Parlons chiffons…

J’annonce la couleur, les deux hommes qui lisent ce blog, vous pouvez quitter tout de suite la page, ça vous évitera de pérorer. Ouais, je suis comme ça, moi.
Peut être que je ne n’ai pas l’inspiration pour raconter une histoire follement drôle à partir d’un bout de tissu. Peut être que l’apéro va être servi dans 10 mn et que je dois me grouiller de torcher ce message. Peut être que je suis tellement euphorique de mon travail que j’y consacre toute mon énergie, que j’y trouve la reconnaissance sociale dont j’ai besoin, et du coup je n’ai plus besoin de mon miroir magique déformant … Ce sont les mystères de la blogueuse.

Mais revenons à nos chiffons.
Vous vous souvenez de ce pull? Injustement trop vite présenté sous prétexte de règlements de compte conjugaux, j’ai omis de préciser à quel point il est agréable à tricoter. J’ai voulu lui rendre hommage en lui cousant un pantalon qui va bien, un modèle qui me fait de l’œil depuis un bail, tout en faisant transpirer des dessous de bras rien qu’à la lecture des explications, j’ai nommé le guitar jean’s Ottobre du 04/2008. Le hic, ça été  le tissu assorti,  je cherchais une toile gris/kaki. Introuvable.
Alors j’ai fait les fonds d’armoire, trouvé un tissu déjà utilisé, qui me semblait adapté au premier essai.
Pour tout dire, ce premier essai est loin d’être parfait, j’ai merdé sur la ceinture comme vous pouvez voir sur la photo.
guitar_jean3

Guitar jean’s Ottobre 04/2008,
taille 6 ans largeur/8 ans longueur,
rajout des genoux dans l’espoir que le susdit dure plus de trois semaines comme tous ses pantalons…
Et j’ai rajouté un élastique à boutons dans la ceinture parce que mon fils n’est pas suffisamment  nourri par sa mère qui ne fait que des légumes pas bons à bouffer.
Tissu métis lin/coton Etoffe des héros.

Le derrière est nickel chrome, j’ai fait toutes les surpiqures à l’aiguille double mon amie parce que je suis une feignasse.
guitar_jean_4

Sur le zouave (négociations toujours très difficiles…..), ça tombe à la perfection:

guitar_jean_2

Et avec le pull, moi j’aime bien…

guitar_jean_1

Mais j’ai des goûts de chiottes très classiques!

Et si ça vous intéresse, j’ai tout traduit et pris des photos pour faire un tuto, mais faudra faire beaucoup de bruit, parce que j’ai une fleeeeeeeemme, mais une flemme….

Share Button

Les povres enfants de la fille qui coud

Je plagie le titre de ma keupine qui disserte souvent sur les misères de la fille qui coud. Elle a raison, la fille qui coud est quand même un phénomène de société, un peu comme la fille qui mange bio, la fille qui blogue, la fille qui a trois enfants…

La fille qui coud qui fait les soldes est un peu présomptueuse. Elle y va juste pour sa marmaille car elle est fort raisonnable concernant sa garde-robe (rapport à M le précepteur, qui a décidé que sa cuve de récupération d’eau pluviale n’était pas déductible, deux ans après, et qui lui demande donc le remboursement, et les intérêts, et les pénalités de très mauvaise citoyenne qui a cherché à gruger l’Etat, ouh ouh, la Vilaine, faut dire, aussi, t’es cruche de ne pas t’appeler Fanny Bettencourt!)
Elle voit des choses fort jolies mais fort chères, et trouve qu’avec son talent, elle peut largement subvenir aux besoins vestimentaires de son troupeau, suffit d’un peu de temps. Et elle n’achète quasiment rien, ce qui ravit le banquier. (et le héros, tout étonné)
Oui, mais. Dans le troupeau, y en a un qui se retrouve rapidement cul nu, c’est celui qui n’hérite pas des fringues de son grand frère, et celui qui n’est pas une fille (car une fille, c’est une règle, a toujours plus de trucs dans son placard qu’un garçon, c’est scientifiquement prouvé…).

Alors sa mère prend pitié, et coud un truc vite fait.
Un truc que si elle l’avait fait 10 jours plus tôt, elle aurait pu faire du collectif, mais vous savez bien qu’elle est associable (et colérique et insubordonnée!)
ensemble_Simon_1 ensemble_Simon_2

ensemble_Simon_3

Chemise: tunique à encolure boutonnée des IPE, taille 6 ans largeur, 8 ans longueur, manches trois/quart avec une patte pour remonter, boutons pression Ar Brinic, tissu Etoffe des Héros
Short: modèle Burda mai 2010, taille 6 ans (et c’est un peu grand!), toile Etoffe des Héros.

Share Button

Etude chronocomparative de la pyjamattitude.

Avant:
Mes enfants grandissaient vite. Pour dormir, ils mettaient des pyjamas. Leur armoire débordait de pyjamas, plusieurs par saison, des chauds, des très chauds, des moyens, des pyjacourts, des pyjashorts, des grenouillères à pieds, sans pieds, des robes de nuit, des chemises de nuits, des robes de chambres, des peignoirs… De toutes les couleurs et assortis, s’il vous plait…
Après:
Ils grandissent toujours mais mettent les pyjamas jusqu’à ce que mort (du pyjama!) s’en suive, jusqu’à ce que les pyjalongs se transforment en pyjacourts, jusqu’à ce que les manches longues se métamorphosent en 3/4.
Avant:
Mon budget pyjama était faramineux. Je prétextais le manque de pyjamas pour aller faire un tour en ville, je commençais par les grandes enseignes à bas prix, en pestant contre le style et la qualité, et finissait immanquablement chez Petit Bateau en pestant contre le prix. Et pour ne pas perdre mon temps, je continuais à errer dans les rues de la ville le nez au vent, en complétant ici et là les gardes robes familiales. (heu… surtout la mienne, en fait,)
Après:
Quand vraiment les pyjamas sont déchirés à l’entrejambe, troués aux genoux et déchiquetés des avant-bras, je me décide à… A quoi au fait? Je ne vais pas quand même acheter un pyjama?… Rentabilisation du matériel de couture. Prix du petit bat’ alors que c’est trois bouts de tissu à assembler! Refus du pyj’ chinois avec Cars ou Spiderman dessus.
Je passe trois heures à trouver le modèle. Il met 15 jours à arriver. Je choisis mes tissus d’un clic de souris. Éventuellement je file en ville compléter ma matière première, je ne traine pas, j’ai de la couture à faire (ou des copies à corriger…). Je croise un ou deux magasins qui me chantent de douces mélodies de sirène, et je les repousse avec une volonté de fer… Nan mais tu as vu le prix de ce pantalon? Pfff, en deux heures, c’est fait, y a même pas de braguette, même pas de poches italiennes, même pas de passepoil… Faudra que j’essaie de copier, tiens.
Avant:
Tu as vu, Simon, je t’ai acheté un pyjama?
….
Tu aimes?
….

Après:
Simon je vais te faire un pyjama, tu aimes ce tissu?
-Oh ouais trop bien, trop super, j’adore

Première soirée, 2h, montage du haut de pyjama.
Le matin, essayage rapide sur Simon.
-Ooooh, il est beau, il est doux, dis maman, tu te dépêches de le finir, mon pyjama?
Deuxième soirée, 1h, le short.
Essayage.
-C’est le plus beau pyjama du monde, je peux le garder, je peux le garder?

pyjama_Simon1

pyjama_Simon_2

pyjama_Simon4 pyjama_Simon_3

pyjama_Simon_5

Haut de pyjama à partir d’un modèle Ottobre, automne 2008, très bidouillé, taille 122 sans marge de couture
Bas, bidouille perso.
Léger foirage du col un peu trop large.
Tissu: rayé: fabric addicts, jersey noir toto.

Bilan:
1/ La pyjamattitude, c’est à la fois économique et dispendieux.
2/ La pyjamattitude, c’est à la fois chronophage et efficace.
3/ La pyjamatttitude, c’est le top pour les cœurs d’artichauts des mamans et des garçons…

Share Button

La complainte du découvit…

Vous l’entendez, son râle de dépit? Ses geignements de colère? Son grognement d’insatisfaction?
Le découvit, faut expliquer, aux non couseuses. Le découvit, c’est ce petit outil.

d_couvit
Moi j’en ai deux, un dans la machine à coudre, l’autre qui vadrouille ça et là au gré des humeurs. Sans le découvit, la couseuse du Dimanche pleure. Avec, elle grogne, elle jure, elle défait, puis refait. ça permet, comme son nom l’indique, de découdre. Vite. Enfin à peu près… Et bien, enfin… à peu près aussi (il en a entendu des jurons, ce p**** de découvit qui s’est gouré de fil à casser, hein…)

Pourquoi qu’il pleure, mon découvit?…
Parce qu’il est quasiment au chômage technique!
Rendez vous compte, sa patronne a découvert les patrons « C’est Dimanche »….
Enfin, découvert, c’est un bien grand mot, Alexandra, ça fait longtemps qu’elle avait donné le tuyau, dès le premier patron acheté, mais la patronne, elle hésitait, trop … classique? large? Difficile à mettre?… Sais pas trop en fait, une drôle d’impression…
Et puis à force d’en voir, elle en a commandé.
Une « vareuse »… Déjà, rien que le mot, la patronne, elle aimait pas trop, parce que quand on a habité 20 ans au bord de la mer, la vareuse, ça représente l’accessoire du parisien en vacances, aisément repérable   à sa marinière, son ciré jaune, et sa botte aigle. Choses que bien sûr, les autochtones ne mettent jamais, sauf exceptionnellement pour aller pêcher les étrilles, ou faire un tour dans le bateau… Pas 100% convaincue par le modèle, mais les patrons garçons sont déjà tellement difficiles à trouver, ne pas faire la fine bouche…
Il a fallu trouver le tissu qui va bien, ni bleu, ni jaune, ni à rayures… Un coup de cœur Etoffes des Héros (métis lin/coton épais), qui en passe de devenir mon fournisseur officiel… Le tissu appartient à la blogueuse qui se lève tôt…
Et se mettre au boulot. Avec tout de même un certain stress. Elle a tellement lu partout que ces patrons étaient hyper bien taillés, elle a tellement craché dans la soupe des patrons en vogue. Imaginez, qu’elle se plante, c’t’ honte, c’t coup à l’égo surdimmensionné de néo couseuse du Dimanche autodidacte, que ça lui ferait! Et vlan!

Et là, la patronne a eu comme une révélation, avec le patron de soeur Alma… Y a pas, soeur Alma est inspirée.
Parfaitement expliqué, parfait, tout tombe pile poil, c’est magique! (ou divin peut être…).

glasgow_1

glasgow2

Le découvit, chômiste, qu’il va devenir, si tous les patrons sont taillés ainsi!!!!

Heureusement pour lui, la patronne est quand même un peu une quiche…

D’abord, elle a choisi « la taille au dessus », 8 ans, pour le haricot, c’est un peu large. Elle n’a pas osé toucher aux marges de coutures, pour une première! (circonspecte, d’abord, sur la marge de 0,75, et finalement, c’est vachement facile!)

glasgow3  glasgow4

Et surtout, elle a posé sa parmenture à l’envers, ouf, le métier de découvit n’est pas prêt de se délocaliser malgré la crise…

Share Button

Est ce bien raisonnable?

A 3 ans, Joe Dalton se trouve « crè beau avec ma chemise ». Joe Dalton exige donc des chemises. C’est ainsi que l’idée est venue à sa mère.
D’abord, d’acheter le patron Théodore, bien avant qu’elle ne décide de boycotter cette marque destinée aux novices de la couture, tellement étonnées d’avoir pu terminer un truc cousu main qu’elles n’en voient pas les défauts …
Ensuite, d’acheter du tissu à chemises, il y a bien longtemps, tellement longtemps qu’elle ne se souvient plus où…
Enfin, un jour, de trouver le courage de s’attaquer aux 9 pièces à décalquer (très soigneusement, histoire d’être bien sûre que les erreurs ne viennent pas d’elle…) découper, assembler…

Le résultat… est loooong, très long. Mais pas si difficile.
Je m’interroge encore une fois sur le patron: est ce normal que le devant soit… moins large que le derrière? J’ai suivi scrupuleusement le patron, et j’ai constaté ce défaut soulevé par quelques citraddicts. ça fronçouille devant, est ce la forme des manches, où le fait que les deux devants sont plus courts que le dos? Pour essayer de pallier ce défaut, j’ai élargi le devant en raccourcissant la patte, du coup, mon col est posé à l’arrache, sans repères précis puisqu’avec des marges de couture approximatives.

chemise_1
chemise_2
détails:
chemise_3 chemise_4

Joe Dalton est ravi. Il a même sa  poche à menus larcins.

chemise_5 chemise_6

Sa mère un peu moins.
D’abord elle se demande si c’est bien raisonnable… Temps, passé, investissement, prix d’une chemise chez Kiabi?….
Ensuite, elle recommencerait bien des chemises, pourquoi pas, mais avec un patron, un vrai. ça tombe bien, y en a des nouveaux chez Oliver+S. Et puis elle vient de découvrir Ottobre
A suivre…

Share Button

En attendant…

En attendant…
– la motivation pour ressortir les machines à coudre. Il faut avouer qu’en ce moment, larver avec une paire d’aiguilles sur le canapé près du feu, c’est beaucoup plus facile…
– que je puisse vous montrer « ‘l’ensemble en cours » porté, de manière plus flatteuse qu’à la lumière de la bougie.
– de retrouver le désir de dialoguer, polémiquer, critiquer, partager, ergoter, pérorer…

Donald_Simon1

Donald_Simon2  Donald_Simon3

Modèle Donald, Citronille, taille 8 ans, tissu de la Mecque -Stop Tissus-, dégoté avec Carine en Novembre,  j’ai rajouté des bords-côtes pour faire comme chez Wowo (jsuis rien qu’une copieuse…)
En tout, 2 heures de travail… pfff…

Share Button

La tempête de neurones

Et voilà, ça recommence…..
C’est sans doute l’effet « mois de janvier ». Y a trop de différences de températures, choc thermique, évaporation, alizés, refroidissement et zou… des congères dans la tête. Des pensées  qui restent bloquées, des tourbillons d’idées  qui s’emmêlent et se chiffonnent.
Il y a aussi l’absence de la chronique amère de Simon Tivol à 7 heures moins le quart, qui rend les informations moins digestes, c’est sûr, ça joue; un peu comme une petite brume de mer supplémentaire qui refroidit le vent.

Dans ce cas, il est donc plus facile de démêler les fils, et de repasser le tissu, plutôt que les idées.
Dans ce cas là, la machine à coudre, la surjeteuse (quel engin, mes soeurs, quel engin!), les aiguilles sont tes amies, en pilotage automatique, elles bravent parfaitement la tempête.
ensemble_Simon1

ensemble_Simon2

Pour Simon, un ensemble:

pantalon patron Oliver+S  le même que …) en 4 ans largeur, 6 ans longueur, velours Entrée des Fournisseurs, liberty Chilterns
Tunique même tissu, patron Mériem de Citronille (oui, j’ai encore copié!!!), en 8 ans.

ensemble_Simon3

Ooooooh, mais Fanny, c’est quoi cette laine que tu as dénichée, qui va parfaitement bien?…. Hmmmm? Vous trouvez aussi?…. (c’est mieux que l’épinard, hein?…)
To be continued…

Share Button

Le patron américain- Lieux communs.

Un jour, j’ai commandé un patron américain. Oui, moi, j’ai lâché mes petits préjugés anti américanistes primaires, et j’ai osé.
J’ai cliqué, . Le site est joli, le paiement facile, le taux de change intéressant.
Le modèle pour garçon, simple sans être sac à patate.
patron_oliver_S
Une semaine plus tard, une enveloppe internationale… et là, argh. Faux pas. Je reçois un modèle de petite robe taille 6 mois 2 ans… groumph. J’use de mon franglais le plus incompréhensible pour signaler l’erreur, et une nouvelle semaine plus tard, nouvelle enveloppe internationale, avec le bon patron dedans et toutes les apologizes de circonstance… ! (ce qui fait que j’ai donc reçu deux patrons pour le prix d’un, voui voui voui! Sont forts, ces Américains, pour le commerce!)

Je l’ai laissé mariner longtemps, bien que j’avais le tissu adequat. D’autres soucis, l’attente du père Noël…

Et puis maintenant que les soucis sont entre parenthèses, que le père a exaucé mes souhaits, j’ai pu m’y atteler, m’entraîner à faire de belles finitions…

Le patron américain, donc, a le mérite d’une très grande clarté. Je pense qu’il serait écrit en mandarin, on comprendrait quand même, tellement les schémas sont parlants.  Sont forts, ces Américains, pour tout simplifier!

La découpe est parfaite, tous les repères correspondent, d’ailleurs, des repères, y en a plein, pour éviter de se perdre en cours de route. Sont forts pour la signalisation, ces..

Le résultat? Impeccable:
pantalon_Oliver__S_2 pantalon_Oliver_S_3
pantalon_olivers_S
Velours chocolat Entrée des Fournisseurs
Coton IE
taille 6 ans largeur, 7 ans longueur.

Sauf que…
Vous ne le verrez porté que l’année prochaine au mieux. Semblerait que Simon, 6 ans,  à peine 18 kilos pour 1m10, ne mange pas assez de hamburgers pour les patrons américains…
Je m’y remets, mais en 4 ans, cette fois…

Share Button

Pan, sur le bec…

Voilà ce qui arrive quand on fait son intéressante. La preuve par trois.

1/ Tu fais un message dans lequel tu te présentes comme l’Héroïne, la seule capable de résister au rhume Noir, à la Peste, à la gripa. Pis tu la choppes, comme tout le monde. Mais après, quand tout le monde est guéri. Tu te dis que c’est mieux, mais quand même tu te sens un peu en décalage… Et puis tu essaies de ne pas trop de plaindre, rapport à ce que tu as dit sur ta fille « mauvaise malade », ton héros « qui agonise dès qu’il a un pet de travers », tout ça…. Dans ce cas là, le profil bas est de rigueur…
Heureusement, c’était Halloween, hier…

masque

2/ Tu craches dans la soupe de la blogosphère, tu y déposes tes petites araignées de sorcière, tu mélanges un peu, et tu te demandes si la soupe n’est pas un peu fade. Et voilà qu’on t’envoie le petit piment qui redonne du goût…. Merci Angéla pour ces très jolies mitaines…

mitaines

3/ Tu dis que tu es une associable de la blogosphère, que tu ne veux pas faire de toile, tu te prends pour un électron libre… Et finalement, tu te trouves un petit noyau sympa, et tu te remets à jouer collectif…

Le great défi, un petit groupe pour essayer de dépasser ses angoisses de couture, une sorte de thérapie de groupe. Le premier thème, je maîtrisais à peu près, c’était « patte de boutonnage », et j’en ai déjà fait, , et , et . Mais j’ai profité pour peaufiner, notamment grâce à une vidéo de prof archi bien fait (c’est un métier, la pédagogie, quand même…). Explications beaucoup plus claires que sur les schémas de Citronille… Du coup, j’ai suivi à la lettre la méthode, je n’ai pas fait deux côtés de longueur différente comme sur le patron, et ça fait une patte toute simple. Elle est un peu large, par contre… Et puis, du coup, concentrée sur la patte, j’ai foiré le biais d’encolure qui est bien mal posé. Suggestion pour le prochain thème?….

Balthazar_Gaby

balthazar_gaby2

Patron Balthazar en entre le 2 et le 4 ans, tissu wowo, reste de drap…

Le prochain c’est …. premier janvier…. ça va bien, les filles? Vous n’avez pas autre chose à faire la veille? Vous pensez qu’on sera en état de poster un message, le premier? Moi, je dis ça, c’est pour vous…  Le 31, le héros est de garde, je pourrais coudre toute la journée, toute la soirée, si je veux…Et j’aurais même pas mal aux cheveux le premier…

Share Button

Le pyjama de Poil de Carotte

Le dernier-né est un petit malheureux.

D’abord, il a récupéré la chambre dont personne ne voulait. Celle qui est toute froide en hiver…
Ensuite il était encore un tout petit bébé dans son lit à barreaux et sa gigoteuse, il y a à peine deux mois. Et là, pouf. Grand d’un coup. A l’école. Sans couche. Dans un grand lit avec une couette…

Alors, évidemment, le dernier-né se rebelle. Non pas qu’il souhaiterait récupérer son petit lit et sa gigoteuse, non non. On y prend goût, à la liberté…  Mais le dernier profite de sa position de »pôvre petit que l’on fait grandir trop vite alors que quand même, c’est le petit dernier à sa maman, l’éternel bébé »… Il voit bien que ses parents culpabilisent un poil, quand ils demandent la gorge serrée à la maîtresse: « ça s’est bien passé aujourd’hui? ». Quand sa mère se lance dans de grandes justifications laborieuses à la sortie de l’école, après qu’ une maman ait lancé: « oooooh, mais il est tout petit, il a trois ans?….. »

Alors, il se lève 15 fois la nuit… Va demander de l’eau, pipi, caca… Va ouvrir la porte aux chats, en la laissant grande ouverte. Va se servir en chocolat…ça a du bon, la liberté…

Sa mère, qui réfléchit beaucoup,  a trouvé la solution. S’il se réveille, bien sûr, le pôvre chéri, ce n’est pas que c’est un sale gosse mal élevé. Ben non, c’est pas possible, petit ange… C’est qu’il a …. froid… C’est évident… Il ne sait pas encore remettre la couette sur ses petites jambes.
Alors sa mère lui fait un pyjama chaud, bien chaud. Avec des poches pour mettre ses larcins volés à ses frères et soeurs trésors.

pyjama_Gab_1  pyjama_gab_2

pyjama_Gab_3
Bas: pantalon taille élastiquée des IPE, taille 4 ans raccourcie
Haut: Constantin, taille 4 ans en largeur, 6 ans en longueur.
Polaire wowo.

Share Button