Eiffe comme Fanny

N’écoutez pas aux portes, je me parle toute seule à ma tête. Je réfléchis avec moi même.

Hier soir, en quelques heures (2, 3, tellement je suis trop forte et rapide…), j’ai cousu une robe topissime.

La robe que je voulais.

Pardonne moi mon Père, j’ai un peu plagié. Juste un peu, j’ai vu une robe dans un magasin de Rouen (oups faudra que j’efface la référence, quand je serais une chef d’entreprise célèbre…)

IMG_0364

 

Il faisait froid et gris, j’étais un peu triste et mélancolique, et j’en avais une énorme envie, parce que des robes chaudes, j’en ai pas beaucoup, et que je ne porte que des robes. Mais j’étais à la bourre pour une réunion et accessoirement à découvert: 110 euros, en solde, merdum, c’est abuser. J’écume le net et je me la fais.

Tissu ressemblant trouvé sur ma Petite mercerie (en plus coloré, mais ça me va). Un peu cher, 17 euros le mètre, mais je le trouve vraiment chouette. Reçu hier et aussitôt coupé: oui, je sais, sans laver, c’est mal: je ne suis pas une couturière élitiste, il semblerait. Promis, déesse du décatissage, je vais la laver en programme laine (même si c’est que du synthétique…)

Alors voilà.

DSC_0469

DSC_0467 DSC_0468

 

 

DSC_0472

 

Et c’est là que je me cause à mon esprit. N’écoutez pas. Je construis mon avenir.

Parce que tu vois cette robe, elle me plait. Elle a fait sensation ce matin au boulot (je suis en congé cet AM, NDLR: j’ai du solde de 2014 à écluser…)

Je pourrais me faire des couilles en or avec, au lieu de trimer comme une petite fonctionnaire scarabée.

Je crée ma marque déposée. Eiffe comme Fanny. C’est bon, comme sigle, non?

Je dessine mon patron.

Genre. Je ne mets pas ma base. Personne n’a remarqué qu’il s’agit d’une ènième interprétation de Plantain (coupé en 38 mais je couds à 1cm au lieu de 1,5, et j’ai recoupé la taille de plusieurs centimètres, pour avoir une forme cintrée).

Plantain, qui je le rappelle à ceux  qui auraient envie de « démocratie couturière », et non pas de couture élitiste fait pour les pros à très très cher (genre 50 euros les 4 patrons identiques… mais avec des gradations, attention!), est gratuit et extrêmement bien expliqué: aucune coquille non corrigée depuis deux ans malgré son désintéressement.

Je ne fais pas d’études de modélisme, j’ai pas le temps et je suis trop talentueuse, un recopiage en bonne et due forme est suffisant. Je fais des photocopies et zou, je balance sur mon site à 14 euros.

Pour le tissu, c’est dommage de ne pas en profiter. Je pense que je peux aller bidouiller avec Ilustrator quelques images vectorielles achetées à bas prix, de pois colorés sur lesquels je vais mettre un copyright et m’insurger si quelqu’un a la même idée. Pas question de le mettre à moins de 20 euros le mètre, mes clientes seront des manantes qui débuteront la couture (pour acheter un patron aussi basique alors qu’on le trouve dans les magazines,  dans les livres japonais et en tutos gratuits…), donc elles ne savent pas qu’on peut trouver des tissus beaucoup moins cher et tout aussi jolis.Bien sûr il me faudra une bonne stratégie de marketing.

J’ai un joli sourire, non? Et je suis très gentille.

IMG_0309

 

 

 

 

 

 

 

 

J’irais  voir quelques revendeuses qui deviendront mes amies et qui diffuseront mes bidouilles mal agencées. Quand on m’accusera, elle me défendront bec et ongles, parce que j’ai un joli sourire et que je suis gentille. Elles oublieront que j’ai piqué le travail de vraies modélistes, que je me suis fait pas mal d’argent sur le dos des débutantes en couture. Elles diront: attention au lynchage, c’est pas bien de s’en prendre à quelqu’un comme ça, pauvre Fanny, c’est du Fanny bashing, c’est mal. Elles auront tellement cru en moi qu’elles confondront l’humain et la stratégie commerciale. Et ce sont les accusatrices qui auront repéré mon Plantain plagié, mes motifs fabriqués à partir d’images vectorielles achetées à bas prix, qui seront les méchantes.

Toute ressemblance avec une situation existante n’est totalement pas fortuite.

Pour ceux que ça intéresse (c’est du microcosme de la communauté couture de la blogosphère, mais représentatif des dérives des réseaux sociaux et des influences communautaristes…):

http://sakikojones.fr/blog/12076-causons-un-peu#comments

http://essais_erreurs.eklablog.com/affaire-aime-comme-marie-les-temoins-sont-appeles-a-la-barre-a114377936

(lisez les articles précédents, dans lesquels elle confronte les patrons originaux et les copies. Dans le dernier article, elle répond à la critique couramment lue qu’un patron de chemise est toujours identique: elle compare donc quelques patrons de « basiques » et montre bien les différences).

Et cette discussion sur l’excellent site Thread and Needles

 

(ah pis j’ai oublié: en plus je peux remettre un gilet tricoté il y a 20 siècles et que je n’ai jamais porté…)

DSC_0464DSC_0465(

(c’est presque un déhanché, ça non? C’est bon pour le marketing!)

 

Share Button

métaphysique du blog

On m’a dit que j’allais disparaitre.

Depuis, comme le crédule à qui la cartomancienne a prédit la faucheuse, je médite. Je t’évite. Et si c’était le dernier message, la dernière rue que je traverse, la dernière photo que j’offre au tout venant, les derniers mots que je t’inflige, ô toi passant inconnu (e)?

Du coup, je les pèse. Je les cherche. Je les laisse se flétrir comme la tulipe en offrande oubliée par un enfant sur le pas de la porte.

A quoi bon, te montrer ce petit meuble chiné, si c’est pour te quitter?

DSC_2582

 

Il sentait la mamie fraichement enterrée, quand on l’a récupéré. La mélancolie de la disparition des souffrances, la tristesse des souvenirs que l’on solde au plus offrant. « Il y a aussi ce meuble là, à vendre, mais je n’ai pas encore pu »

J’ai ressenti les petites maisons de mes grands parents. Je suis même passée devant, pour voir. La balançoire a disparu, les lavandes aussi. Il y a des jouets d’enfants et sans doute une salle de bain, maintenant…

Je l’ai bichonné. Ce n’était pas celui de mes grands parents, mais ça aurait pu.

(ponçage au décapant/paille de fer, finition papier de verre. C’est pas écolo, mais c’est efficace…)

IMG_0133

Une nouvelle vie, un nouveau souffle. Comme les chats.

DSC_2600

Petit chiffonnier de salle de bain accueillant pyjamas et caleçons de nains

(dégradé de peinture farrow and ball, je suis faible, et vernis satiné).

 

Comme les blogs?

 

Share Button

Quand il était petit…

Je sais, maintenant, à quoi sert un blog.

Meuh non, pas à faire reluire son ego, ni à gagner des sous en sponsorisant les couches culottes Huggies ou les produits biactol, en fonction de ton coeur de cible et de ta ligne éditoriale.

On passe vite de l’un à l’autre, tu verras, et c’est le propos du jour.

Le blog sert à arrêter le temps. Regarde, il ne s’est rien passé depuis ce message.

A peine une nuit ou deux, peut être.

Il est toujours petit, hein.

DSC_2534DSC_2518

Mais moins… Il râle quand on l’appelle Joe Dalton maintenant qu’il les lit (ou presque)

anniv

Il s’est passé juste un petit truc de rien.

Il a dû bouffer des vitamines (c’est l’effet panierbio, hin hin!).

Et il est devenu un Jedi.

DSC_2550

DSC_2596

DSC_2591

DSC_2559

DSC_2593

DSC_2594

 

Costume de Jedi:

Tunique sur la base Mériem en 8 ans, très rallongée et col en V, surjet apparent pour faire cheap (esclave de Tatooine)

Pantalon Intemporel en 4 ans, avec ajout de surbottes en jersey brillant,

Cape bidouille à partir de ça. Ceinture pour mettre le sabre laser et les trucs.

Tissus Mondial Tissus.

 

 

 

 

 

Share Button

Le mythe en miettes

 

C’était chouette pourtant.

L’image de la « bad girl », de la mauvaise fréquentation, de celle qui dit du mal quand il faut être consensuelle, de celle qui se prend pour une intellectuelle (la « Levi Strauss de service », hin hin) juste parce qu’elle a lu la page Bourdieu sur ouikipédia, de celle qui est frustrée et jalouse du succès des blogueuses talentueuses et désintéressées,  c’était quand même pas de la tarte à construire. Quand on est comme moi la douceur incarnée.

C’est qu’y a pas beaucoup de créneaux originaux sur la blogosphère +/- mère de famille/qui décore/qui fait à manger pour sa nichée -autre chose que décongeler du Picard-, qui bricole deux trois choses avec ses mains/qui a un budget suffisamment conséquent pour acheter des kilos de liberty et promouvoir des marques chères pour ruiner ses congénères en signifiant sa supériorité (oui bon, j’avoue, j’ai pas fait que lire la page Bourdieu. J’ai aimé aussi).

Du coup, moi j’ai fait le choix d’être contre. Tout contre. Un peu de dedans, mais beaucoup au dessus. Je me regarde être une mère de famille qui décore, qui coud, qui tricote, qui s’occupe bien de ses enfants, qui dépense inconsidérément en  outillage couteux à  DIY, et fait bouffer des légumes bio cuisinés maison à sa magnifique nichée très bien élevée, mais je me fous de ma tronche. Un peu des autres aussi, qui se regardent le nombril, et photographient leurs pieds, se prennent très au sérieux parce qu’ils ont 1000 visiteurs par jours et considèrent cette popularité comme une reconnaissance naturelle de leur immense talent de la vie.

Je me voyais un peu comme Karaba la sorcière.  Eructer sur les gentils villageois, aller y foutre le feu une fois de temps en temps pour rappeler ma présence. Et surtout être MECHANTE. Il faut des méchants dans les mondes imaginaires comme celui qui se construit sur les blogs. Des « trolls » qui viennent insulter les icônes, des persifleurs qui viennent instiller le doute sur la moralité des bisounours. Même dans Oui-Oui, il y a des méchants.

Est ce que je suis rattrapée par ma vraie nature de bisounours? Est ce que le mythe de la Bad Blogueuse est aussi creux que celui des « sisters »? Est ce que Kirikou m’a retiré mon épine?

Ce soir, je me suis extasiée devant mes enfants, et leur instinct de la musique.

Une petite impro jazzy à quatre mains:

 

 

 

Et une jeune fille qui déchiffre (première lecture) l’Avé Maria de Gounod sans avoir jamais pris un cours de piano…

 

 

J’avais déjà un potentiel Guimauve au bisounours au plafond, et j’ai ouvert mon courrier.

Deux enveloppes pour moi, qui ne ressemblent même pas à une facture EDF ou une lettre d’amour de la Police nationale pour me dire que je suis une grande délinquante routière. (54km/h. C’est mal.)

facteur

Dans l’une, des patrons que j’ai commandé, certes, mais je n’imaginais pas qu’ils seraient aussi chouettes.

valantoine 1

Zieute un peu…. Ils sont DÉCOUPÉS!!!!!!!!!

valantoine2

Pour les commander, c’est , vazy, fonce! (heu, je ne suis pas sponsorisée, hein. Bisounours, mais pas vendue, non plus!!!!)

Et enfin…

porte clés

Elina, juste comme ça, m’envoie ce petit porte clé de  petite violoniste bleue … Évidemment, j’ai bien failli me le faire piquer par sa grande sœur, mais j’ai réussi à le garder en lui disant que comme ça je l’aurai toujours un peu avec moi.

Je vais faire une overdose de bon sentiments. C’est carrément addictif ces petites douceurs. C’est pas bien ce que vous faites les filles.

Share Button

Entre nous…

Je vais demander aux hommes de sortir, car ceci est un billet de gynécée, un billet où l’on glousse, où l’on caquète, où l’on s’extasie avec des grands cris.

Et oui, ne soyez pas mesquines, j’ai des lecteurs. Hein mon ami Lolo, qui se planque derrière son énaurme dictionnaire d’Allemand médiéval pour pas qu’on le repère, et ben mon ami Lolo, il lit tout, même quand ça cause surpiqûre et taille d’aiguilles, mais évidemment, il ne s’en vante pas devant ses étudiants. Je le dirais pas, c’est promis, que tu lis un blog de couture, je ne voudrais pas casser le mythe.

Je rentre dans le rang. Finies les digressions politiques et sociales, finis, les jeux de mots et les contrepèteries (je suis hyper déçue, personne n’a relevé mon titre précédent, dont j’étais pourtant extrêmement fière…). Un blog, ça sert à trouver ses semblables. Les bobos qui cousent et qui tricotent, venez à moi, je suis VOUS! J’abandonne le foutraque, je délaisse l’anarchie, je choisis mon cœur de cible, les gens comme moi. Entends bien, lectrice: si tu n’es pas femelle, mariée, mère de trois enfants, un peu bobo, avec des velléités de DIY un peu ratées pour être tendance, un peu écolo semie urbaine, tu ne m’intéresses pas car tu ne fais pas partie de ma communauté. Sache le, sur les blogs, on se ressemble, on parle des mêmes choses, on aime les mêmes livres et les mêmes tissus et on ne critique pas, pouah, c’est mal élevé.

En plus, j’ai une bonne nouvelle, j’ai décidé d’apprendre à coudre. Oui, je sais, ça fait trois ans que j’apprends à coudre: recopier, couper, assembler, piquer. Mouais. Mais ça c’est pas coudre. Je ne serais satisfaite que lorsqu’enfin je saurais fabriquer les vêtements qui me vont, ceux que je vois dans ma tête, qui se fondent dans mon corps de rêve (mais malheureusement pas complètement standardisé), pour le sublimer, tel une enveloppe de soie sauvage… sur un sac à patates.

Je sais bien que c’est facile. Trois morceaux de liberty -le betsy vert et turquoise, cette année, tu utiliseras, dit la Table de la Loi de la tendance- , un réseau de copines blogueuses et photographes et deux trois patrons citronille et voilà que tu montes une « collection »… Mais ce n’est pas ma conception de la couture. A quoi ça sert de fabriquer des sacs à patates en liberty alors qu’on trouve de charmants vêtements bien taillés et bien coupés à des prix souvent raisonnables? Le seul argument, c’est qu’on est sûr qu’ils ne sont pas fabriqués en Chine, mais sinon, je ne vois pas.

Apprendre ce que d’aucun(e)s font en plusieurs années d’études quant tu n’as que quelques soirées, ce n’est pas forcément aisé. Bouquiner, surfer, éplucher les tutos, tout cela ne dit pas comment tu fais pour réussir un truc qui te va. Je pourrais suivre une formation au Greta, mais parait que c’est insultant… (private joke)

Du coup, je me suis trouvé une nouvelle amie. Une seconde moi, mais en moins chiante, elle a pas de tête.

mannequin

Bon. Vu comme ça, c’est un peu moi, mais pas complètement quand même…

mannequin 2

 Comment je peux me projeter dans ce buste minuscule moi? (ah j’oubliais, si tu fais moins de bonnet D, je ne te cause pas, tu ne fais pas partie de ma communauté.)

mannequin 4

Trop fastoche… la technique de l’ado plate, tu connais? Un vieux soutien gorge, un peu de coton, et voici mon clone. En moins chiante…

Et c’est là que j’espère que mes lecteurs hommes ne sont pas allés jusqu’au bout de mon propos (et c’est pas faute d’utiliser tous les stratagèmes pour les décourager, hein), pasque le commentaire grivois de Lolo, je le sens bien venir, là…

 

Share Button

Bienséance

Mon amie la blogueuse, tu as tout à fait raison.

Parler de politique et de société sur un blog de couture est indécent. J’ai fort bien entendu la leçon, et comme je suis quelqu’un de très bien élevée, je te promets de me tenir à une ligne éditoriale qui sied d’avantage à mon rang.

Tu as boycotté mon insubordination séditieuse, en allant cliquer seulement 12 fois sur « sauvez le belvédère » et tu as eu tout à fait raison. Il faut de l’ordre et de la discipline dans une société en crise.

Tu te demandes comment je le sais? … C’est que l’homme qui partage de moins en moins mes nuits pour poser de plus en plus de péridurales, en essayant de garder le sourire à 5 heures du matin,  malgré le cruel manque de sommeil, est webmaster du site. Engagé, donc, pendant les quelques heures de répit que lui laissent les « repos de garde » (ah ah… qu’est ce qu’on se repose après une nuit blanche. Il ne faut pas dormir, sinon, c’est mort pour la nuit suivante, celle où il faudra se lever de toute façon à 6 heures, même si on n’a trouvé le sommeil qu’à 4 heures…).

Je vous rappelle l’engagement? C’est sur le message précédent, et fort bien expliqué, dans l’article du Monde. Tu peux te rattraper, si tu veux. Mais tu as raison. C’est moins déprimant de coudre pour ses petits nenfants qu’on aime très beaucoup. Ceux qu’on a mis au monde dans la joie, sans douleur, ou si peu, grâce à des….

Les plus beaux jours de notre vie. Assurément.

Mais je m’égare. Je suis politiquement correcte. J’ai cousu pour ma grande fille née il y a 11 ans dans un CHU. Où l’interne anesthésiste débordé m’a posé une péridurale une demie heure avant sa naissance, et dans lequel je n’ai eu aucun conseil pour l’allaitement. Un bébé qui va bien n’a rien à faire dans une usine à bébé…


La Parisienne Libérée – L’usine à bébés par Mediapartp://www.dailymotion.com/Mediapart » target= »_blank »>Mediapart

J’ai pris beaucoup de risques. C’est ça la vie. Faut savoir s’engager, prendre des risques au bon moment. C’est que 11 ans, tu vois, c’est la préado. Va pas lui sortir du Citronille… (de toute façon, tu sais ce que je pense de Citronille, hein…)

avalon4

avalon 1

avalon 2

avalon 3

avalon5

avalon6

avalon7

 

Veste Avalon, de Farbenmix, en 134-140 cm.

Tissu en velours à pois dont j’ai oublié la provenance,

Rubans Entrée des Fournisseurs et pressions Ar Brinic.

C’était mon combat,  ma rebellion. Mon investissement public. J’ai réussi à convaincre l’ado que cette veste était mettable et révelait sa personnalité. Celle qui ne se fond pas dans la masse, celle qui ne pense pas comme tout le monde qu’Hello Kitty, c’est beau, et que le privé est plus efficace que le public.

Celle qui j’espère, héritera de l’idéalisme combattif de son père et l’irrévérence frondeuse de sa mère. (pour l’irrévérence c’est bien parti… )

 

(si tu as des remords, il est toujours temps d’aller . Aussi sur facebook et twitter…)

 

Share Button

complètement troc troc!

Ce que j’aime bien, dans la blogosphère…

Ça y est. Vous vous dites « chouette, encore un message plein de fiel sur ce monde étrange peuplé de filles toutes plus parfaites, plus talentueuses, plus originales les unes que les autres…et  toutes meilleures amies parce que tout le monde s’aime dans cet univers sucré. » (pardon « blogocop’s », j’ai encore du mal avec le « itlangage »…).

Ce que j’aime bien, dans la blogosphère, disais-je donc avant d’être grossièrement interrompue par moi-même, c’est l’entraide.

Ça y est. Vous vous dites « tiens, elle a pas dû apprécier l’insuccès des messages précédents.  Apparemment, les abonnées sont amatrices de cuir, de menottes et de fouets. Quant y a rien de méchant, personne ne la ramène, hein!  Pour se refaire une image, elle va donc encore baver sur les mercantiles. Les vénales. Celles qui offrent des tutos pour qu’on aille sur leurs blogs, « et n’oubliez pas de mettre un lien patati patata… », et un beau matin, plus de tutos, ben non. Sont tous dans le bouquin qui vient de sortir avec son nom dessus et puis le nom du blog aussi, c’est quand même ce qui l’a rendue populaire… « 

Meuh non les cocottes. Rangez vos cuissardes et vos menottes…

Ce que j’aime bien donc, dans la blogosphère, c’est l’entraide, l’échange. En vrai, hein.

Par exemple, moi, j’aime bien les vieux trucs. Je sais, c’est tendance, le vintage. Que voulez vous, je suis faible. Bon, j’ai toujours aimé ça, moi, fouiller dans les greniers, trouver des vieux meubles et leur donner une seconde jeunesse. D’ailleurs, à part un canapé, une commode, des étagères billy et un lit Ikéa, je crois bien que je n’ai jamais acheté un meuble neuf…

Par contre, pour la brocante, jsuis pas trop douée. Le lever le Dimanche quand le jour commence à poindre, c’est un truc de ouf, là, même pas envisageable. Je me suis trouvée comme fausse excuse un lever quotidien à 6h10. 6h45 le samedi, c’est la fête. Du coup, je suis frustrée de la Chine. (non, y a pas de contrepet. Mais ça pourrait hein). Évidemment, en tant que blogueuse, je suis une perfection divine, qui travaille, a une belle maison, un mari chéri et des enfants magnifiques. C’est dire si la frustration ne fait pas partie de mon univers. Donc c’est un dilemne cornélien, pour moi le Dimanche matin. M’es tu donné que pour  ronfler ou puis-je aller chiner?

Et c’est là que la blogosphère sauve mon âme perdue.

Parce que chez les blogueuses, y a des divas de la Chine. (Y a toujours pas de contrepet. J’ai cherché, j’ai pas trouvé. Faudrait un « p »…). Avec qui on fait des échanges, on s’aide quoi….

Y a pas longtemps, j’ai reçu ça:

cloche

(la cloche. Les carrot cupcakes, c’est moi qui les ai fait dans ma cuisine toute neuve. Je suis une blogueuse, je vous rappelle…)

Et ça:

pot

(tu as tout à fait raison, toi l’observatrice, ce n’est pas ce qu’il y a de plus pratique pour retrouver son fil. Néanmoins c’est  joli et ça n’encombre plus ma boite à couture.)

Et il y a eu aussi ça:

menier1

menier2

Et ça:

plats

En plus, ça tombe bien, les zoziaux de Laure ont quasiment la même taille que mes nains.

Rosalie a eu sa robe de Wendy:

wendy1

wendy2

wendy3

Robe bidouillée à partir du modèle « brooklyn » de c’est Dimanche, en 4 ans agrandi.

Tissus superposés de Mondial tissus (ouaaaaaaais, un Mondial Tissus vient d’ouvrir à Barentin!!!!): un satin vert d’eau moiré et un voile bleu… une chiotte à coudre, évidemment!). Maintenant que je sais faire, il pourrait bien y avoir une série de cadeaux pour les petites fans de Peter Pan….

Essayage sur Gabriel, non, vous n’aurez pas les photos… Il a été bien recompensé de sa patience, même qu’il veut bien réessayer des robes pour Rosalie…:

stroumphs1

stroumphs2

Et pour Anatole:

chemise1

chemise2

chemise3

Une chemise Eton « madame Maman » en 8 ans,

tissu fleuri toujours de chez Mondial Tissus.

T’as raison, j’aurai pu au moins faire 4 messages pendant un mois avec celui là.

Allez profite, ça va te faire des vacances!

 

Share Button

Images rient…

Quand on n’a rien à dire, sur un blog, on met des images. C’est bien les images.

C’est joli et décoratif. Cela peut faire croire que tu as de jolies fleurs dans ton jardin, et non une jungle informe dans laquelle les pissenlits se bagarrent avec les orties et les ronces pour l’occupation du territoire.

DSC_0028

Quand tu as des enfants qui sont plutôt avenants, du moins en photo, tu peux les mettre.

DSC_0030

La réincarnation de Gaston Lagaffe. M’enfin, bouarf, pfffff, c’est trop duuuuuur…

Eventuellement, tu peux aussi causer de tes encours, ceux qui n’en finissent pas faute de temps, car ta vie est très pidante.

DSC_0031

Hein, ça progresse, hein, hein?…. L’avantage de partir en week end à Rome en laissant les clés à Beau Papa. Hop, tout est enduit. Je repartirai bien le week end prochain, moi (il reste le ponçage, la peinture, ça suffira, trois jours, beau papa?…)

DSC_0043

Et d’autres petits projets…

C’est vrai que c’est pas folichon folichon, comme billet, hein. J’ai assez balancé sur les blogueuses à l’appareil photo qui va bien pour mettre toute sa vie dans la boite.

Je suis passée du côté obscur. Niquon niquon, aaaaaah mon niquon, que je t’ai attendu, espéré, fantasmé.

304279_1830100411296_1803951173_1231962_1634398605_n

Tu vas faire de moi une vraie blogueuse comme il faut. Et je le prouve.

DSC_0039

Les amateuses de gros mots, de contre tendances et de critiques acerbes peuvent d’emblée se désabonner.

Bêêêêêê….

(et bientôt le concours pour mon anniblog? Mais attention, si tu veux participer, il ne faut pas oublier de mettre le lien sur ton blog pour faire exploser mes stats et me propulser chez les stars… )

(et bientôt la sortie de mon livre,édité grâce à mon immense talent littéraire et une maison d’édition courageuse?)

(et bientôt les tutos effacés, parce qu’il est beaucoup plus rentable de les vendre?)

(et bientôt plus aucune opinion politique ou sociale, car ce n’est pas bon pour le consensus?)

(et bientôt, de la pub pour Bon Point?)


Share Button

Je sais, je sais…

Je suis impardonnable.

J’avais envie de faire un message caustique sur les codes langagiers de la blogo, genre « exercice de style », avec de wernis à ongles, des bébés garçons et des maris chéris. Pis non. Un peu trop ethnocentré. Un peu éloigné de mes préoccupations.

Evidemment, que j’ai des excuses, celle du calendrier, comme tout le monde. Juin est joueur. Mais c’est une fausse. J’aurais pu avoir envie de raconter la trépidation. Mais non. Et c’est tout.

Je ne suis pas une mauvaise fille, je ne vais pas te laisser dans l’attente et l’angoisse. Je vais bien.J’ai même eu le temps de faire deux trois petites choses rapides…

DSC05546

Un premier essai de style patchwork, pour un edredon d’été:

restes de tissus, molleton super agréable de chez bio tissus (en coton).

Avec, un drap Emmaus teint en crème:

DSC05548

DSC05554

Et puis tu sais, je suis une fille pleine de paradoxes.

J’en ai tellement rêvé, de ma cuisine ouverte…

photo2

 

photo1

Maintenant, j’ai comme une énorme envie de faire marche arrière….

Gloups!

Share Button

J’ai fait ma valise… et je retourne chez ma mère!

Ouais.

 

Je suis sûre que vous avez vite fait de cliquer.

Il est alléchant mon titre, hein?

Quoi, du croustillant, du salace, de la dispute dans l’air?  vite vite, allons voir.

Héhé.

C’est vrai, faut être un peu malade mental pour bloguer. Raconter sa vie, donner son avis sur tout, en imaginant qu’il est important, montrer ses « créas » en supposant que le monde ne peut se passer d’un tel génie…

Mais faut être aussi un peu malade mental pour lire les blogs. C’est étrange, l’effet que fait le blog sur le lecteur assidu, vous avez remarqué? Une impression de proximité, un peu comme les héroines des séries américaines, aux stéréotypes grossiers qui cristallisent l’identification. Va pas dire du mal de Bree, car Bree, c’est moi. Mais en mieux… Parfois il arrive que Bree fasse un pas de côté, un truc qui ne suscite pas l’adhésion générale. Une page de pub pour des produits de luxe, une démonstration un peu trop appuyée de sa supériorité sociale… Quelques Bree de condition inférieure vont lui reprocher, souvent gentiment, car elles vénèrent leur Bree d’origine. Et une nuée de Bree enamourées vont lui sauter sur le poil, car on ne dit jamais JA MAIS de mal de l’icône. Inquiétant, ce phénomène….Je le regarde de loin, maintenant, je n’ose plus faire la Bree inférieure qui se permet  d’ouvrir un débat, je n’en ai plus le temps ni l’envie. Mais je ne comprends toujours pas que l’on qualifie « d’attaque », de « critique », une simple discussion sur le principe de la publicité (pour des marques de luxe, qui plus est) sur des blogs…

Y aurait-il un peu de « fanatisme » dans le lectorat des blogs? Il y en a certes tous les ingrédients: icône, identification, stratégies de popularité… Et bien sûr, le réseau, celui qui comprendra les allusions, les demi-mots, car il est initié au secret, intronisé « proche », il défendra bec et ongles sa Bree, si elle est un jour « attaquée »….

Tout ça pour dire… Lecteur de blogs, c’est pas mieux que blogueur, question perversité.

Tout ça pour dire que tu as cliqué par voyeurisme. Vilaine.

Allez, je satisfais ta curiosité. Entière, pas de secrets entre nous.

J’ai fait ma valise:

valise Maëline

valise Maëline 2

valise Maëline 3

Valise selon le tuto de Roxane,

tissu enduit PPMC, et chutes de jean Toto pour l’intérieur.

Dire que j’en ai chié est un faible mot. J’ai lâché le héros tout les soirs (où il était présent…) après avoir avalé le dîner (« j’te laisse ranger la table et coucher les gosses, j’ai ma valise à faire »).

Ce week end, je retourne chez ma mère, ouais, il se trouve que ma nièce, qui en est destinataire, habite juste à côté. C’est assez pratique pour fêter ses 5 ans…

Voilà. Tu sais tout.

Maintenant que tu es dans le secret, tu peux pleurer un peu avec moi, me souhaiter tout plein de courage pour affronter les difficultés et me défendre l’épée à la main si quelqu’un dit que j’abuse avec mes analyses psychosociologiques à la con. T’es obligée, tu fais partie de ma bande, et c’est moi Bree.

Share Button