Le goût du risque

Je suis devenue une grande aventurière.

Ouais, j’teufrais dire.

Quand j’étais petite, on m’appelait « c’est dangereuuuuuuuuuux », parce que j’n’osais pas passer dans le champ des chèvres. Comme par hasard, c’est moi que le caprin stupide a poursuivi jusqu’au pas de la porte.

Mais depuis, j’ai changé. J’ai compris que la vieille bique ne s’était attaquée à moi que parce qu’elle a senti mon hésitation.

Du coup, je fonce. Témérité, courage, hardiesse, sont les mots qui me caractérisent. Je n’ai peur de rien et ma vie est une aventure permanente. Tiens, par exemple, hier, je suis passée par la mairie plutôt que par les quais, et j’ai gagné au moins 30 secondes.

Et ce matin, j’ai mis mon ticheurte du destin.

Ce ticheurte là, tu vois, est un concentré d’improbable.

Le modèle le plus kitch dans le dernier Ottobre. J’aurai même pas imaginé l’offrir à ma grand mère.

twist knot

Un tissu … comment dire… A haut potentiel look prof de maths cinquantenaire des années 80 (le clan « les robes à fleurs »).

Payé pourtant assez cher, puisque commandé chez Shaukat. Liberty jersey/viscose, ouais ouais.

Une toile? Entre perdre 3 heures et perdre mon tissu, j’ai risqué. Mon temps est plus compté que mon stock ou mon portefeuille.

Et ma foi, la vieille bique est restée dans son champ à brouter ses pneus.

IMG_0213

IMG_0214

DSC_2641

DSC_2642

Modèle Ottobre twist knot 2,2013, raccourci de 5 cm, taille 40 (sauf taille rétrécie au 38)

Tissu Liberty Ellie Ruth  Jersey viscose shaukat

ottobre twist knot

Je lui ai rajouté une écharpe en mousseline de soie express à la surjeteuse rapport à la météo incertaine.

Et je trouve qu’avec un jean et une veste, il remplit sa mission de tee shirt de mi saison quand t’as froid et envie de mettre un jean.

Sans risque.

ottobre twist knot2

Même pas peur d’aller au boulot avec!

 

 

 

 

Share Button

range ta chambre!

Maniaque du rangement, de l’ordre et des choses à leur place, je suis.

On croirait pas, hein, quand on lit ce blog foutraque, sans but, sans sens, sans « ligne éditoriale ». Parfois, je me dis qu’il faudrait que je range ma chambre aussi. Je fais de plus en plus de couture, pourquoi pas un blog de couture? Tu sais, une « petite fenêtre personnelle » où l’on présente ses créations pour:

– aider ses petites camarades dans leurs choix (ben oui, c’est vrai, moi, sans les blogueuses, je sais à peine enfiler un fil dans le chas… merci pour l’inspiration, les bons plans tissus, les tutos gratuits, la hotline parfois…)

– recevoir des compliments du monde entier pour un truc totalement banal qui te donne le sentiment d’être une kréatrissssssse….

– partager ses petites déceptions, sur des patrons citronille mal foutus, des tissus trop chers, et des must-have pourris catapultés par des dinosaures aux stratégies commerciales bien affutées… (hein, quoi? j’ai pensé si fort à la Droguerie que vous l’avez lu? Naaaan…)

En même temps ça m’ennuie. Je ne suis pas sûre de réussir à m’y tenir. J’ai cousu pas mal de choses que je n’ai pas montrées, parce qu’elles étaient chouettes, mais je n’avais pas d’histoire à raconter dessus. Parce que j’ai oublié de prendre des photos avant d’offrir. Parce que le cadeau n’a pas toujours l’envie d’être public. Et puis je suis sûre de faire chier mon lecteur mâle, et ça vraiment ça me rend triste.

Néanmoins, je vais essayer d’être sage. Peut être de ranger mes messages, tiens. Parce que quand tu veux t’y retrouver, dans ce mic mac, tu pleures, un peu comme devant les caisses à playmobils remplis de legos minuscules qu’il va falloir trier un par un si tu veux être une bonne mère qui préserve l’environnement ludique de son enfant plutôt que de tout foutre par la fenêtre, bordel, y en a marre de ces jeux à la con, t’avais qu’à les ranger.

Tiens, je commence aujourd’hui:

L’idée est venue de ce chouette gilet Monop’. Vendu avec une jupe moche, je lui ai dit « je vais te faire mieux ».

nov 12

Jupe Burda Young 7462 (version A) en 32 sans marges de couture, tissu en coton des coupons Saint Pierre et dentelle Mondial Tissus.

tee shirt zoom

tee shirt

Tee shirt Ottobre 1, 2011, modèle « frenchie Stripe » n°30, largeur 146 et longueur 152, jersey Mondial Tissus appliqué broderie machine « de mes 10 doigts ».

Grand succès auprès des copines, je suis une sorte de star créatrice de mode, c’est la classe.

Ça compense les rangements de chambre…

 

Share Button

La vie est injuste, parfois…

Non, mais c’est vrai, quoi… 2 mois que je me prépare à une rentrée atroce, à des rythmes infernaux, des ados qui claquent les portes, des gardes tous les deux jours, la pluie qui mouille et le jardin envahi par les ronces et les lianes.

Je me prépare à faire pleurer sur mon sort, je trouve les mots qui claquent, j’appelle la compassssion, afin que tu te nourrisses du malheur d’autrui et que je me sente un tout petit peu considérée.

La vie est injuste.

Le jardin n’a jamais été aussi beau; rapport aux 4 jours non stop que beau papa a passé dedans. Merci beau papa. Et c’est pas juste pour le style… A plusieurs on se sent moins seul(s)…

Ado et futur ado s’entendent à merveille, bénéfice, peut être, des 3 semaines en autarcie en pays estranger?

Les gardes ont repris un rythme raisonnable grâce à deux nouvelles recrues, il n’y a plus que 20% de sous effectif, une broutille par rapport aux 6 derniers mois. Il reste bien les mémoires des étudiants, pour garder un peu de piquant, mais dans une semaine c’est fini. On pourra mettre le logiciel de stats médicales sous clé.

Il fait beau, je prends mon fidèle destrier pour aller travailler…

Mate un peu ce style.

vélo

Je fais du speurt. Ouais. T’as bien lu. T’as même le droit de te marrer. Depuis une semaine, j’ai fait 14 bornes en jogging… Les grands se sont découvert une prédisposition pour la course. Je me dévoue pour les entrainer, je me fais mettre 500 mètres dans la vue sur 6 km par deux petits lièvres. Quand je te dis que la vie est injuste…

L’emploi du temps est normal. Je ne peux encore rien dire sur les profs.

Même en couture. Plein de projets, mûris lentement et composés tranquillement.

Tiens, je t’en montre un, par exemple: une robe d’ado colorée, haut potentiel « tu rigoles, je vais pas mettre ça au collège »…

tee shirt

Robe sur le principe mélange jersey/voile de coton, type IKKS, beaucoup vu cet été.

Jersey imprimé Michas Stoffecke, jersey bleu uni toto, voile mondial tissu.

C’est le même patron de tee shirt Ottobre que celui ci, en 34 sans marges de couture, et le reste: 3 bandes froncées.

Pour l’accompagner, un cache coeur Ottobre du 2/2011, qui est encore un tout petit peu grand, mais mettable…

cache coeurh

Les keupines disent « ouah, t’as trop de la chance », et elle pourra le porter l’année prochaine.

Et en plus, elle pose comme une blogueuse.

ensemble

Quand je te dis que la vie est injuste….

Share Button

coud, rage

En ce moment, je couds beaucoup. Tous les soirs, tous les week end, pas un moment sans ma machine. Des petites fleurs brodées, des genouillères sur les pantalons de crapaud, avec l’espérance candide que celui là ira une fois à la machine sans trou…

Je garnis mon armoire à tissus de manière compulsive, mais je la vide aussi.Et comme je suis une fille qui cherche des explications à tout, tu penses bien que je ne peux pas m’abandonner au compulsif sans y chercher deux trois explications.

1/ L’explication psychoaffective.

Mes enfants m’ont lâchement abandonné en me laissant glander seule à la maison quand je rentre du boulot. Je noie mon chagrin et la solitude dans le point de bourdon.

2/ L’explication météorologique.

Ça caille tellement qu’il faut se bouger. Il parait que ce n’est pas la saison pour allumer le poële, et pis de toute façon tu as tout brûlé le bois cet hiver, l’option canapé tricot n’est envisageable qu’avec moult plaids, pyjamas en polaires et tisane, il est donc un peu plus sexy de jouer de la pédale.

3/ L’explication sociopolitique.

Coudre permet de se focaliser sur un projet. De construire, de bâtir, d’achever. Pendant ce temps là, on ne pense pas à la désespérance des élections, on n’écoute pas les discours populistes et démagogiques, on ne pleure pas en imaginant l’avenir, on ne compare pas les années 2010 aux années 30, en y pointant les millions de points communs.

tee shirts

simon

simon2

On reçoit les sourires.

On se dit qu’ils ont de la chance, eux, d’apprendre à critiquer, à réfléchir et à comprendre le monde.  Seront-ils assez nombreux?

 

Share Button

Relativiser

Avant, je trouvais ça difficile, de me lever du Lundi au Vendredi à 6h30 pour emmener tout le monde au boulot à 8h30. Maintenant, je vais supporter le réveil à 6 heures, du Lundi au Samedi pour déposer Hela au collège à 8h.

Avant, je trouvais qu’emmener les enfants dans deux écoles différentes, ce n’était pas très pratique. Maintenant, je vais jongler avec la maternelle, la primaire et le collège.

Avant, j’aimais bien qu’ils aient de beaux habits, le jour de la rentrée. Encore mieux si c’était home-made. Lundi, ils sont partis en jeans à trous et vieilles baskets.

Avant, je mettais un petit peu en scène mes photos de couture, pour copier les standards de la mode enfantine. Parce que je trouvais ça joli. Maintenant, la mode enfantine représente pour moi un truc un peu ridicule, un sommet de boboïsme où les enfants sont les instruments des frustrations parentales, et les cobayes/victimes d’un monde de l’image et du paraître.

Alors mes photos sont moches, prises au flash au petit matin avant le départ pour la grande journée. Elles servent juste à montrer que le pantalon il va bien. Et c’est suffisant…

DSC05799DSC05801

DSC05800

DSC05802

Pantalon en gabardine marron (tissu.net, je crois)

Modèle Ottobre 4, 2008, la plus petite taille sans marge de coutures. Rajout de genouillères, pas pour faire classe, mais juste pour éviter les trous.

Share Button

Je vais bien, ne t’en fais pas…

Faut pas paniquer comme ça, ma petite dame. C’est vrai, conduire sur 3 cm de neige, c’est pas la mort. Simon adore le travail de maman, tout le monde est gentil. En plus les antibios, ça guérit vite les angines.
Et puis la nature est sympa, les deux autres sont malades sur le week end, comme leur mère. Y a un peu une ambiance de maison de retraite, dans le logis familial, entre les raclements de gorge fort classieux, les concours de trompette nasale et les « beueeeeeeeeeuuurk, je m’en suis mis partout » qui suivent fréquemment. On s’amuse comme on peut.

Mais ce qui est bien, c’est que du coup, j’ai cousu.
Et bien en plus.
Un pantalon.

Je sais, c’est pas franchement tendance, de coudre un pantalon: c’est long, minutieux, l’association braguette/ceinture nécessite une certaine dextérité (et l’élastique, non, non, je ne peux m’y résoudre, c’est trop moche) , et puis on peut en trouver partout des bien mieux cousus. Mais mes enfants sont malheureux et ne mangent que du vert, du bio, du pas bon, du coup ils sont grands et maigres et rien ne leur va. Le pantalon, c’est presque une nécessité, tellement je suis obligée de serrer à fond les élastiques de ceinture, quand il y en a, tellement c’est long de fureter partout pour trouver de l’ultra slim.

Je rentabilise donc à fond le (seul) magazine Ottobre que j’ai acheté: c’est le modèle pantacourt « Sade » du 4/2008.
Je manque de superlatifs pour dire comment il est trop génial. Je suis vraiment contente du résultat.
Je pourrais dire que ce modèle est « une tuerie », mais outre le fait que l’expression soit insupportable, bientôt démodée tellement elle a fait le tour du monde, elle est surtout contre ma religion.
A tomber? Nan, ça va merci, je tiens à peu près debout.
Donc, il est bien pis c’est tout.

Regardez… (je préviens, que la photo est pourrie, ou vous vous en apercevez? Nan nan, je ne commande pas un super Nicon pour Noyelle, j’aurai juste besoin d’un peu de lumière du jour….)
Sade_2Sade_1

Sade_3Sade_4
Pantalon Ottobre « Sade » en largeur 134/taille 140, légèrement modifié en bas car un peu court.
Velours plein plein de raies Etoffes des héros, reste de cotonnade topaze Etoffe des héros.
Encore sans boutons car on est Dimanche
.
Non porté car H a 10 ans. Et bien droit à son image. (refus catégorique de poser, avec sa tête de lapin russe…) Il faudra donc me croire sur parole, il lui va très bien…. (peut être quand j’aurai fini le pull qui va bien?….)

Share Button

LE tuto

Le tuto, amie novice, blogonaute débarqué de la lune, ou bien homme velu suçant encore son nonos avec les dents, le tuto, c’est LE truc qu’il faut faire quand tu blogues. Ça a beaucoup d’intérêts.
D’abord, ça montre à l’ensemble des blogonautes que tu es une fille super sympa qui partage ses petites astuces du quotidien. Genre, tu fais un tuto pour dire comment tu mets le thé dans le sachet, comment tu déroules le PQ dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, ou comment tu utilises le fil à couper le beurre. C’est vrai qu’il y a toujours des imbécilenautes pour ne pas le savoir.
Ensuite, ça fait monter tes stats. Pour un peu que ton tuto soit référencé quelque part, tu as plein de visites gogoles sympas. « comment on fait pour enculer les mouches », « couper les cheveux en quatre sans se blesser », tout ça. ca change un peu du « blonde à forte poitrine » quasi quotidien.

J’ajouterai que c’est bien pratique pour la blogueuse paresseuse qui n’a pas le temps de coudre 12 vêtements la semaine. Deux articles pour le prix d’une couture, emballé c’est pesé, je vous mets le persil avec, ma petite dame?

Enfin, et ça c’est bien le plus important, ça te donne l’impression d’être supérieurement intelligente. Et comme je n’ai plus les regards pétris d’admiration baveuse de mes petits élèves en extase devant mon savoir incommensurable et mon sens de la pédagogie inné, il faut bien que je me venge sur quelqu’un.
J’ai bien essayé d’expliquer au héros comment on allume le fer à repasser. A mes enfants comment on rince la baignoire. Mais forcément c’est pas le genre de choses qui les met dans une transe extatique. Alors pendant que je vous choppe, là… Je vais vous apprendre, là, maintenant, sous vos yeux ébahis…
Comment on fait……… le pantalon Ottobre Guitar Jean’s. Même si vous n’aviez jamais eu l’intention de le faire!

Applaudissements

Ahem, allez, je commence.
Donc déjà, amie blogueuse, tu achètes là le magazine OTTOBRE 4, 2008. Sinon, c’est mal.
Ensuite, tu recopies le bon patron. Attention aux marges de couture, qui ne sont pas comprises. Les instructions générales sont traduites sur le forum des ottobre’s addicts.  Et tu vas à la page 38, pour les explications. Tu sues des dessous de bras, comme moi, alors tu te précipites sur ma traduction (approximative).

Coupe:
Couper les fonds de poche et la doublure de ceinture dans un coton plus fin et les autres pièces dans le denim. Couper aussi 4cmX 40cm de bande de denim pour les boucles de ceinture.

Couture

Instructions générales: piquer les lignes de couture au point droit et faire les finitions au point zig zag. Les doubles surpiqûres des ouvertures de poche sont espacées de 10 mm, les autres de 7 mm sauf instructions spéciales.

Entoiler la ceinture.

Poche à monnaie(6): Coudre l’ourlet du haut de poche en repliant sur l’envers. Replier les surplus de couture sur les autres bordures sur l’envers, et surpiquer la poche sur le devant de poche droit (4) comme indiqué sur le patron.

Les poches devant. Je me suis aidée de coupe-couture pour comprendre:

Coudre les fonds de poche (5) à l’ouverture de poche sur le panneau devant du pantalon (1) endroit contre endroit:

tuto1

Sous-piquer les surplus de couture sur les fonds de poche.

Plier les fonds de poche sur l’envers

tuto_2

et surpiquer les ouvertures de poches.

tuto_3

Épingler la poche sur le fond de poche, endroit contre endroit, et coudre l’arrière de poche. Bâtir à la machine les bords de poche à la taille.

tuto_4

Assemblage:

Replier le haut des bords des ouvertures de poche dos. Épingler et surpiquer les poches sur les dos de pantalons (3) à l’endroit indiqué sur le patron. Coudre les empiècements dos (2) aux dos de pantalon et surpiquer les coutures. Coudre les intérieurs de jambe:

tuto_6

Replier les surplus de couture sur le dos et surpiquer les coutures.

Surjeter/surfiler les surplus de couture des bords de l’entrejambe.

Coudre l’entrejambe et poser la fermeture éclair à la patte, en suivant les instructions p 46 (schéma très clair!)

Coudre les côtés du pantalon, replier les surplus de couture sur le derrière et surpiquer les coutures de la ceinture jusqu’aux côtés des poches. replier, épingler et coudre les ourlets de jambe comme indiqué sur le patron.

Boucles de ceinture…. Heu… J’ai pas tout compris: Je crois qu’il fallait coudre la bande, la surpiquer au milieu, puis la couper en 5 morceaux d’égale longueur, et ensuite les épingler aux endroits indiqués, endroit contre endroit.

Ensuite, je n’ai pas fait de traduction précise: ne pas oublier de faire des boutonnières si vous mettez un élastique à trous à l’intérieur si votre fils est tout maigre, coudre endroit contre endroit les deux morceaux de ceinture, épingler sur le pantalon endroit contre endroit, replier le surplus à l’intérieur et surpiquer. (ma ceinture était un peu petite, également…). Coudre les boucles en haut de la ceinture.

Enfiler le beau pantalon sur le garçon et prendre une photo avant qu’il ne tire la langue (c’est le plus dur!)

Share Button

Parlons chiffons…

J’annonce la couleur, les deux hommes qui lisent ce blog, vous pouvez quitter tout de suite la page, ça vous évitera de pérorer. Ouais, je suis comme ça, moi.
Peut être que je ne n’ai pas l’inspiration pour raconter une histoire follement drôle à partir d’un bout de tissu. Peut être que l’apéro va être servi dans 10 mn et que je dois me grouiller de torcher ce message. Peut être que je suis tellement euphorique de mon travail que j’y consacre toute mon énergie, que j’y trouve la reconnaissance sociale dont j’ai besoin, et du coup je n’ai plus besoin de mon miroir magique déformant … Ce sont les mystères de la blogueuse.

Mais revenons à nos chiffons.
Vous vous souvenez de ce pull? Injustement trop vite présenté sous prétexte de règlements de compte conjugaux, j’ai omis de préciser à quel point il est agréable à tricoter. J’ai voulu lui rendre hommage en lui cousant un pantalon qui va bien, un modèle qui me fait de l’œil depuis un bail, tout en faisant transpirer des dessous de bras rien qu’à la lecture des explications, j’ai nommé le guitar jean’s Ottobre du 04/2008. Le hic, ça été  le tissu assorti,  je cherchais une toile gris/kaki. Introuvable.
Alors j’ai fait les fonds d’armoire, trouvé un tissu déjà utilisé, qui me semblait adapté au premier essai.
Pour tout dire, ce premier essai est loin d’être parfait, j’ai merdé sur la ceinture comme vous pouvez voir sur la photo.
guitar_jean3

Guitar jean’s Ottobre 04/2008,
taille 6 ans largeur/8 ans longueur,
rajout des genoux dans l’espoir que le susdit dure plus de trois semaines comme tous ses pantalons…
Et j’ai rajouté un élastique à boutons dans la ceinture parce que mon fils n’est pas suffisamment  nourri par sa mère qui ne fait que des légumes pas bons à bouffer.
Tissu métis lin/coton Etoffe des héros.

Le derrière est nickel chrome, j’ai fait toutes les surpiqures à l’aiguille double mon amie parce que je suis une feignasse.
guitar_jean_4

Sur le zouave (négociations toujours très difficiles…..), ça tombe à la perfection:

guitar_jean_2

Et avec le pull, moi j’aime bien…

guitar_jean_1

Mais j’ai des goûts de chiottes très classiques!

Et si ça vous intéresse, j’ai tout traduit et pris des photos pour faire un tuto, mais faudra faire beaucoup de bruit, parce que j’ai une fleeeeeeeemme, mais une flemme….

Share Button

tryptique de la flemme

Encore une petite pour la route…

Joe a un petit souci de prononciation de certaines consonnes, qui rend son discours parfois assez plaisant…
Rien de grave, hein, juste que les « t » ont une fâcheuse tendance à prendre le chemin du « k »… Il y a le « crain », bien sûr, mais aussi le bakeau, le chakeau, etc..

Ces petites approximations langagières deviennent cocasses lorsqu’il s’agit des oncles et tantes… Il y a concon Franck, concon Vincent, kakie Claude (la petite maligne, hein…), et… Caca Lisa…

Soucieux des bonnes relations familiales, les parents de Joe insistent régulièrement pour corriger la diction peu diplomate de leur rejeton.

« On dit Caca, ou Tata? »

Réflexion intense de Joe, qui a bien conscience de ses erreurs…

Parade:

« On dit PIPI »!!!!!!!

Tag ada tsoin tsoin….

Florence est une vilaine fille qui croit m’embêter en m’envoyant son carnet de copines à remplir, juste pour que je mette des gros mots dessus, et que je dise que Fabrice il bave, et après elle va dire: « qu’est ce qu’elle est méchante, la fille, làààààà »!!!

Vous allez voir, pour faire des réponses intelligentes et pertinentes, à ce genre de questions, faut cogiter sévère…

Signe particulier : penche à gauche

Mauvais souvenir : J’en ai plein mais beaucoup trop privés…. Mais si vous insistez, je vous raconte la séance de piscine en 3e.

Plantons le décor. Je suis une jeune fille encore prépubère, en 3e, un peu plus d’un mètre 50, 40 kilos toute mouillée. Évidemment, toutes les copines font un mètre 70, 90D, loupent la piscine régulièrement avec des mines entendues. Moi, j’y vais toutes les semaines, à la piscine, j’ai pas d’excuse de nana. Il faut donc se mettre en maillot, assumer son douze ans et sa ligne de haricot devant les copines ET les copains, vu que les séances sont mixtes. Groumph. Pour essayer de faire croire que je ne suis pas une écolière, mais bien une future lycéenne, je mets une jupe, ouais, c’est du 34 et je flotte dedans, et alors???

Les « copines », collégiennes potaches et sans cœur, ont alors eu une idée particulièrement cruelle.

La fille toute maigrichonne qui vient en jupe à la piscine…. Si…. On lui piquait sa culotte?…. Rien que de l’écrire j’en frémis…

Elles l’ont fait, les salopes!!!!!!!!!!!!!!!!  Et elles ne l’ont rendue que…. plusieurs jours plus tard. Après la piscine, j’avais maths. Et la prof n’a pas eu d’autre meilleure idée que de m’envoyer corriger l’exercice au tableau… Très à l’aise, j’étais, avec ma petite jupe et … hum…. rien en dessous….

Le fin mot de l’histoire, c’est que… à la copine qui m’a emprunté ma culotte, et bien… je lui ai emprunté  son petit copain!… Non mais… Rancunière moi?….

Souvenir d’enfance : un truc genre madeleine?…. Pfff, crème daubeuf, les crèmes au chocolat de ma mère grand.

Mon défaut : je n’en ai pas. Comment ça vous ne me croyez pas? Un poil… têtue peut être?…  

Film « bonne mine » :Je n’en ai pas, j’ai mauvaise mine.  

 

Avec qui je me verrais bien coincée
dans un ascenseur :
Aucun fantasme d’ascenseur. Même coincée avec Brad Pitt, je ne penserai qu’à taper sur le truc pour sortir au plus vite.
 

La couture molle

Je sens votre colère poindre.

Y a de l’abus, là. Je sais. C’est du grand n’importe quoi. Du Joe, du tag, mais tu ne fais donc RIEN?

Et naaaaaaan…. En ce moment, la paresse, la fainéantise, l’indolence, l’oisiveté, sont mes occupations majeures…

Allez, j’ai bien mollement cousu, hier…

tunique_ottobre

Tunique en Jersey Tina, Ottobre 4,2008, en taille 134 pour
Hela.

Quelques simplifications: ourlet à la surjeteuse roulotté, fil de
fronce au lieu de l’élastique, et côtés raccourcis.

Restes de tissus du pyjama: jersey rayé fabric addicts, jersey
noir toto.

Ouiiiiii, je sais, porté, il faut. Mais c’est épuisant: attendre le
soir, négocier, régler l’appareil photo… Sais pas si j’aurai le
courage. Sinon, vous pouvez me croire sur parole, ça lui va très bien!

Share Button

Etude chronocomparative de la pyjamattitude.

Avant:
Mes enfants grandissaient vite. Pour dormir, ils mettaient des pyjamas. Leur armoire débordait de pyjamas, plusieurs par saison, des chauds, des très chauds, des moyens, des pyjacourts, des pyjashorts, des grenouillères à pieds, sans pieds, des robes de nuit, des chemises de nuits, des robes de chambres, des peignoirs… De toutes les couleurs et assortis, s’il vous plait…
Après:
Ils grandissent toujours mais mettent les pyjamas jusqu’à ce que mort (du pyjama!) s’en suive, jusqu’à ce que les pyjalongs se transforment en pyjacourts, jusqu’à ce que les manches longues se métamorphosent en 3/4.
Avant:
Mon budget pyjama était faramineux. Je prétextais le manque de pyjamas pour aller faire un tour en ville, je commençais par les grandes enseignes à bas prix, en pestant contre le style et la qualité, et finissait immanquablement chez Petit Bateau en pestant contre le prix. Et pour ne pas perdre mon temps, je continuais à errer dans les rues de la ville le nez au vent, en complétant ici et là les gardes robes familiales. (heu… surtout la mienne, en fait,)
Après:
Quand vraiment les pyjamas sont déchirés à l’entrejambe, troués aux genoux et déchiquetés des avant-bras, je me décide à… A quoi au fait? Je ne vais pas quand même acheter un pyjama?… Rentabilisation du matériel de couture. Prix du petit bat’ alors que c’est trois bouts de tissu à assembler! Refus du pyj’ chinois avec Cars ou Spiderman dessus.
Je passe trois heures à trouver le modèle. Il met 15 jours à arriver. Je choisis mes tissus d’un clic de souris. Éventuellement je file en ville compléter ma matière première, je ne traine pas, j’ai de la couture à faire (ou des copies à corriger…). Je croise un ou deux magasins qui me chantent de douces mélodies de sirène, et je les repousse avec une volonté de fer… Nan mais tu as vu le prix de ce pantalon? Pfff, en deux heures, c’est fait, y a même pas de braguette, même pas de poches italiennes, même pas de passepoil… Faudra que j’essaie de copier, tiens.
Avant:
Tu as vu, Simon, je t’ai acheté un pyjama?
….
Tu aimes?
….

Après:
Simon je vais te faire un pyjama, tu aimes ce tissu?
-Oh ouais trop bien, trop super, j’adore

Première soirée, 2h, montage du haut de pyjama.
Le matin, essayage rapide sur Simon.
-Ooooh, il est beau, il est doux, dis maman, tu te dépêches de le finir, mon pyjama?
Deuxième soirée, 1h, le short.
Essayage.
-C’est le plus beau pyjama du monde, je peux le garder, je peux le garder?

pyjama_Simon1

pyjama_Simon_2

pyjama_Simon4 pyjama_Simon_3

pyjama_Simon_5

Haut de pyjama à partir d’un modèle Ottobre, automne 2008, très bidouillé, taille 122 sans marge de couture
Bas, bidouille perso.
Léger foirage du col un peu trop large.
Tissu: rayé: fabric addicts, jersey noir toto.

Bilan:
1/ La pyjamattitude, c’est à la fois économique et dispendieux.
2/ La pyjamattitude, c’est à la fois chronophage et efficace.
3/ La pyjamatttitude, c’est le top pour les cœurs d’artichauts des mamans et des garçons…

Share Button