La robe de mon enterrement

J’ai vécu il y a peu une expérience métaphysique étonnante. Il m’a fallu quelques jours. Pour la digérer, la cerner, l’embrasser.

Je ne suis pas sûre aujourd’hui d’en avoir complètement saisi la délicate saveur bien que je m’en délecte encore.

 

J’ai été invitée à mon enterrement.

 

Il y a avait là des amis de toujours, des amis de maintenant, des amis pas vus depuis 20 ans, et des amis vus la veille. Et même des amis jamais vus ! Bien sûr, tout le monde ne s’est pas déplacé pour m’enterrer, hein. Certains n’étaient pas prévenus de ma mort, c’est ballot. Pour la famille par exemple,  je suis immortelle. Ca évite les soucis d’héritage.

Et d’autres avaient des impératifs, des obligations, des responsabilités, des engagements… Ils seront là à mes prochaines funérailles…:-)

 

Comme je n’étais pas prévenue de ma mort imminente, je n’ai pas préparé mon enterrement.

Mais eux, oui.

Alors aux enterrements des gens qu’on aime, on y va de son compliment.

Mes amis, pour l’occasion, ont uni leurs talents. Peu se connaissaient, j’ai eu plusieurs vies, plusieurs cercles.

Ils ont fait connaissance. Comme mes amis ont tous la singularité d’être ouverts et généreux, ils ont partagé autour de mon cercueil dans une parfaite communion.

Et comme les apôtres, ils ont continué après à écrire l’histoire de ma mort, avec des mots qui touchent. Des mots tout simples et surannés, comme « gentillesse ».  Comment savent-ils que celui là ne peut que m’émouvoir?…

 

Et pourtant, contrairement à l’autre qui est resté accroché par les clous, moi,  j’étais bien vivante.

photo (1)

C’est  cool de profiter ainsi de son enterrement.

 

Pour être parfaitement franche, même si je n’étais pas totalement au courant de ma mort, je savais qu’il allait se passer un truc le 5 avril, puisqu’on m’avait vaguement suggéré de réserver la date.

A tout hasard, et aussi parce que je suis maintenant pile à la moitié statistique de ma vie, je me suis quand même cousu une robe pour fêter ça.

Une robe d’enterrement, comme il se doit. Histoire de tenter le diable. 

IMG_0552

 

(parce que ce blog est aussi un blog de couture: patron gratuit celebrate summer dress, your style rocks, téléchargeable.

Taille 12, mais j’ai raboté de deux cm de chaque côté, modifié un peu les bretelles, et ajouté des pinces devant. Tissu Etoffes des héros (doublure satin de coton noire itou).

IMG_0546

IMG_0549

IMG_0526

IMG_0550

IMG_0551

 

Une robe métaphysique, en quelque sorte. Une robe qui répond, enfin, à la question existentielle d’un devoir de philo de terminale: le temps, en ou hors de nous? Le temps n’existe que quand on le laisse éroder les souvenirs et les sentiments. Pour nous, c’est sûr, le temps peut toujours passer, et repasser, il n’aura rien à enterrer!

 

Share Button