Le 25 janvier

Le 25 janvier, c’est le jour où il est né... tu ne t’en souviens pas, sans doute, mais moi oui. De tout. De la petite chose dans la couveuse qui jouait avec les tuyaux, du poignard dans le ventre,  de ma plage ensoleillée imaginée pendant la séance d’hypnose. Du réveil au matin, et de la tronche de l’infirmière quand elle a vu que je m’étais levée, de mes bras qui n’étaient plus qu’un gros bleu. Et surtout de ce que j’ai pensé. Tout peut s’arrêter. Pouf. C’est ballot, mais c’est comme ça.

Je n’ai plus l’impression que c’était hier. Pendant quelques années le mois de février a été celui où il n’était pas encore né, celui de la culpabilité de sa petite taille (en fait, je crois bien que mon placenta pourri n’y était sans doute pas pour grand chose, mais c’est mon petit côté mère Théresa, faut toujours que je me sente un peu responsable du malheur des autres…). Et pourtant le 25 janvier est une fête, pour lui comme pour moi.

Bien entendu, on y fête la naissance de ce petit lutin incroyable.

DSC_0082

Il dit que dans sa tête, il a plus que 8 ans, au moins 10. C’est pour ça que quand Louna n’est pas là et qu’il est triste, il ne joue pas avec ses copains, mais il ne leur dit, pas, ils ne comprendraient pas. C’est pour ça qu’il a peur de perdre les gens qu’il aime et ne supporte pas les cris.

IMG_0369

Il aime tout le monde dans sa classe, et je crois qu’on le lui rend plutôt bien. Il « s’ennuie » très vite, il aime la maison remplie d’amis et les activités.

Comme sa sœur, il ne « travaille » pas, il joue. Il faut que ça aille vite, il ne sait pas répéter pour progresser. Mais lui exprime ses angoisses. Il sait qui  il est, ce qu’il aime. Il sait même dire pourquoi. Ses cheveux longs assumés sont ma fierté.

La musique c’était une évidence… Mais ses goûts sont précis et il ne fait que ce qu’il veut.

IMG_0231IMG_0372

… vite et bien…

Gabriel débuts batterie from Fanny on Vimeo.

Le 25 janvier, je ne fête pas que lui. Je fête un peu moi aussi. Comme si une partie des ombres était partie avec mes plaquettes.

Depuis, j’ai arrêté de chercher qui j’étais, ce que je devais aimer, lire, ou faire. J’ai assumé mon esprit non grégaire, j’ai arrêté de me freiner. J’ai changé de boulot et j’ai ouvert un blog, j’ai lâché les grands pulls, assumé les petites robes sexy.

Le 25 janvier, ce n’est pas forcément un très beau jour  au milieu de l’hiver froid, mais la lumière revient et les oiseaux chantent: les graines que l’on y sèment sont de bien jolies plantes.

 

Share Button

Variations autour de la mèritude

Je suis une mère cruelle. Une sorte de Folcoche qui apprend la vie à ses enfants par la frustration.

« – Tu aimes les frites aux pâtes avec du Ketchup et des biscuits apéro? Hmmm?

– Oh oui oh oui oh oui, avec de la glace industrielle aux smarties en dessert!

– Hin hin, tu mangeras des BETTERAVES pour la peine. Ce sera ta pénitence pour tes pensées impures… »

Comme je suis une mère indigne et manipulatrice, je vais te faire partager mes secrets de souffrance, efficaces et qui ne laissent pas de traces (à part la couleur de tes toilettes…)

***

Je suis une mère exemplaire. Une sorte d’idéal de la perfection maternelle. Je m’imagine aisément en Cendrillon, tu sais, quand elle chante niaisement en récurant le château du grenier à la cave, en causant à ces connes de souris avec sa petite voix d’oie blanche. Ben ça, c’est moi. Je m’active dans la bonne humeur, avec mes petites souris qui m’aident toujours très volontiers car je les ai fort bien élevées.

Comme je suis une mère exemplaire, je les nourris de bons produits de la ferme que je vais chercher avec mes petites mains besogneuses. Pouah, pas de ces saletés de produits Kâpitalistes plein de cancers, non non non, pas de ça chez moi. Le supermarché, c’est pour les pauvres et les ignorants. Moi je panierbiote. Toujours. ça fait un bail, c’est vrai.

Et en hiver, dans le panier bio, y a de la récurrence. Genre des betteraves. Beaucoup de betteraves, de toutes les couleurs et de toutes les tailles.

Comme je suis une mère exemplaire, je me creuse la tête pour faire la betterave un peu différemment que la salade du même nom.

Et comme je suis une mère exemplaire, je te donne le fruit de mes pérégrinations betteravesques.

DSC_2532

Betteraves aux échalotes caramélisées et mélisse, librement inspirée d’une recette trouvée sur le net.

Ingrédients:

  • Des betteraves (ce que tu as dans le panier…)
  • une douzaine d’échalotes
  • 1 c à soupe de miel liquide
  • Des feuilles de mélisse que tu décoctionneras
  • Beurre demi sel
  • Quelques feuilles vertes de mélisse fraîche
  • 1 branche de thym-citron
  • Fleur de sel
  • de la mâche et des pignons de pin pour la salade, assaisonnement

Préparation

– Tu prépares tout d’abord ta décoction de mélisse (environ 20 cl, c’est suffisant)

– Tu fais cuire les betteraves. Si elles sont petites et que tu as du temps, à l’eau salée, sinon à l’autocuiseur, ça marche aussi.

– Tu fais caraméliser les échalotes coupées en 2 dans le mélange miel/beurre salé (tu peux rajouter un peu de jus de citron, environ une vingtaine de minutes, tu réserves au chaud.

– Dans la poêle de cuisson des échalotes, tu laisses dissoudre à  feu doux le miel caramélisé dans deux cuillères de décoction de mélisse. Tu peux rajouter un peu de beurre ou de maïzena pour épaissir, et tu goûtes voir, si c’est assez salé…

-Tu épluches les betteraves encore chaudes (mais pas trop) et les répartis dans les assiettes

 

– Tu leur ajoutes les échalotes, tu nappes de sauce, tu ajoutes la salade de mâche (assaisonnée ici avec un condiment miel gingembre offert par ma Keupine qui y connait un rayon en cuisine… t’as le droit de baver sur les trois dernières recettes, on a tout baffré, c’était … parfait…)

– Tu parsèmes de fleur de sel, effeuilles la branche de thym et ajoutes quelques feuilles de mélisse.

Tu fais goûter à tes souris, qui te diront que tu es une mère exemplaire, qui fait tant cas de leur santé et de leur éducation gustative. Ou que tu n’es rien qu’un tyran malfaisant, parce que les copains, eux, ils ont trop de la chance, ils mangent des pizzas et des frites tous les jours.

C’est comme au loto, quoi, ça dépend du numéro que tu as tiré. (deux numéros gagnants ici, ce qui ne fait pas le pactole, mais ça rembourse le ticket)

 

 

 

Share Button

Demi-teintes…

Dis, toi, la mère surmenée d’une petite ménagerie bondissante…

Oui, toi, qui te plaint, d’avoir à te lever la nuit pour un ti cauchemar, toi qui devient hystérique quand on te parle de « terrible two », toi qui pleure ta liberté perdue, et qui te demande quand est ce que tu vas pouvoir aller prendre ta douche, entre le lave vaisselle à ranger, la maison duplo à monter sous peine de décibels supérieurs à la norme européenne NF S 31-084 du 5 octobre 2002, l’aspirateur à passer, en n’oubliant pas de vérifier que la minitornade n’a pas décidé de couper le chat avec le couteau à viande, hein.

Quand ils seront ados, penses tu. Naïvement.

Imagine, ils dorment jusqu’à point d’heures, se lavent tout seuls (ou pas, mais c’est plus ton problème), n’ont plus de duplo à monter, ils ne te demandent même plus pour faire de la peinture… Tu sais, cette activité crispante pour les maniaques, qui te transforme ta maison en bastringue en moins de 15 secondes, et où ils te disent au bout de 10 minutes: jveux plus faire de la peinture, jveux faire de la semoule comme chez tata Guylèèèèèèèène………… arrrrrrrrrrrrgh……

Donc, un jour, ils sont ados. Et toi tu peux tranquille te siroter des mojitos au coin du feu et avoir toutes les activités que tu veux.

Hin hin.

Allez, je vais te péter un peu le moral, tu veux bien?

Un jour, donc, ils sont ados.

Je ne t’en dis pas plus. Je te laisse la saveur de la découverte. Juste qu’à côté, le terrible two, c’est un enfant de chœur. Pour te donner une idée, l’ado est un peu le croisement OGM improbable entre Tatie Danielle, pour l’humeur et les vacheries, et Jordy pour le côté horripilant.

L’ado est noir, ou blanc. Plus souvent noir, en fait, de temps en temps blanc, pour te rendre complètement schyzo.

Du coup, je lui ai cousu du gris, histoire de pacifier un peu ces extrêmes chromatiques.

ensemble H1

ensemble H2

ensemble H3

ensemble H4

Gilet en moumoute: patron « gilet de berger C’est Dimanche » agrandi en 12 ans, fausse fourrure Etoffes des Héros, et reste de velours blanc à fleurettes grises EDH itou, mais il y a fort fort longtemps: je l’ai rentabilisé à donf.

Short Emie de Citronille (oui oui, celui là tient la route, mais attention, il taille petit!), en soierie EDH vraiment magnifique, poches et passepoils avec le même vieux reste de velours, en 14 ans. Bouton de récup.

IMG_0112

Photo volée vite fait avant l’audition…

L’audition, un peu en noir et blanc aussi.

Elle a eu le morceau fin octobre. A décrété qu’elle ne l’aimait pas. Qu’elle voulait faire du jazz, ça, elle kiffe, parce que bon, jouer des concertos, là, c’est vraiment trop pffff (yeux au ciel).  N’a rien fait pendant un mois. En faisant croire qu’elle faisait, mais bon, j’ai retrouvé ses partitions planquées….

S’y est mise il y a 15 jours, un peu tard pour braver ces difficultés techniques de fin de second cycle. A stressé avant parce que, ben ouais, c’était pas au point… L’ado stressé… genre… A côté le bébé colitique incalmable, il te chante une berceuse en fait. Et en plus il est trop grand pour ton congélo. (pardon pardon, ça m’a échappé).

A joué, avec toujours un joli son, et de la musique, mais beaucoup de fautes, aussi.

La musique de l’ado, en noir et blanc.

 

 

Share Button

Les vacances « quand est ce qu’on mange »

Tu as remarqué, lectrice attentive, que c’était les vacances?..  Les vacances, tu sais, ces moments de farniente, de culture, de speurt d’apéros inimterrompus, de partage et de beunheur familial, de projets de construction… Les photos de vacances commencent à fleurir sur facebook et sur les blogs, miroirs déformant de la vie rêvée…

Evidemment, y a des vilaines provocatrices qui disent « va te faire enculer », mais ne t’inquiète pas, moi, je ne suis pas de celles là.


happiness@2012 par Camweb

(merci Virgo pour le lien)…

 

D’abord je suis bien élevée, et en plus j’ai passé de bonnes vacances.

Des vacances d’intellectuelle de gauche qui commence à avoir suffisamment avancé la rénovation de sa maison pour éviter les travaux d’été, pour une fois.

Je ne te cacherai pas qu’il y a parfois des doutes. Emmener en vadrouille des enfants de moins de 12 ans pendant 3 semaines et demi, et croire qu’on va les passionner pour Othon 1er, la ligue hanséatique, ou la poldérisation hollandaise, c’est être un peu candide. Des vacances, ils auront surtout apprécié la quantité astronomique de frites ingurgitées, le petit déjeuner à la charcuterie, l’accrobranches sur la mer Baltique et la baignade dans la mer du Nord.

Nous aurons, nous, retenu qu’il faut avoir un plan déjeuner pour 12h16 au plus tard, et dégainer le paquet de biscuits à 16h02, même dans une église gothique allemande, sinon, tu es mort. (de honte, la plupart du temps…)

Je ne te mentirai pas, quand je vois les récits de vacances au club, où les nains sont entièrement pris en charge à des occupations qui les passionnent beaucoup plus que l’histoire du Saint Empire Romain Germanique, (faire du trampoline toute la journée, des compétitions de hamburger ou des bracelets brésiliens au mètre) où tu bois des mojitos au bord de la mer en regardant tes orteils, voire (luxe extrême de la vie familiale),  où tu parles à ton conjoint d’autre chose que de la liste des courses ou du planning de taxi-gosses, ou de la réservation du prochain centre aéré pour occuper ces saloperies de vacances scolaires, quand je vois, disais-je donc, les récits idylliques de ces vacances de jouisseurs invétérés qui ont oublié d’être judéochrétiens comme moi, j’échangerai bien mes vacances d’intellectuelle de gauche qui cultivurise sa marmaille.

Mais c’est sans doute une réaction de trop plein suite à une année difficile, de longs congés scolaires jonglage où l’on se débrouille comme on peut, parce qu’en vrai, j’aime bien les vacances « quand est ce qu’on mange », et je suis assez fière que les enfants aient retenu deux trois choses essentielles: la guerre froide et la RDA, « ich bin französe », ne pas oublier de prendre le papier toilette avant d’aller dans les sanitaires au camping.

Si ça t’amuse, tu peux cliquer sur les vidéos.

Deux amblances sonores très différentes, tu verras… (la seconde est le tube de l’été, réclamée sur les autoroutes allemandes pour passer le temps, la première est plus habituelle, ici …).

 

 

vacances 2012 2 from Fanny on Vimeo.

Share Button

Surtout, ne te retourne pas.

Hé, l’amie.

Approche un peu par ici.

J’ai une vérité à t’asséner. Parce que je suis blogueuse. Donc je sais tout, et comme je suis la bonté même, je partage mon omniscience. Telle est la blogueuse.

Surtout si tu termines ta 4e décennie sous peu, et que tu as mis bas des bébés femelle pour l’avenir de l’espèce.

Tu te crois encore jeune, presque belle. A peine si tu fais attention aux petits cheveux blancs qui dépassent, merci l’industrie chimique.

Tes 20 ans, c’est hier. T’as pas tout à fait la même descente et tu es couchée au plus tard à minuit, mais à part ça, tout pareil. Regarde la tronche de tes converses.

Tes 30 ans, c’était il y a deux heures à peine. Tu achetais du liniment et des petits pots bio, et tu défendais le bienfondé de la mamelle.

Tes 35 ans, il y a quelques secondes.  D’ailleurs, pour toi, c’est du présent. Tu achètes des patrons de  2 à 10 ans, et tu couds des tuniques en liberty pour des petites filles modèles.

J’ai un secret à te dire dans l’oreille. Un jour, le présent, c’est du passé. D’un coup d’un seul. Allez, je suis sympa, je te donne le top départ du moment où il ne faut pas te retourner, sinon t’es vieille.

Tu te surprends à acheter du biactol à la place du liniment.

Tu abandonnes le savon de toilette mustela spécial peau fragile, pour lui préférer le shampoing « cheveux gras »

Tu n’agrandis plus les patrons en 10 ans, tu les diminues du 34.

Tu laisses partir ta toute petite fille en train, (presque) toute seule, et tu es très fière quand elle se prend en charge.

ensemble1

ensemble2

ensemble3

ensemble4

ensemble5

Pantalon, bidouille large et smockée , tissu etoffe des Héros.(doit y avoir un peu de soie, c’est tout doux et tout fluide)

Tee shirt Ottobre 2,2007, modèle Tank top en 34 sans marges de couture, en lycra brillant Mondial tissu

broderie appliqué moustaches, galon fleurs de la mercerie locale.

Le tout pour une tenue de concert classique un tout petit peu pas trop classique, pour le traditionnel stage de violon des vacances…

ensemble6

Surtout, ne te retourne pas.

Y a une gigantesque adolescente jolie qui a mangé tout cru ton nouveau né.

 

 

Share Button

Incorrigible

Souvent je me prends à rêver qu’à l’approche de la quarantaine (plus qu’un an et quatre mois…), je deviens une dame raisonnable. Je mets des chaussures à talons, et des vestes de tailleur, je vais régulièrement chez le coiffeur, je réfléchis avant d’écrire un mail, j’évite les plats lourds le soir. Je ne mets toujours pas de vernis, mais ça va venir.

En plus, avec le brutal passage à l’adolescence de l’ex préado, les parents jeunes et modernes se sont rangés d’un coup  dans la catégorie vieux cons, donc autant bénéficier de la Sagesse livrée  avec en cadeau bonux.

J’avais donc dit, il y a peu, que non non non, on ne m’y prendrait plus. Fini les meubles sur le bon coin, ça fait mal à mon muscle atrophié. (rha, je te parle pas du cerveau, mais du biceps, que j’ai fort malingre.) Pis de toute façon, on a plus de place pour mettre un meuble. Mais je suis indécrottable. Incorrigible, irrécupérable droguée au vieux meuble dégoté pas cher sur le bon coin.

C’est la faute de l’ado. Tu sais, celle qui a 12 ans bientôt, rejoue la grande scène du 2 quinze fois par jour dès que tu as le malheur de lui demander quelque chose, te saute au cou (en oubliant son bientôt mètre 50 en t’envoyant une mandale involontaire) trente secondes plus tard en te disant que tu es la meilleure maman du monde, celle qui joue avec ses figurines chevaux en même temps qu’elle te pose mille questions sur la vie, la mort, l’amour avec des grands yeux inquiets.

L’ado, donc, a un ordinateur dans sa chambre depuis 3 ans. Ses parents frimaient, rappelle toi: elle préfère composer de la musique que jouer à la wii, qu’ils disaient, trop fiers. Hin hin. Les choses changent, soupirent-ils, plein de Sagesse (du vieux con de bientôt 40 ans).

Après plusieurs séries de privations/disputes/réconciliations/je le ferai plus jamais, promis/grande scène du II, c’est vraiment trop injuste d’avoir des parents comme ça (des vieux cons, sous-entendu), ils ont pris le taureau par les cornes, L’ordinateur sort de la chambre et va dans la pièce commune.

Mais y a pas de place dans la pièce commune. A part peut être dans le renfoncement de l’escalier, où un petit meuble de brocante accueillait les jeux de société. Un tout petit bureau qui ne devra pas dépasser 80 cm.

Quelques heures de boncoinerie plus tard, et le voilà trouvé, suffisamment joli pour avoir le droit de cité, et suffisamment petit pour rester discret.

IMG_0090

Je commence à avoir l’habitude: un petit coup de décapant chimique (enfin, heu… 3/4 passages). Je sais, c’est péché. Je me fouette aux orties bio et je psalmodie le programme l’EELV. Suivi d’un petit ponçage, puis fondur trouvé chez un ébéniste. (pas kascher non plus.)

bureau

T’as vu, il  est pas branché?… C’est ballot, y a pas de prise dans le petit coin.

Va falloir que le héros finisse le boulot. Rapidement avant le dernier acte: les vieux cons de parents même pas capable de savoir qu’un ordinateur ça se branche sur une prise, cher… J’avoue ça fait trop pitié.

Share Button

La fête de l’Amer

Jusqu’alors, moi, je ne croyais pas à la fête des mères.

Un peu comme je ne crois pas en Dieu. ça ne me dérange pas que les autres croient, j’aime bien discuter pour savoir pourquoi on y croit et pas moi, je te donne mes arguments, tu me donnes les tiens, et puis on se respecte. J’en fait pas un critère de jugement. je connais des gens très cons qui ne croient pas en la fête des mères, et des gens très bien qui y croient.

La fête des mères, fête pétainiste blablabla, pis c’est toute l’année, blablabla, pis c’est misogyne et sexiste blablabla. Oui mais c’est un symbole blablabla, pis ça fait plaisir blablabla, pis on va pas cracher pour une occasion d’avoir des cadeaux blablabla.

J’en étais à peu près là dans ma croyance. C’était avant.

Car aujourd’hui, jour de la Fête des Mères, j’ai reçu la Grâce.

Gabriel m’a donné son petit présent fabriqué avec Amur, en me récitant une vague histoire, comme quoi je serai un peu comme une fleur dans son cœur, toussa. Une copie de Vermeer accompagnait le poyème. 5 ans et déjà faussaire, je te le dis, le Mauritshuis a intérêt à faire gaffe avec un talent pareil.

« On va l’accrocher dans ta chambre, maman, hein?

-Heu, tu veux pas plutôt que je l’emmène à mon bureau, comme ça je penserai toute la journée à toi, à mon travail…parce que la nuit, je dors, et dans le noir, je ne le verrai pas ton tableau… »

Voilà voilà, le Kado de la fête des mères, ça c’est fait. Y  en a qu’un en plus. Ce qu’il y a de bien triste, quand ils grandissent, c’est qu’ils ne te fabriquent plus des horreurs petits cadeaux plein d’amûr que tu vas garder toute ta vie précieusement.

Ensuite, il y a eu… les devoirs. Pasque les profs, au collège, ils ne pensent pas à la fête des mères. Ils ne pensent pas non plus que les enfants de CHAM ils ont tout plein de trucs à la fin de l’année, et ils doivent s’arranger pour mettre tous les contrôles le même jour puis les laisser glander pendant 15jours. Sinon, ce serait pédagogique, ce serait beaucoup moins amusant.

Figure toi qu’hier entre les examens de violon, les 2 répet et le spectacle de danse jusqu’à 23 heures, on avait omis de regarder le cahier de texte. Deux contrôles, un DM de maths, de l’anglais pis du français. Rien  que pour Lundi, évidemment.  Et si tu rajoutes le lever un peu tardif, et l’anniversaire de la copine l’après midi, l’ado angoissée et fatiguée, je pense que tu peux imaginer le potentiel explosif de la situation.

Pour ma fête, j’ai donc eu deux heures de maths en urgence, et en tension. (ouais, je brode un peu, les maths c’est pas moi qui explique. Mais bon, j’étais en train de bouillir à côté, ça compte.).

Je pourrais te refaire aussi  le coup de la femme de ménage, mais je vais me répéter. C’est que je suis traumatisée, j’te ferais dire, je prie le Dieu des femmes de ménage tous les jours pour qu’elle se rétablisse vite, la pauvre. Donc pour ma fête, j’ai fait deux heures de ménage pour préserver mon sommeil demain matin.

Pour ma fête, j’étais bien contente qu’il pleuve. Pour les petites plantes mais surtout pour mon reniflant, assez peu à la noce en ce moment.

Pour ma fête, j’ai voulu faire des  photos portées pour le blog de la petite tenue cousue la semaine dernière au lieu de me faire rôtir au soleil comme tout le monde, et j’ai  demandé, inquiète, si les copines ont aimé  (ratification obligatoire avant portage quotidien, qui finit par tamèrellètrocoul, ou tamèrelatropadgou).

 

ensemble

Jupe bidouillée à partir de ce très chouette tuto, mais rallongé (j’ai pris 36 cm de largeur au lieu des 32 pour le haut de la jupe, et 44 cm pour le bas), et j’ai ajouté 10 cm, ça tombe très bien. Je n’ai pas fait le petit nœud, parait que ça ne se fait plus, au collège.

Le tissu est un jersey très serré, de très belle qualité, trouvé en coupon à « Rouen tissu », rive gauche, rue Malherbe, pour les normandes.

Le haut: modèle Insa en 10 ans, Farbenmix, aucune modification., jersey tissus.net

Le bas des deux sont surjetés avec ourlet roulotté laitue très serré, avec un fil mousse orange. Grande découverte, grâce à ce bouquin devenu mon livre de chevet

livre

 

ensemble3

Le bras d’honneur au violon. Nouveau concept.

ensemble2

Était-ce la conséquence des maths ou le fait que la douce maman que je te t’aime comme une fleur dans mon cœur, toussa, était devenue la vilaine marâtre qui oblige à faire les devoirs, à écrire proprement, à ranger sa chambre et à manger des légumes?

Va savoir.

En tout cas, moi, je suis convertie. Je vaux bien d’être fêtée. Je mérite un cadeau.

Pour la fête des mères, je veux bien… une journée sans enfants!

 

Share Button

Le mythe en miettes

 

C’était chouette pourtant.

L’image de la « bad girl », de la mauvaise fréquentation, de celle qui dit du mal quand il faut être consensuelle, de celle qui se prend pour une intellectuelle (la « Levi Strauss de service », hin hin) juste parce qu’elle a lu la page Bourdieu sur ouikipédia, de celle qui est frustrée et jalouse du succès des blogueuses talentueuses et désintéressées,  c’était quand même pas de la tarte à construire. Quand on est comme moi la douceur incarnée.

C’est qu’y a pas beaucoup de créneaux originaux sur la blogosphère +/- mère de famille/qui décore/qui fait à manger pour sa nichée -autre chose que décongeler du Picard-, qui bricole deux trois choses avec ses mains/qui a un budget suffisamment conséquent pour acheter des kilos de liberty et promouvoir des marques chères pour ruiner ses congénères en signifiant sa supériorité (oui bon, j’avoue, j’ai pas fait que lire la page Bourdieu. J’ai aimé aussi).

Du coup, moi j’ai fait le choix d’être contre. Tout contre. Un peu de dedans, mais beaucoup au dessus. Je me regarde être une mère de famille qui décore, qui coud, qui tricote, qui s’occupe bien de ses enfants, qui dépense inconsidérément en  outillage couteux à  DIY, et fait bouffer des légumes bio cuisinés maison à sa magnifique nichée très bien élevée, mais je me fous de ma tronche. Un peu des autres aussi, qui se regardent le nombril, et photographient leurs pieds, se prennent très au sérieux parce qu’ils ont 1000 visiteurs par jours et considèrent cette popularité comme une reconnaissance naturelle de leur immense talent de la vie.

Je me voyais un peu comme Karaba la sorcière.  Eructer sur les gentils villageois, aller y foutre le feu une fois de temps en temps pour rappeler ma présence. Et surtout être MECHANTE. Il faut des méchants dans les mondes imaginaires comme celui qui se construit sur les blogs. Des « trolls » qui viennent insulter les icônes, des persifleurs qui viennent instiller le doute sur la moralité des bisounours. Même dans Oui-Oui, il y a des méchants.

Est ce que je suis rattrapée par ma vraie nature de bisounours? Est ce que le mythe de la Bad Blogueuse est aussi creux que celui des « sisters »? Est ce que Kirikou m’a retiré mon épine?

Ce soir, je me suis extasiée devant mes enfants, et leur instinct de la musique.

Une petite impro jazzy à quatre mains:

 

 

 

Et une jeune fille qui déchiffre (première lecture) l’Avé Maria de Gounod sans avoir jamais pris un cours de piano…

 

 

J’avais déjà un potentiel Guimauve au bisounours au plafond, et j’ai ouvert mon courrier.

Deux enveloppes pour moi, qui ne ressemblent même pas à une facture EDF ou une lettre d’amour de la Police nationale pour me dire que je suis une grande délinquante routière. (54km/h. C’est mal.)

facteur

Dans l’une, des patrons que j’ai commandé, certes, mais je n’imaginais pas qu’ils seraient aussi chouettes.

valantoine 1

Zieute un peu…. Ils sont DÉCOUPÉS!!!!!!!!!

valantoine2

Pour les commander, c’est , vazy, fonce! (heu, je ne suis pas sponsorisée, hein. Bisounours, mais pas vendue, non plus!!!!)

Et enfin…

porte clés

Elina, juste comme ça, m’envoie ce petit porte clé de  petite violoniste bleue … Évidemment, j’ai bien failli me le faire piquer par sa grande sœur, mais j’ai réussi à le garder en lui disant que comme ça je l’aurai toujours un peu avec moi.

Je vais faire une overdose de bon sentiments. C’est carrément addictif ces petites douceurs. C’est pas bien ce que vous faites les filles.

Share Button

Les petits instants

Je ne t’apprendrais pas, chère lectrice multipare récidiviste, que les enfants sont, à l’instar du chien de la voisine (qui défèque devant ton perron tous les matins), des taupes et de Jean Marc Sylvestre, des petits parasites qui font rien qu’à t’énerver. Mais autant on admettra que tu ne portes aucune responsabilité concernant les déjections canines, les irrépressibles besoins de forage, et les inepties libérales, autant, sur les enfants, tu conviendras avec moi que tu en portes un peu la croix, sauf si tu cherches à faire croire à l’Immaculée Conception….

Tu te lèves donc 12 fois par nuit quand ils sont nouveaux nés, tu t’inventes une maison à un mètre du plancher quand ils mettent des petits beurres et des bananes dans le lecteur DVD, tu deviens taxi driveuse quand ils font du cor anglais, de l’escalade du dessin du poney et puis aussi maman j’aimerai bien faire du tir à l’arc… Tu arrêtes l’alcool et la clope quand ils sont ados, et tu passes tes nuits à lire le petit manuel de l’adolescent « mais aaaaaarticuuuuuule » quand ils lèvent les yeux au ciel et claquent les portes en criant « c’est toujours pareil dans cette maison, on n’a jamais le droit de faire ce qu’on veut, c’est trop nul, et Kevin, ses parents ils sont trop sympas, ils fument même des oinj avec lui ».

Bref. Tu rachètes un peu ton péché originel.

Cependant, il arrive parfois, rarement, c’est vrai, que les petits parasites te procurent des petits instants de bonheur, des petites douceurs toutes chaudes en rentrant du froid polaire après une journée bien remplie.

Voire que tu les trouves presque géniaux. Un peu comme si tu y voyais une descendance, et pas juste un parasite…

DSC_1006

Simon (8 ans) , qui a une wii et une DS, préfère se fabriquer une console de jeu.

Il vient de composer son premier morceau. Avec plein de dièses et des doubles croches.

Demain il ajoute la main gauche, qu’il a dit….

DSC_0995

DSC_1001

 

 

Share Button

Le principe éducatif de base

Comme je suis une mère parfaite qui sait tout de la vie parce que j’ai des idées très arrêtées qui sont forcément les meilleures vu que ce sont les miennes, je vais te donner un petit  conseil plein de bon sens, si tu veux éduquer tes enfants dans l’harmonie, la grâce et le beunheur.

Tu crois que tes enfants sont des petits clones de toi (mais en mieux, encore, car au lieu d’avoir eu ta mère comme mère, ils t’ont toi, c’est à dire une sorte de perfection divine incarnée), et ben tu te trompes. Tu te mets le doigt dans l’oeil et comme tu t’es pas lavé les mains après t’être curé le nez tu vas avoir une belle conjonctivite.

J’ai longtemps cru que mes enfants, mal elevés par une gaucho anarchiste notoire à vague tendance constestataire rebelle, seraient forcément des futurs peace and lovers eleveurs de chèvres dans le Limousin.

A Noël, j’ai eu comme un choc.

Attention, les images qui suivent sont d’une rare violence et peuvent choquer les libertaires sensibles.

 

Simon2

Voilà.

Il a passé sa soirée à distribuer des contraventions.

A passer les menottes aux délinquants…

menottes

….

Le conseil donc, si tu veux que tes enfants te ressemblent: dis à la mère que tu es de faire exactement l’inverse de ce que la femme ferait.

Allez. Je vais voter Sarkozy et mettre un serre tête et une jupe bleue marine.

J’en profite pour vous souhaiter une excellente année 2012, celle de tous les espoirs, de tous les possibles et de toutes les inquiétudes aussi!

Fanny

 

 

 

Share Button