Celle que je ne suis plus

arc en ciel

 

La lettre est arrivée aujourd’hui.

« Vous avez demandé votre intégration (…) en conséquence, votre intégration dans le grade d’attaché territorial sera effective à compter du 1er août 2012… »

Je ne suis définitivement plus prof.

Ce n’est pas sans une certaine nostalgie. J’aimais enseigner. D’ailleurs, j’ai encadré des travaux d’étudiants cette année. C’est plus valorisant qu’une classe de collège et on te remercie…

Tout ce que j’ai appris me sert. C’est  très gratifiant de voir qu’un prof peut tout faire: supporter la collègue chiante (à côté de la 4e de ZEP, c’est un peu comme travailler avec Mère Thérésa); s’adapter aux logiques pas toujours simples de l’administration (à côté du Rectorat, c’est l’île aux enfants); accepter des méthodes et organisations pas toujours très cohérentes (à côté de l’Education Nationale, c’est l’Eldorado.)

Des inconvénients, c’est sûr, il y en a. Râlez pas, mes chers ex-collègues, mais je crois bien que je vais soutenir toute mesure qui diminue la durée de ces putains de vacances d’été, qui me mettent en transe à partir du mois de mai. Jouer au Tétris avec le calendrier, plomber ses congés jusqu’à la fin de l’année, imposer des centres et colos à des enfants qui n’aiment pas ça, ne pas prendre tous ses congés ensemble pour faire « garde alternée »… C’est un exercice culpabilisant et stressant. Et puis je me rappelle que prof, je trouvais ça tellement long, ces deux mois …

Mais globalement, je ne regrette pas mon choix. Je me sens libre de faire autre chose, de postuler ailleurs si l’opportunité se présente. J’ai été prof. La page est tournée.

Rideau.

Tiens d’ailleurs, des rideaux, j’en ai fait. ça tombe bien que j’en parle.

rideau 1

rideau2

Tissu superbuzzy, parce que je ne suis plus prof, mais je suis encore snob. Il me fallait un tissu japonais, orné de vieilles illustrations françaises, commandé aux states. Sinon ça ne valait pas le coup d’être blogué.

J’ai fait aussi deux très jolis torchons.

torchon

Ils n’essuient rien mais c’est très chic.

Il me fallait bien un peu de constance dans ces défis identitaires.

 

Share Button

La fête du sleep

C’est le printemps, les zoizeaux chantent, les jeunes filles exhibent leurs formes généreuses et leur peau laiteuse. Les images des premiers petits petons dans l’eau glacée remplacent les images de la barbarie, et on oublie presque, dans ce royaume de l’émotionnel non distancié, que dans le sud, ils ont soif et que dans 4 semaines on vote.

Une crise? Des programmes politiques? Des usines qui ferment, des hôpitaux en déficit, des établissements scolaires en dérive? De la Culture que l’on massacre, pour éviter de la partager? Où ça? Il fait beau et la Bête est morte… Pourquoi faudrait-il réfléchir?

Comme je suis tendance, je m’adapte. Je pourrais vous parler d’Hela qui va mieux, de la lettre pas piquée des hannetons envoyée à son principal, des choix compliqués pour l’année prochaine, mais bon, ça demande un peu de réflexion, de distanciation, ça ne vaut pas une bonne sieste au soleil.

Je suis contente, aussi qu’il fasse beau. La lumière est jolie, et on peut coudre plus longtemps, le soir, sans se fatiguer les yeux.

edredon 1

Edredon cousu un peu comme ça (mais pas complètement, j’ai choisi de mettre plutôt une ouatine que de me taper le bourrage…), tissus Scarlett et Marguerite pour les imprimés, et drap ma grand tante Simone passé au Dylon chocolat (en ne mettant pas tout le paquet pour avoir une teinte plus claire)

coussin

Pour le coussin, c’est aussi de la récup de napperon de ma grand-tante, et zou…

J’ai gardé la bordure ajourée pour le dos…

DSC_1207

(han, c’est pas repassé…)

edredon 2

Et ça plait beaucoup aux bestioles de la maison.

Voilà. C’était mon billet de saison. Mais comme vous n’êtes pas des français moyens collés à l’Information décervelante, vous ne serez pas dupes. Les combats continuent malgré les barbecues.

 

Share Button

Je sais, je sais…

Je suis impardonnable.

J’avais envie de faire un message caustique sur les codes langagiers de la blogo, genre « exercice de style », avec de wernis à ongles, des bébés garçons et des maris chéris. Pis non. Un peu trop ethnocentré. Un peu éloigné de mes préoccupations.

Evidemment, que j’ai des excuses, celle du calendrier, comme tout le monde. Juin est joueur. Mais c’est une fausse. J’aurais pu avoir envie de raconter la trépidation. Mais non. Et c’est tout.

Je ne suis pas une mauvaise fille, je ne vais pas te laisser dans l’attente et l’angoisse. Je vais bien.J’ai même eu le temps de faire deux trois petites choses rapides…

DSC05546

Un premier essai de style patchwork, pour un edredon d’été:

restes de tissus, molleton super agréable de chez bio tissus (en coton).

Avec, un drap Emmaus teint en crème:

DSC05548

DSC05554

Et puis tu sais, je suis une fille pleine de paradoxes.

J’en ai tellement rêvé, de ma cuisine ouverte…

photo2

 

photo1

Maintenant, j’ai comme une énorme envie de faire marche arrière….

Gloups!

Share Button

J’ai fait ma valise… et je retourne chez ma mère!

Ouais.

 

Je suis sûre que vous avez vite fait de cliquer.

Il est alléchant mon titre, hein?

Quoi, du croustillant, du salace, de la dispute dans l’air?  vite vite, allons voir.

Héhé.

C’est vrai, faut être un peu malade mental pour bloguer. Raconter sa vie, donner son avis sur tout, en imaginant qu’il est important, montrer ses « créas » en supposant que le monde ne peut se passer d’un tel génie…

Mais faut être aussi un peu malade mental pour lire les blogs. C’est étrange, l’effet que fait le blog sur le lecteur assidu, vous avez remarqué? Une impression de proximité, un peu comme les héroines des séries américaines, aux stéréotypes grossiers qui cristallisent l’identification. Va pas dire du mal de Bree, car Bree, c’est moi. Mais en mieux… Parfois il arrive que Bree fasse un pas de côté, un truc qui ne suscite pas l’adhésion générale. Une page de pub pour des produits de luxe, une démonstration un peu trop appuyée de sa supériorité sociale… Quelques Bree de condition inférieure vont lui reprocher, souvent gentiment, car elles vénèrent leur Bree d’origine. Et une nuée de Bree enamourées vont lui sauter sur le poil, car on ne dit jamais JA MAIS de mal de l’icône. Inquiétant, ce phénomène….Je le regarde de loin, maintenant, je n’ose plus faire la Bree inférieure qui se permet  d’ouvrir un débat, je n’en ai plus le temps ni l’envie. Mais je ne comprends toujours pas que l’on qualifie « d’attaque », de « critique », une simple discussion sur le principe de la publicité (pour des marques de luxe, qui plus est) sur des blogs…

Y aurait-il un peu de « fanatisme » dans le lectorat des blogs? Il y en a certes tous les ingrédients: icône, identification, stratégies de popularité… Et bien sûr, le réseau, celui qui comprendra les allusions, les demi-mots, car il est initié au secret, intronisé « proche », il défendra bec et ongles sa Bree, si elle est un jour « attaquée »….

Tout ça pour dire… Lecteur de blogs, c’est pas mieux que blogueur, question perversité.

Tout ça pour dire que tu as cliqué par voyeurisme. Vilaine.

Allez, je satisfais ta curiosité. Entière, pas de secrets entre nous.

J’ai fait ma valise:

valise Maëline

valise Maëline 2

valise Maëline 3

Valise selon le tuto de Roxane,

tissu enduit PPMC, et chutes de jean Toto pour l’intérieur.

Dire que j’en ai chié est un faible mot. J’ai lâché le héros tout les soirs (où il était présent…) après avoir avalé le dîner (« j’te laisse ranger la table et coucher les gosses, j’ai ma valise à faire »).

Ce week end, je retourne chez ma mère, ouais, il se trouve que ma nièce, qui en est destinataire, habite juste à côté. C’est assez pratique pour fêter ses 5 ans…

Voilà. Tu sais tout.

Maintenant que tu es dans le secret, tu peux pleurer un peu avec moi, me souhaiter tout plein de courage pour affronter les difficultés et me défendre l’épée à la main si quelqu’un dit que j’abuse avec mes analyses psychosociologiques à la con. T’es obligée, tu fais partie de ma bande, et c’est moi Bree.

Share Button

Ah ben merdre alors!

Mais non, je ne suis pas vulgaire.
Les lectrices cultivées qui constituent mon lectorat auront bien sûr traqué la référence à la Pataphysique.
Et admiré le filage de l’idée, qui risque de constituer le Gimick des prochains billets.
Tout ça c’est à cause de l’Inculture. Mon mari, (appelé aussi le Héros quand il met la table et allume le poêle à 6 heures du matin pour que je crame ma graisse sur mon canapé, mais pas aujourd’hui, vu qu’il préfère écouter la musique à fond en pyjama, c’t grosse feignasse…), donc, particulièrement inculte puisqu’il fait partie des 3 lecteurs de ce blog qui n’ont pas fait khâgne, me demande la semaine dernière, « c’est quoi la pataphysique?« .
Moi, de faire ma khâgneuse: « quoi, tu ne connais pas la pataphysique? Ubu-Roi, Alfred Jarry? »
Et c’est tout, parce que j’aurai bien sûr pu me lancer dans l’élévation culturelle de mon colocataire, mais ça m’aurait retiré la suprématie du savoir. Il aurait pu s’en servir pour briller au prochain diner de bienfaisance auquel nous assistons régulièrement, et ça c’est insupportable. Ici, la Kultur, c’est moi, les poubelles c’est lui. En voilà un partage des tâches efficace.
Mais bon, du coup, j’ai remis la Pataphysique dans mes petits circuits neuronaux, et je me suis rappelée la jouissance intellectuelle que ce thème m’avait procuré. Et on vit dans une époque hyper pataphysique, en fait…
En gros, pour faire court, et parce que je m’appuie uniquement sur mes souvenirs de cours, (tu peux aller compléter sur Wikipédia si tu veux), Jarry, jeune potache brillant et irrévérencieux, se fout d’un de ses profs autoritaires en écrivant « Ubu Roi ». Et incarne ainsi la Pataphysique, sorte de non-explication du monde par l’absurde. Du coup, je vois de la pataphysique partout.
Le remaniement du gouvernement, merdre alors! On va la faire marcher la pompe à Phynances…

La mère Ubu, à la maison, ne cesse de grogner que ses enfants sont insupportables, et qu’elle les mettrait bien en pension sur la lune.

Dimanche_matin

C’est une question de point de vue.

Et puis, vous avez vu?
Mère Ubu a retrouvé sa machine à coude (c’est un peu comme la merdre….).

plaid

Grand plaid à Chrysanthèmes, tissu imprimé superbuzzy et uni microfibre cousette.

Share Button

Redevenir fréquentable…

En cousant un petit plaid comme il faut.
En harmonisant mon univers.
En buvant mon thé mariage avec mes fesses sur du tissu japonais.
plaid_1

Tuto d’un petit blog sans prétention que personne ne connait,
Tissu Kokka commandé chez superbuzzy
.

Voyez comme je peux être bobo…

J’en profite pour clarifier un peu le fond de ma pensée… Je n’aime pas l’hypocrisie qui consiste à ne pas avoir conscience de sa recherche de lectorat. Le « j’ai ouvert ce blog pour les amis et voyez ce qu’il m’arrive » (sous-entendu: tout cela grâce à mon incommensurable talent). Je pense qu’un sociologue serait bien inspiré de faire une petite analyse des comportements sociogrégaires de la blogosphère. Mais j’ai bien conscience d’être la première schizophrène, celle qui a choisi les blogs collectifs (parce que c’est sympa, on y trouve de l’entraide et des conseils), qui a le commentaire facile et l’orgueil de la boite mail bien fournie. Néanmoins, oui, il y a la voie moyenne, celle qui consiste à ne pas être dupe, repérer l’hypocrisie, et y prendre, incontestablement, un certain plaisir…

Share Button

La chambre du Chou chou.

Le chou chou, c’est celui à qui maman fait tout le temps des trucs en ce moment.
Pourtant, il en avait déjà une housse de couette…
Mais maman trouve que deux, c’est mieux, rapport au fait que des fois, faut la laver.
Maman avait trouvé ce tissu à Paris, toujours avec Carine (décidément, quelle prêtresse des bons plans!…), chez IE.
Mais maman est une grosse feignante de la housse de couette, parce que c’est une vraie chiotterie à couper et à coudre, la housse de couette, et en plus, c’est même pas franchement économique…

Donc, option feignasse; housse de couette unie (ou presque) marron de chez Ikéa, et hop, vazy que je t’applique des étoiles. Et une lune, parce que Simon, il veut la lune sur sa couette.

housse_de_couette_Simon1

housse_de_couette_SImon_3

Pas très original, c’est quasiment le même modèle que la première…
Mais bon:
housse_de_couette_Simon_2

Vouzavez vu ces étoiles appliquées de la mort?… Comment que j’ai fait des progrès pour que ça ce soit beau, régulier, et tout et tout?…
Si ça vous intéresse… (j’rigole toute seule rien qu’en écrivant…) je me suis filmée en train de les coudre et je peux vous faire un petit tuto de la gourdasse en appliqué…
Je rigole, parce qu’évidemment, j’ai attendu le jour de garde du héros, histoire de ne pas me faire foutre de ma trogne, et couché tous les enfants super tôt avec interdiction de faire pipi, cauchemars, petit verre d’eau ou autre prétexte fallacieux pour déranger moman, et hop, le caméscope sur un pied en équilibre sur la table à repasser… Si vous me dites « nan, merci ça ira, les appliqués d’façon, c’est trop fastoche, y a que toi pour trouver ça difficile, pis bon, ton tuto de débutante en couture, tu peux le garder pour ton Alzheimer précoce », alors là, j’serais hyper vexée.
Forcément.

Bon.
Sinon, le titre, c’est « la Chambre », pas « la housse de Couette ». ça ne vous aura pas échappé.
En fait, c’est juste pour faire un peu ma crâneuse.
Et rendre un énième hommage au héros aux multiples talents, qui a à nouveau joué avec sa machine préférée (pas la grosse aiguille, hein…)…
Et me rendre hommage à moi, qui ai trié un par un les crânes de playmobils scalpés par Joe, qui ai tout rangé par thème dans les petites boîtes, qui ai installé harmonieusement les mille joujoux aux couleurs criardes et totalement out off the tendance, apportés par cet empaffé de père Noël qui écoute même pas ce qu’on lui dit.

_tag_re_Simon

L’est pas beau, son Youniverss, là?…

Savez quoi? Il ose même plus jouer, tellement il a peur d’avoir à tout ranger…. Je vais être obligée de remettre tout en souk pour ne pas rendre mon fils maniaco dépressif…

Share Button

La couture du Dimanche en avance

Déconvenues:
J’avais d’abord projeté une grosse bidouille personnelle sur laquelle je réfléchis depuis un moment, mais j’ai un peu godiché sur la découpe, et hop… foirage, il va me falloir 50 cm de plus de tissu pour rattraper la bourde…
Le collissimo de la Droguerie parti avant hier est gardé en otage par la poste… Je ne peux donc toujours pas finir le petit projet en plan depuis 3 semaines sur lequel il ne me reste qu’un petit biais à coudre…

On fait quoi, dans ce cas là?… On laisse sa copine en rade, et on se met à préparer ses cours…? On va s’occuper de ses enfants surexcités (enfin surtout le dernier, qui à 6 heures ce matin, était prêt à partir à l’école…)?

Meuh non, meuh non, on a une réputation à tenir (laquelle? j’attends vos propositions…!).
On se fait une petite couture du Dimanche, inratable.
Fallait des coussins, j’ai fait des coussins.
Avec les chutes de tissus des rideaux, et une petite dentelle parme. Pis c’est tout. Zou.coussins.

coussin_2

Je sais, il en faudrait un 3e, uni avec un appliqué papillon…
J’y pense…

Share Button

La housse de couette qui va bien, volume 2, ou « la fille qui se prend pour Silo ».

J’ai longuement hésité entre les titres, alors j’en mets deux…
Donc assortir la couette à ça

Et hop.

couette_heie1

couette_heil_2

couette_heil3

Un drap toto, une dentelle achetée à Limoges, des papillons en tissu des rideaux et divers chutes…
Et hop … comme si je n’avais pas réfléchi pendant 15 ans, sur la couleur, les appliqués, les tissus… comme si je n’avais pas sué sang et eau sur ma machine pour arrondir le zig zag serré, pour rebroder les petites ailes, pour ajuster la couette sur la housse…

Et maintenant? Ben des  cours à préparer… Et si j’ai deux secondes, des coussins et oreillers qui vont bien. Je laisse ma machine branchée auprès du bureau, au cazou. On ne sait jamais…

Share Button

La housse de couette qui va bien

housse_de_couette_Simon

C’est une sorte d’entraînement: à la technique de l’appliqué, au point de bourdon de la machine (tension du fil, tension de la canette, mouvement, tout ça c’est point évident, ma  bonne dam’, même avec une rolls), aux associations de couleurs et de tissus, aux motifs.
Je la trouve un peu « fade », trop de tissus unis, manque d’imprimés (pas trouvé les bonnes couleurs…), mais malgré tout elle va bien avec le reste de the youniverss… Et mes coutures sont un poil approximatives. On dira que ça sera la couette de rechange quand j’aurai réussi la zecouette.

Share Button