Very bad Mother

Il est de notoriété publique que je suis une très mauvaise mère.

Je travaille (beaucoup) je ne vais pas les chercher à l’école tous les soirs, je les défends quand j’estime que les sanctions  scolaires sont injustes, et je leur fais bouffer des légumes cuisinés à la va vite parce que j’ai po le temps. Des fois même, c’est pizza (mais là ils m’aiment).

Du coup, comme ils sont très mal élevés, ils me le rendent bien. Ils choisissent les activités extra-scolaires les plus incongrues, les plus inadaptées et douloureuses pour leur mère honnie.

Le p’tit dernier par exemple. On lui donnerait le bon dieu sans confession, mais non. Il a décidé de faire mourir sa mère à petit feu. Ou plutôt à coup de gros glaçons.

Il a choisi le pire sport du monde. Celui où tu restes un week end entier transie de froid au bord de la glace à attendre désespérément les deux minutes où ton incroyable rejeton va apparaitre sous le feu des projecteurs.

Bon. A dire vrai, ç’aurait pu être pire. Il aurait pu faire hockey, je l’aurais encore plus regretté. Là au moins c’est joli à regarder, et je peux m’éclater égoïstement dans mes activités personnelles d’auto-congratulation de mon immense talent.

Ouais, du coup, je lui fais ses costumes de patinage artistique et je peux crâner en toute légitimité.

1/ Costume de patinage synchronisé (en équipe)

Le challenge était de les assortir aux costumes des filles. (c’est pas moa qui les ai fait. Juste ceux des garçons)B75W4257 B75W4286

B75W4231

Le costume est une grosse bidouille de 3 pièces:

  • une veste type queue de pie, sur la base d’un déguisement Burda, totalement modifiée pour s’adapter au strech indispensable à l’élégance de la glisse.
  • un top sans manche monté sur culotte pour l’élégance de la glisse.
  • un leggings issu d’un vieil Ottobre dont j’ai oublié la date.

Tissu en velours strech de Toto.

2/ Costume de danse sur glace en couple.

Un mois avant la compet, la directive est « la musique c’est les Temps Modernes ».

La maman de la partenaire en panique … te permet de frimer et de dire « laisse, je m’occupe de tout »… et de faire un peu moins la fière quand il faut se mettre à l’ouvrage.

L’idée était de faire la scène du restaurant, costume qui brille pour Paulette Goddard, et costume Charlot classique.

Pour le costume de fille, j’ai cru gagner du temps en prenant un justaucorps du club sur lequel j’ai rajouté un top à bretelle (tissu toto et biais élastique doré de mon placard) et une jupe cercle en lamé doré: en fait les ajustements ont été fort prise de tête et j’aurais gagné du temps à tout faire moi même!

Pour celui de Gabriel, je suis repartie de la même base de veste à basque, en raccourcissant les basques. Une chemise blanche fabriquée par des petits chinois pas chère (mère indigne un jour….) sur laquelle j’ai enlevé les manches, que j’ai raccourcie et cousue sur caleçon (toujours pour l’élégance de la glisse :-)), et un pantalon Citronille large, avec des élastiques cousus sur les côtés dans le bas pour l’effet « trop grand ». Le tissu est un truc en pétrole pas cher de chez toto, mais qui a une très belle tenue malgré son prix dérisoire.

IMG_4149.JPG

IMG_4198 IMG_4195 IMG_4197

 

Tu veux voir comment ça donne en vrai?…..

 

P1040427

Et comme je suis un mauvaise mère très orgueilleuse, j’ai cru entendre « merci Maman de m’avoir accompagné et encouragé ».

Et le soir j’ai fait des endives. Faut pas déconner.

Share Button

J’suis snob…

 

 

Je vous ai déjà dit, que j’étais snob?

Tu sais ce que ce que c’est qu’un snob? Je suis sûre que tu confonds avec le bobo. C’est normal. Tu n’es pas assez snob pour faire de l’analyse sociologique à deux balles que tu prendras pour vérité absolue parce que tu l’as écrit sur ton blog.

Le bobo, il brunche (c’est Marine qui le dit), il aime les marques à la mode, chères et fabriquées en Chine en faisant croire que c’est « home made », il regarde les séries et lit les livres que lui recommande son Télérama, parfois il blogue pour éviter des séances coûteuses chez le psy, il mange bio  mais s’enfile un pot de nutella en regardant des conneries à la télé, ou en llsant Elle, parce que c’est trop dûûr d’être un intello tout le temps, carrément, pffff, ouais, faut bien être léger, quoi dans la vie.

Le snob? Il brunche. il aime les marques à la mode, chères et fabriquées en Chine.  Son Télérama de chevet lui permet de savoir de quoi on cause chez les bobos et d’avoir un avis dessus. Il est capable de bouffer le pot de Nutella après sa soupe aux fanes de radis. Devant une émission débile qu’il analysera avec son regard aiguisé de pseudo sociologue à deux balles.

Mais le snob n’est pas un bobo. Le snob n’aime pas les bobos.

Ou plutôt, il n’aime pas être un bobo. il a la prétention du libre arbitre et de l’esprit critique (le snob est forcément un peu prétentieux). Il est à la fois un peu dedans: il apprend la couture et le tricot quand c’est tendance; et un peu dehors: il en profite pour critiquer les marques à la mode et les bons commerçants qui profitent du filon.

Comme je suis bobo, j’ai fait mon meuble à la farrow and ball (petit conditionnement et nuancier parfait, ce qui n’était pas le cas de ma peinture pour bois habituelle), alors que ce n’est plus la mode. Et comme je suis snob, je ne l’ai pas trouvée exceptionnelle, je préfère ma peinture habituelle (the little shop, woodpaint, aussi chère que la F&B parce que je suis snob).

Comme je suis bobo, je regarde des conneries à la télé pour me vider la tête. Mais comme je suis snob, je découvre Jack Bauer 10 ans après tout le monde, et ça empêche un peu d’avancer les travaux de couture. Mais comme je suis snob, j’y traque l’idéologie américaine et les relents fascisants…

Comme je suis bobo, j’ai fait une chemise en liberty pour mon garçon. Oui mais comme je suis snob, je n’ai pas pris  le liberty de tout le monde. J’aime pas le tana lawn, trop fin, trop mou. J’ai choisi de la popeline.

chemise 3

 

chemise 2

chemise 1

Chemise distinguée teen Her Little World (patron très chouette et très bien expliqué, j’ai flashé sur le col pas trop grand et les manches raglan), en taiille 10 ans. Liberty Mark en popeline commandé chez Shaukat.

Je l’ai accompagnée d’un pull sans manche bidouillé à partir du modèle Cars de Sandrine et Cie que  j’ai agrandi:

chemise 4

Laine Fonty tweed recupérée de ce ratage..

Je sais, je sais, il faut des photos portées…

Mais vois tu, mon fils, que je ne pourrais jamais deshériter en prétextant l’avoir trouvé dans un champ comme le chat, adore les vêtements cousus main, mais n’aime pas trop le montrer…

chemise 8

chemise 7

chemise 6

chemise 5

 

Share Button

Anti Si Prout

Avec mon fils, je partage un certain nombre de choses. Le goût des jeux de mots foireux, la place dans la fratrie, les yeux de cochons, les poils de tête (qu’on pourrait en faire des archets, tellement qu’ils sont raides), et un certain sens de l’irrespect. Si on lui dit qu’il me ressemble, il dit « ah non, je suis beaucoup plus jeune et plus beau que toi ». Et comme en général, je me marre, je crois qu’on est bien parti pour en faire de la graine d’anarchiste. Au collège, son sourire narquois risque de donner bien du plaisir à mes ex-collègues…

DSC_2507

Cette année, outre les bidules habituels, il m’a fait une commande.

Et cette année, contrairement à d’habitude (peut être le fait d’avoir une cuisine pas en travaux?), j’ai anticipé…

DSC_2500

Les jolis parquets préparés avec les tampons de La Fabutineuse…

DSC_2497

DSC_2498

DSC_2499

Et la cape de Mandrake, fabriquée à partir de ce patron, (gratuit et très chouette) en taille 10 ans et en satin trouvé dans une boutique à côté de Saint Lazare (bien contente de l’avoir dénichée, celle ci, pour les longues attentes en sortie de réunions…)

Tout était fin prêt pour le jour J, ce jour, celui qui rend la grise fête des morts souriante et bruyante (rapport au train électrique au dessus de ma tête…)

DSC_2514

DSC_2516

 

Share Button

coud, rage

En ce moment, je couds beaucoup. Tous les soirs, tous les week end, pas un moment sans ma machine. Des petites fleurs brodées, des genouillères sur les pantalons de crapaud, avec l’espérance candide que celui là ira une fois à la machine sans trou…

Je garnis mon armoire à tissus de manière compulsive, mais je la vide aussi.Et comme je suis une fille qui cherche des explications à tout, tu penses bien que je ne peux pas m’abandonner au compulsif sans y chercher deux trois explications.

1/ L’explication psychoaffective.

Mes enfants m’ont lâchement abandonné en me laissant glander seule à la maison quand je rentre du boulot. Je noie mon chagrin et la solitude dans le point de bourdon.

2/ L’explication météorologique.

Ça caille tellement qu’il faut se bouger. Il parait que ce n’est pas la saison pour allumer le poële, et pis de toute façon tu as tout brûlé le bois cet hiver, l’option canapé tricot n’est envisageable qu’avec moult plaids, pyjamas en polaires et tisane, il est donc un peu plus sexy de jouer de la pédale.

3/ L’explication sociopolitique.

Coudre permet de se focaliser sur un projet. De construire, de bâtir, d’achever. Pendant ce temps là, on ne pense pas à la désespérance des élections, on n’écoute pas les discours populistes et démagogiques, on ne pleure pas en imaginant l’avenir, on ne compare pas les années 2010 aux années 30, en y pointant les millions de points communs.

tee shirts

simon

simon2

On reçoit les sourires.

On se dit qu’ils ont de la chance, eux, d’apprendre à critiquer, à réfléchir et à comprendre le monde.  Seront-ils assez nombreux?

 

Share Button

Le salon des REU nouveautés

Tu as remarqué comme la vie est une répétition permanente? Du matin, dring, douche, jean ou collants, confiture ou Nutella, habille toi, sors des toilettes,  au soir t’as préparé ton cartable, on regarde Sherlock ou on travaille, t’as sorti les poubelles, et demain c’est toi qui les conduit, aux saisons qui reviennent  à l’identique, tiens l’année dernière le muguet était déjà fleuri, et le lilas, il a pas beaucoup de fleurs, aux rythmes politiques, Cheminade, il s’est présenté, y a 5 ans, je me souviens plus, aux cycles économiques; quand même c’est étonnant, les ressemblances avec la crise de 29, combien d’années après, elle a eu lieu la guerre?


Et encore, je te parle pas de la pédagogie, hein. Tu sais ça autant que moi: range tes chaussures, t’as lavé tes dents, tiens toi bien, mange pas la bouche ouverte, toussa toussa. C’est chouette avec les enfants, t’as l’impression de ne plus être tout à fait un être humain, mais un robot bionique avec replay intégré et tout un tas de détecteurs (à mensonges, à mal être, à dents et mains pas lavées, à maladies infantiles etc etc…).

Le Français, il a inventé le REU pour dire que ça REU commence, que ça REU vient, que ça se REU pète. C’est pas la moitié d’un con, le Français. (enfin, on REU vérifiera ça la semaine prochaine….)

Pis quand ça existe pas, on l’invente. Tiens, demain, moi je vais REU cuisiner ça,

pana cotta dattes

parce que j’ai REU eu plein de dattes. Pour mon dessert, je fais le choix de la datte. (oui je sais, je la REU fais…)

Pour Simon, j’ai REU cousu un tee shirt. Le même. Avec 1m de jersey, on fait donc deux tee shirt. A REU cidiver.

simon

Et je crois bien que je vais REU broder quelques fleurs, j’aime bien sur la tunique. Rassurez vous, je ne montrerai pas mes cuisses à tout le monde, je vais faire une jupe avec. Mais comme il caille, j’ai REU la flemme. C’est pas tout de suite que je fais REU sortir mes Birkenstock rose pour aller avec.

tunique

Et comme c’est à nouveau le printemps, je REU coupe des fleurs que je ne vais pas REUnifler dehors, et j’en fais des bouquets que je trouve jolis.

bouquet

Heureux, le con de chat qui n’a pas la sensation de bouffer tous les jours la même souris, qui se bat avec son con de rival avec la même fougue sans avoir l’impression d’avoir déjà entendu ses arguments feulés. Heureux, l’idiot qui choisit son vote sur un discours et une image en oubliant les actes, heureux l’enfant qui ne connait que le présent et qui ne craint pas le ressaut de l’Histoire.

Heureuse, la blogueuse qui n’a pas d’archives.

Share Button

On pourrait croire…

On pourrait croire que je ne fais rien, mais si.couture

On pourrait croire que je n’ai rien à dire, mais si. Je passe beaucoup de temps à dire, mais ailleurs… Du coup, je n’ai plus trop envie de dire ici, ce n’est pas le lieu. S’impliquer, c’est épuisant.

On pourrait croire que je n’ai plus de temps pour les questions existentielles, mais si…

tunique

Est ce que les réglages de Mauricette reflètent mon corps de rêve?

tunique 2

Les fleurs appliquées, ça va faire vraiment too much avec mes Birkenstock rose fluo et noir?

echarpe

Je l’offre ou je la garde pour moi?

tee shirt

tee shirt2

La recouvreuse, c’est une envie de droguée de la consommation ou ça se justifie? (vu que ma machine coud pas trop mal le jersey et que l’aiguille  double  se débrouille pour faire genre j’ai une recouvreuse à l’extérieur… ouais, mais l’intérieur…..)

Allez, si ça t’intéresse:

1/ début d’ensemble à la manière de « parfum du ciel« , tissu strech Mondial tissu.

2/ Echarpe en voile Etoffe des Héros, avec le petit fil qui brille, papillons cousus au fil invisible pour faire genre ils se sont posés sur l’écharpe.

3/ Tee shirt modèle Ottobre 4 2008, jersey imprimé Michas Stoffecke, jersey uni et bord côte Tissu.net.

Share Button

complètement troc troc!

Ce que j’aime bien, dans la blogosphère…

Ça y est. Vous vous dites « chouette, encore un message plein de fiel sur ce monde étrange peuplé de filles toutes plus parfaites, plus talentueuses, plus originales les unes que les autres…et  toutes meilleures amies parce que tout le monde s’aime dans cet univers sucré. » (pardon « blogocop’s », j’ai encore du mal avec le « itlangage »…).

Ce que j’aime bien, dans la blogosphère, disais-je donc avant d’être grossièrement interrompue par moi-même, c’est l’entraide.

Ça y est. Vous vous dites « tiens, elle a pas dû apprécier l’insuccès des messages précédents.  Apparemment, les abonnées sont amatrices de cuir, de menottes et de fouets. Quant y a rien de méchant, personne ne la ramène, hein!  Pour se refaire une image, elle va donc encore baver sur les mercantiles. Les vénales. Celles qui offrent des tutos pour qu’on aille sur leurs blogs, « et n’oubliez pas de mettre un lien patati patata… », et un beau matin, plus de tutos, ben non. Sont tous dans le bouquin qui vient de sortir avec son nom dessus et puis le nom du blog aussi, c’est quand même ce qui l’a rendue populaire… « 

Meuh non les cocottes. Rangez vos cuissardes et vos menottes…

Ce que j’aime bien donc, dans la blogosphère, c’est l’entraide, l’échange. En vrai, hein.

Par exemple, moi, j’aime bien les vieux trucs. Je sais, c’est tendance, le vintage. Que voulez vous, je suis faible. Bon, j’ai toujours aimé ça, moi, fouiller dans les greniers, trouver des vieux meubles et leur donner une seconde jeunesse. D’ailleurs, à part un canapé, une commode, des étagères billy et un lit Ikéa, je crois bien que je n’ai jamais acheté un meuble neuf…

Par contre, pour la brocante, jsuis pas trop douée. Le lever le Dimanche quand le jour commence à poindre, c’est un truc de ouf, là, même pas envisageable. Je me suis trouvée comme fausse excuse un lever quotidien à 6h10. 6h45 le samedi, c’est la fête. Du coup, je suis frustrée de la Chine. (non, y a pas de contrepet. Mais ça pourrait hein). Évidemment, en tant que blogueuse, je suis une perfection divine, qui travaille, a une belle maison, un mari chéri et des enfants magnifiques. C’est dire si la frustration ne fait pas partie de mon univers. Donc c’est un dilemne cornélien, pour moi le Dimanche matin. M’es tu donné que pour  ronfler ou puis-je aller chiner?

Et c’est là que la blogosphère sauve mon âme perdue.

Parce que chez les blogueuses, y a des divas de la Chine. (Y a toujours pas de contrepet. J’ai cherché, j’ai pas trouvé. Faudrait un « p »…). Avec qui on fait des échanges, on s’aide quoi….

Y a pas longtemps, j’ai reçu ça:

cloche

(la cloche. Les carrot cupcakes, c’est moi qui les ai fait dans ma cuisine toute neuve. Je suis une blogueuse, je vous rappelle…)

Et ça:

pot

(tu as tout à fait raison, toi l’observatrice, ce n’est pas ce qu’il y a de plus pratique pour retrouver son fil. Néanmoins c’est  joli et ça n’encombre plus ma boite à couture.)

Et il y a eu aussi ça:

menier1

menier2

Et ça:

plats

En plus, ça tombe bien, les zoziaux de Laure ont quasiment la même taille que mes nains.

Rosalie a eu sa robe de Wendy:

wendy1

wendy2

wendy3

Robe bidouillée à partir du modèle « brooklyn » de c’est Dimanche, en 4 ans agrandi.

Tissus superposés de Mondial tissus (ouaaaaaaais, un Mondial Tissus vient d’ouvrir à Barentin!!!!): un satin vert d’eau moiré et un voile bleu… une chiotte à coudre, évidemment!). Maintenant que je sais faire, il pourrait bien y avoir une série de cadeaux pour les petites fans de Peter Pan….

Essayage sur Gabriel, non, vous n’aurez pas les photos… Il a été bien recompensé de sa patience, même qu’il veut bien réessayer des robes pour Rosalie…:

stroumphs1

stroumphs2

Et pour Anatole:

chemise1

chemise2

chemise3

Une chemise Eton « madame Maman » en 8 ans,

tissu fleuri toujours de chez Mondial Tissus.

T’as raison, j’aurai pu au moins faire 4 messages pendant un mois avec celui là.

Allez profite, ça va te faire des vacances!

 

Share Button

Relativiser

Avant, je trouvais ça difficile, de me lever du Lundi au Vendredi à 6h30 pour emmener tout le monde au boulot à 8h30. Maintenant, je vais supporter le réveil à 6 heures, du Lundi au Samedi pour déposer Hela au collège à 8h.

Avant, je trouvais qu’emmener les enfants dans deux écoles différentes, ce n’était pas très pratique. Maintenant, je vais jongler avec la maternelle, la primaire et le collège.

Avant, j’aimais bien qu’ils aient de beaux habits, le jour de la rentrée. Encore mieux si c’était home-made. Lundi, ils sont partis en jeans à trous et vieilles baskets.

Avant, je mettais un petit peu en scène mes photos de couture, pour copier les standards de la mode enfantine. Parce que je trouvais ça joli. Maintenant, la mode enfantine représente pour moi un truc un peu ridicule, un sommet de boboïsme où les enfants sont les instruments des frustrations parentales, et les cobayes/victimes d’un monde de l’image et du paraître.

Alors mes photos sont moches, prises au flash au petit matin avant le départ pour la grande journée. Elles servent juste à montrer que le pantalon il va bien. Et c’est suffisant…

DSC05799DSC05801

DSC05800

DSC05802

Pantalon en gabardine marron (tissu.net, je crois)

Modèle Ottobre 4, 2008, la plus petite taille sans marge de coutures. Rajout de genouillères, pas pour faire classe, mais juste pour éviter les trous.

Share Button

Le comble de…

la blogueuse mouton noir? la langue de vipère?

Vous savez, celle qui est dotée d’un esprit critique surdéveloppé, proportionnel à son appendice nasal, par Dame Nature/ à cause de son penchant pour le satanisme et la sorcellerie / du fait de son éducation dans la débauche, l’anarchie et l’impertinence par des éleveurs de chèvres aux cheveux longs et robes à fleurs, peace, man (rayez la mention inutile selon vos convictions personnelles).

Elle est tombée sur un os.

Elle a commencé par commander des patrons Citronille, elle en a dit beaucoup de mal.

Elle a testé C’est Dimanche, bon, c’est bien fait, c’est sûr. Mais c’est gâché, quand on ne va pas à la messe.

Burda, bien entendu, elle en a raillé la langue étrange et les coupes modernes. Ottobre, Farbenmix, Oliver+S, tout ça c’est bien beau, mais faut lire l’anglais dans le texte. ça pouvait le faire quand c’était une grosse feignasse de prof à mi-temps, elle planquait son magazine à traduire entre deux copies, et roule. Avec un temps de couture fortement réduit, vraiment, la langue de vipère n’a pas envie de se fatiguer.

C’est pourquoi elle a enfin testé une nouvelle marque de patrons dont tout le monde dit du bien, qui n’est pas encore en tête des box office, c’est encore mieux, cela donne l’impression de devancer les tendances.

Réception rapide, petit mot personnalisé, y a plukà découper le patron dans la bonne taille.

Pour commencer, j’ai pas choisi le plus facile, la petite chemise de garçon. Faut être minutieux, bien marquer son tissu, bien repasser de partout, prendre son temps. Les schémas sont ultras clairs, pas besoin d’aller zoner sur internet pour trouver un pas à pas. J’ai beau chercher, je ne trouve pas de défaut.

Le comble! Du coup, la langue de vipère comblée devient dithyrambique…

anton_1

Anton_2Anton_3

Anton_4

Anton_5

Anton_7

Chemise patron Eton Madame Maman, taille 4 ans, aucune modification,

Tissu au poids Toto, (prix de revient de la chemise: environ 4 euros, pour une fois que la couture est rentable…)

Joe Dalton, 4 ans.

Share Button

LE tuto

Le tuto, amie novice, blogonaute débarqué de la lune, ou bien homme velu suçant encore son nonos avec les dents, le tuto, c’est LE truc qu’il faut faire quand tu blogues. Ça a beaucoup d’intérêts.
D’abord, ça montre à l’ensemble des blogonautes que tu es une fille super sympa qui partage ses petites astuces du quotidien. Genre, tu fais un tuto pour dire comment tu mets le thé dans le sachet, comment tu déroules le PQ dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, ou comment tu utilises le fil à couper le beurre. C’est vrai qu’il y a toujours des imbécilenautes pour ne pas le savoir.
Ensuite, ça fait monter tes stats. Pour un peu que ton tuto soit référencé quelque part, tu as plein de visites gogoles sympas. « comment on fait pour enculer les mouches », « couper les cheveux en quatre sans se blesser », tout ça. ca change un peu du « blonde à forte poitrine » quasi quotidien.

J’ajouterai que c’est bien pratique pour la blogueuse paresseuse qui n’a pas le temps de coudre 12 vêtements la semaine. Deux articles pour le prix d’une couture, emballé c’est pesé, je vous mets le persil avec, ma petite dame?

Enfin, et ça c’est bien le plus important, ça te donne l’impression d’être supérieurement intelligente. Et comme je n’ai plus les regards pétris d’admiration baveuse de mes petits élèves en extase devant mon savoir incommensurable et mon sens de la pédagogie inné, il faut bien que je me venge sur quelqu’un.
J’ai bien essayé d’expliquer au héros comment on allume le fer à repasser. A mes enfants comment on rince la baignoire. Mais forcément c’est pas le genre de choses qui les met dans une transe extatique. Alors pendant que je vous choppe, là… Je vais vous apprendre, là, maintenant, sous vos yeux ébahis…
Comment on fait……… le pantalon Ottobre Guitar Jean’s. Même si vous n’aviez jamais eu l’intention de le faire!

Applaudissements

Ahem, allez, je commence.
Donc déjà, amie blogueuse, tu achètes là le magazine OTTOBRE 4, 2008. Sinon, c’est mal.
Ensuite, tu recopies le bon patron. Attention aux marges de couture, qui ne sont pas comprises. Les instructions générales sont traduites sur le forum des ottobre’s addicts.  Et tu vas à la page 38, pour les explications. Tu sues des dessous de bras, comme moi, alors tu te précipites sur ma traduction (approximative).

Coupe:
Couper les fonds de poche et la doublure de ceinture dans un coton plus fin et les autres pièces dans le denim. Couper aussi 4cmX 40cm de bande de denim pour les boucles de ceinture.

Couture

Instructions générales: piquer les lignes de couture au point droit et faire les finitions au point zig zag. Les doubles surpiqûres des ouvertures de poche sont espacées de 10 mm, les autres de 7 mm sauf instructions spéciales.

Entoiler la ceinture.

Poche à monnaie(6): Coudre l’ourlet du haut de poche en repliant sur l’envers. Replier les surplus de couture sur les autres bordures sur l’envers, et surpiquer la poche sur le devant de poche droit (4) comme indiqué sur le patron.

Les poches devant. Je me suis aidée de coupe-couture pour comprendre:

Coudre les fonds de poche (5) à l’ouverture de poche sur le panneau devant du pantalon (1) endroit contre endroit:

tuto1

Sous-piquer les surplus de couture sur les fonds de poche.

Plier les fonds de poche sur l’envers

tuto_2

et surpiquer les ouvertures de poches.

tuto_3

Épingler la poche sur le fond de poche, endroit contre endroit, et coudre l’arrière de poche. Bâtir à la machine les bords de poche à la taille.

tuto_4

Assemblage:

Replier le haut des bords des ouvertures de poche dos. Épingler et surpiquer les poches sur les dos de pantalons (3) à l’endroit indiqué sur le patron. Coudre les empiècements dos (2) aux dos de pantalon et surpiquer les coutures. Coudre les intérieurs de jambe:

tuto_6

Replier les surplus de couture sur le dos et surpiquer les coutures.

Surjeter/surfiler les surplus de couture des bords de l’entrejambe.

Coudre l’entrejambe et poser la fermeture éclair à la patte, en suivant les instructions p 46 (schéma très clair!)

Coudre les côtés du pantalon, replier les surplus de couture sur le derrière et surpiquer les coutures de la ceinture jusqu’aux côtés des poches. replier, épingler et coudre les ourlets de jambe comme indiqué sur le patron.

Boucles de ceinture…. Heu… J’ai pas tout compris: Je crois qu’il fallait coudre la bande, la surpiquer au milieu, puis la couper en 5 morceaux d’égale longueur, et ensuite les épingler aux endroits indiqués, endroit contre endroit.

Ensuite, je n’ai pas fait de traduction précise: ne pas oublier de faire des boutonnières si vous mettez un élastique à trous à l’intérieur si votre fils est tout maigre, coudre endroit contre endroit les deux morceaux de ceinture, épingler sur le pantalon endroit contre endroit, replier le surplus à l’intérieur et surpiquer. (ma ceinture était un peu petite, également…). Coudre les boucles en haut de la ceinture.

Enfiler le beau pantalon sur le garçon et prendre une photo avant qu’il ne tire la langue (c’est le plus dur!)

Share Button