence de l’ex préado, les parents jeunes et modernes se sont rangés d’un coup  dans la catégorie vieux cons, donc autant bénéficier de la Sagesse livrée  avec en cadeau bonux.

J’avais donc dit, il y a peu, que non non non, on ne m’y prendrait plus. Fini les meubles sur le bon coin, ça fait mal à mon muscle atrophié. (rha, je te parle pas du cerveau, mais du biceps, que j’ai fort malingre.) Pis de toute façon, on a plus de place pour mettre un meuble. Mais je suis indécrottable. Incorrigible, irrécupérable droguée au vieux meuble dégoté pas cher sur le bon coin.

C’est la faute de l’ado. Tu sais, celle qui a 12 ans bientôt, rejoue la grande scène du 2 quinze fois par jour dès que tu as le malheur de lui demander quelque chose, te saute au cou (en oubliant son bientôt mètre 50 en t’envoyant une mandale involontaire) trente secondes plus tard en te disant que tu es la meilleure maman du monde, celle qui joue avec ses figurines chevaux en même temps qu’elle te pose mille questions sur la vie, la mort, l’amour avec des grands yeux inquiets.

L’ado, donc, a un ordinateur dans sa chambre depuis 3 ans. Ses parents frimaient, rappelle toi: elle préfère composer de la musique que jouer à la wii, qu’ils disaient, trop fiers. Hin hin. Les choses changent, soupirent-ils, plein de Sagesse (du vieux con de bientôt 40 ans).

Après plusieurs séries de privations/disputes/réconciliations/je le ferai plus jamais, promis/grande scène du II, c’est vraiment trop injuste d’avoir des parents comme ça (des vieux cons, sous-entendu), ils ont pris le taureau par les cornes, L’ordinateur sort de la chambre et va dans la pièce commune.

Mais y a pas de place dans la pièce commune. A part peut être dans le renfoncement de l’escalier, où un petit meuble de brocante accueillait les jeux de société. Un tout petit bureau qui ne devra pas dépasser 80 cm.

Quelques heures de boncoinerie plus tard, et le voilà trouvé, suffisamment joli pour avoir le droit de cité, et suffisamment petit pour rester discret.

IMG_0090

Je commence à avoir l’habitude: un petit coup de décapant chimique (enfin, heu… 3/4 passages). Je sais, c’est péché. Je me fouette aux orties bio et je psalmodie le programme l’EELV. Suivi d’un petit ponçage, puis fondur trouvé chez un ébéniste. (pas kascher non plus.)

bureau

T’as vu, il  est pas branché?… C’est ballot, y a pas de prise dans le petit coin.

Va falloir que le héros finisse le boulot. Rapidement avant le dernier acte: les vieux cons de parents même pas capable de savoir qu’un ordinateur ça se branche sur une prise, cher… J’avoue ça fait trop pitié.

Share Button

Le blues du dénouement

Je te préviens, lectrice exigeante, ce billet n’a aucun intérêt.

J’ai déjà tout dit sur ma maison à moi, comment les petites pièces s’y assemblent sans aucun ordre, ni logique, comment je guette l’annonce du bon coin comme un chat sur sa proie, comment je décape, comment je fais poncer le héros à coup de zyeux doux, de larmes ou de regards noirs suivant l’humeur. Je t’ai déjà fait t’extasier sur mon entêtement, tu as déjà pleuré avec moi sur le cruel dilemme de la working woman débordée qui ponce le soir à 10h à la lumière de la bougie, tu m’as déjà fait réciter le verset 12 du Saint Grenelle de l’Environnement parce que les produits n’étaient pas bio.

J’aurai vaguement l’impression de  radoter si je te disais à quel point cette cuisine est la mienne, si je m’engageais à dire « promis c’est la dernière fois que je me lance dans un projet pareil », qui occupe muscles et esprits depuis quasi un an (ben oui, buffet de mémé, un an déjà), la prochaine fois, on fait faire. Alors bon, je te montre, juste. Parce que quand même, depuis un an que je te bassine avec ma cuisine, je serais un peu rustre de ne pas te montrer le produit fini, ou presque.Quoique. Ça t’intéresse, vraiment?

bar 1

Première étape, la mise en place. Tu constateras qu’il manque une dizaine de centimètres, sur la gauche, ils constitueront une petite étagère à bouquins de cuisine (quand j’aurai suffisamment fouetté le héros). On ne pouvait pas en diminuer la largeur côté droit, car il aurait fallu refaire tout le carrelage, vu que sous le mur, ben y avait pas de carrelage, forcément.

Tu as l’œil, les pieds ont été enlevés. La plinthe était cassée, les pieds étaient peints sur le bois brut (un truc de malade à poncer), et il manquait 10 cm pour faire le raccord du plan de travail. La solution maison a été de le mettre sur des bastaings. (acheté brut, raboté et poncé à la sueur)

Oui, c’est moche, le raccord de couleur, c’est ce que j’ai dit au héros à 23h, mardi, quand il venait de finir de l’installer. Je suis une fille très délicate.

bar2

Mais bon, en même temps, ç’aurait été dommage de le laisser avec 10 cm de moins, non?

bar3

Et puis, ça se teinte, le bois…

Sur le bastaing, une couche de teinte pin, une couche de « bois vieilli » et une couche de « merisier ». Sur l’ensemble, un cirage au fondur pour protéger, et sur le plateau, Ikéa (le plateau d’origine était fendu), une couche de vernis type bistrot. ça pue et c’est pas bio, et oui, ça été fait à 21 heures le soir pour intoxiquer tous les mammifères de la maison, kancéktuveukjefasse, sinon?

Côté cuisine, c’est pas fini:

bar4

Il manque le rideau qui va bien (mais le tissu est commandé), et les caisses en bois pour mettre dessous (appel discret à la solidarité bloguesque, le boncoin est un peu amorphe sur la belle boite en bois de 17 cm de hauteur)…

Voilà, ça y est, la cuisine est finie. On va pouvoir se reposer.

Faire la sieste au soleil. Profiter.

 

 

 

On commence quand, la peinture de l’escalier? Et la salle de bain? Et le placard, dans la chambre, je peux même plus ranger les fringues. ca serait chouette, de faire une serre sur le côté sud, non? C’est pas compliqué, faut juste récupérer des portes et fenêtres, y en a plein sur le bon coin….

 

 

Share Button

divertissement

On aurait pu, sans doute, casser ce mur, puis faire appel à un cuisiniste et un architecte d’intérieur pour avoir un espace tendance et contemporain. Virer le carrelage multicolore, et rendre tout homogène. On pourrait acheter des séries de meubles pour que tout soit assorti, uni, uniforme, conforme au bon goût.

Dans la nouvelle cuisine totalement pas à la mode, il manquait un meuble.

DSC_0462

Le principe, c’est de faire un meuble plan de travail qui sépare les deux espaces. Le béton et la marche de 5 cm pour s’exploser la tronche avec le soufflé, devant les invités morts de rire (mes amis sont aussi méchants que moi), c’est pas fait pour durer.

Au départ, le héros devait s’y coller. « tu me feras des portes coulissantes, mon héros », lui avais-je tendrement susurré à l’oreille. (ou était ce plutôt « putain, tu vas t’y mettre à ce meuble, mais y en a marre, je vais appeler le cuisiniste qui va tout casser et faire une belle cuisine moderne et ce sera d’ta fote. Et pis si tu le fais pas, je ne fais plus jamais la cuisine jusqu’à ce que je l’ai, mon meuble ». Au choix. Jsais plus.).

Le héros a été quelque peu occupé. Rapport au fait qu’un chevalier anesthésiste de son hosto soit passé du côté obscur de la Force (ton salaire, tu doubleras, des dépassements d’honoraires, tu prendras…), et aussi,  qu’en plus d’être un héros, c’est  une star des médias, un syndicaliste et webmaster de la défense des hôpitaux. Menuisier, c’est pas au programme.

Du coup, j’ai fait une alerte « meuble ancien porte coulissante » sur le bon coin. J’ai attendu 6 mois.

Jusqu’à ce que je le vois. Moche et mal photographié, même pas les dimensions indiquées. Je l’ai vu, je l’ai reconnu. J’ai su que c’était lui.

Au pire, si le bois est moche en dessous, on le repeindra en rouge Roussillon, qu’on s’est dit.

Même pas, c’est du pitchpin, sans doute assez vieux. Il va donc rester comme ça, ça ne fera que 5 essences de bois différentes dans la même pièce (boulot de la cuisine Ikéa, châtaignier du buffet bas, orme de la table, chêne peint en rouge du buffet de mémé…)

meuble cuisine

Plateau retiré (pour faire la jonction avec le plan de travail de la cuisine), fond  enlevé côté cuisine, quelques centimètres à rajouter en hauteur. Décapeur thermique, décapant chimique, ponceuses diverses et finitions (pas terminées à gauche…) à la main. Deux jours entiers de boulot, et c’est pas encore fini. Ça  occupe bien de ne pas vouloir faire la cuisine de M Mobalpa comme tout le monde.

C’est pas demain que vous le verrez en place, y a une manif de vrais travailleurs à faire, et des vacances de rêve à prendre.

Share Button

De la carpe…

En ce moment, j’en copie le langage, l’oeil et la conduite.

C’est que, je suis CHEF, maintenant. Avec l’impression de mener le 33 tonnes fatigué sur des sables mouvants. Avec le sentiment d’être un bébé tout frais à qui on confie le semi remorque. Pas grave, si le loupiot n’a pas le permis. Allez, je ne vais pas en faire des caisses, oui, le boulot me plait toujours, et non, je ne reviendrais pas en arrière. Mais ce n’est pas si simple et si manichéen, heureusement sinon ce ne serait pas drôle.

La semaine, je chausse mes bottes de 7 lieues et mon sourire inamovible, j’applique à la lettre le manuel du savoir-vivre au travail et mes petites techniques de régulation de conflits. Le week end, je m’écroule et je voudrais bien arriver à sortir mes analyses critiques du système pour qu’il s’améliore, mais je ne peux pas. « Devoir de réserve », et neutralité sur le net. Quant tu es une fille publique, tu fais gaffe à ce qui pourrait être pris comme une attaque contre l’institution. Alors je me venge sur mes aiguilles qui en prennent plein la tronche. Et sur le bon coin pour assouvir mes pulsions de quiétude.

GANTS

Gants modèles « concept« , parce que j’ai aussi un manteau bleu et marron, et les rouges, tu comprends, c’était pas possible. Allez, fais pas semblant de me faire croire que je suis toute seule à assortir mes gants avec mon manteau.

Laine Anny Blatt, en poil de chameau et soie. Ouais. J’suis snob.

salon

Petite table Arts Déco payée un peu chère parce que je la voulais (jsuis snob).

table

Et petit chevet payé rien du tout pour mettre mon tricot quand le chat me laisse m’assoir.

salon2

 Aujourd’hui, le jour de la carpe, ou carpe Diem. 

Share Button

Variations pour un soupir (et la porte, c’est bonus)

Je sais. Mon titre est abscons. Si t’as pas eu des parents soixantuitards qui écoutaient des vinyles qui craquent en faisant des ronds avec le cigare après le café, en se recueillant religieusement sur le génie du grincement et la profondeur de l’âme de la scie musicale, tu peux pas comprendre.

Soupir donc.

sortie de garde

Sortie de garde… Trois fois, depuis qu’on s’est causé. Trois nuits blanches.

Mais il parait que vous avez été bien sages et bien dociles. Merci d’avoir cliqué.

Pour le reste, ça bouge un peu:

Un article dans Rue 89, c’est quand même la classe, non? On me dit dans mon oreillette que ça va pétitionner. Je ne manquerai pas de vous informer.

Il parait qu’après c’est l’Avent. Merci monsieur Milka. J’ai failli essayer d’avoir une étincelle d’envie de faire des petites pochettes maison avec des chocolats, mais non. Soupir.

 

Et la porte, alors?

boites

A ton aise, je te présente ma boncouinade de la semaine. En cours de youniversisation.

Et comme je suis vraiment une fille sympa, si tu ne connais pas Pierre Henry, je t’en mets un petit extrait:

 

Ah ben oui, je t’avais prévenu, hein. C’est un peu conceptuel…

Heureusement, on a mieux à la maison:

violon

Si vous êtes sages, y aura sans doute du son bientôt. ça joue beaucoup en ce moment…

Soupir.

Et comme je suis vraiment vraiment sympa: je vous fais la scie musicale. Pas de Pierre Henry sans sa scie…

violoncelle

(vous avez remarqué? Allez allez, faites moi plaisir, cherchez l’erreur….)

 

Share Button

Les dernières

J’ai l’octobre dynamique, et le novembre nostalgique.

Je ne suis pas toute seule, bien sûr, à trouver que ce mois épuisant nous arrache nos derniers petits plaisirs.

Les dernières aurores, à la fenêtre, avant de partir bosser.

port

Je sais, y a une grue devant chez moi. C’est moins classe qu’un monument historique ou une vue dégagée sur la campagne verdoyante, mais que veux tu,  j’aime ça. Je me sens presque encore un peu prolétaire, ça soulage ma mauvaise conscience de bourgeoise possédante.

Il y a les dernières roses du rosier. Anglais. Celui qui pousse tout seul et donne à la façade une petite touche cottage. Prolo mais pas trop…

rose

Les dernières trouvailles de la Chine paresseuse.

réveil

range papier

… je vous épargne le contrepet. Le contrepet est vulgaire. D’ailleurs c’est pour ça qu’il est essentiellement masculin. Vade retro, tentation phallique, sors de ce blogogynécée propre et bien élevé!

(mais quand même, vous trouvez pas que c’est d’ pot, là, cette chine?….)

Les derniers légumes d’été du panier.

tatin

(tatin courgette/poivrons grillés/ail confite/ sardines: si si ça marche avec les nains…)

Heureusement, y a mon surmoi optimiste qui me chante tout ce qui commence. L’overdose de chou/patates/carottes. Les virus et les nez qui coulent, les listes de cadeaux. Les écharpes, gants et bonnets.

Et la recrudescence de la garde. Comme les mauvaises herbes, les gardes profitent de l’espace vacant pour se multiplier. L »espace vacant, terrain contaminé par l’HPST, (Loi Hôpitaux Patients Santé Territoire) lui aussi se propage aussi vite qu’un nuage radioactif. Trouve un couillon pour faire des gardes dans le public payées… 200 euros les 24 heures, alors que dans le privé elles sont rémunérées quasiment 10 fois plus. L’anesthésiste du public, aujourd’hui, c’est un animal en voie de disparition. Il faut vite l’inscrire à WWF. Tous partent dans le privé: on y travaille moins, on est payé trois fois plus. C’est humain. C’est à peine si on ose les appeler Anakin, tellement on les comprend.

D’aucuns, plutôt que de faire pchhhh pchhhh avec le sabre laser rouge (vade retro), ont un surmoi optimiste.

Et tentent de se battre.

là: http://www.soutenezlebelvedere.org/

Parfois, ça marche: la Une du journal le Monde Vendredi…

317248_10150955709435581_802790580_21694829_655345405_n

Cliquez sur l’image pour lire l’article…

Mon surmoi optimiste espère des dernières batailles. S’indigne, imagine résistances et révoltes. Mais on dirait que novembre les endort, dans un épais brouillard de découragement, d’égoïsme et d’indifférence.

 

 

 

Share Button

Elle chine de peu, va…

Mais elle chine bien!

Je ne résiste pas au plaisir de vous la faire, celle là….

DSC_0312

vieille table en orme ultra lourde trouvée sur le bon coin.

Elle est belle, hein?

(vous pouvez aussi vous prononcer sur le contrepet. Deux jours que je le cherche…)

Share Button