ça caille et t’as vu ce que j’ai fait?

Je sais. Je vous ai manqué.

Mais que voulez vous (je vous vouvoie, ça marque une distance. On n’a pas gardé les moutons ensemble, que je sache, et puis bon, je vous ai abandonné alors forcément vous m’en voulez. Du coup je prends les devants, j’anticipe la fâcherie. Un peu comme à 12 ans, quand tu racontes des bobards à tes parents, tu sais qu’ils vont s’en apercevoir, alors tu lèves deux trois yeux au ciel histoire de te sentir persécutée par ces parents trop nuls. C’est du double vécu, je sais de quoi je cause…)

Que voulez vous, disais je avant d’être grossièrement interrompue. Mon Moi vit un désordre intense, cataclysmique, abyssal.

D’un côté, y a la névrosée. Tu sais, celle qui se prend pour wonderwoman, qui narcisse sur son blog, qui veut être la mère idéale, la femme parfaite, l’executive girl. Elle se prend pour une battante, mais c’est rien qu’une mauviette. T’imagines bien que quand on est capable de croire qu’on peut être mère parfaite de 3 enfants qui font plein d’activités, femme de médecin anesthésiste hospitalier investi et militant sans temps, cheffe idéale, musicienne amateur, couturière et tricoteuse avec 24h par jour seulement, on est un peu névrosée. Et donc photosensible. Et donc maniaque quand il fait soleil, dépressive quand il se cache.

De l’autre côté, il y a l’intello. Celle qui utilise deux trois mots qui en jettent dans ses mails professionnels, histoire de poser un peu la khâgneuse, ça permet de frimer et faire croire à sa supériorité. Celle qui laisse traîner le Monde Diplomatique, comme si elle le lisait… parce qu’elle n’arrive pas à résilier son abonnement. Celle qui ne regarde jamais la télé, c’est pour les beaufs. Celle qui lève les yeux aux ciel quand la radio cause des nuages et de l’anticyclone des Açores. Pourraient pas nous entretenir du mythe de la dette publique ou de la situation en Syrie, tssss, la météo, c’est pour les prolos du cerveau.

Entre les deux Moi, ça fait du grabuge. Y a incompatibilité chimique.Des ions en trop,  inversion du courant électrique (ouais, je sais. J’ai pas retenu grand chose de ma terminale C.) et zou, la décharge qui fait tout sauter. Du coup, j’ai le cerveau muet, j’ai rien d’intéressant à dire, à part « ça caille, hein », et » t’as vu ce que j’ai fait? »

Pour la nouvelle petite sœur du premier bébé à qui j’ai fait un cadeau, mes premières armes de coutureuse

ensemble 1

ensemble 2

ensemble 3

ensemble 4

ensemble 5

ensemble 6

ensemble 7

Robe: patron Margot de Sophie la styliste, taille 3 mois, tissu Rouen tissus.

Bloomer: Anatole de Citronille taille 3 mois rallongé, tissu même provenance.

Gilet: modèle tiré du livre « tricoter pour bébé », Debbie Bliss, taille 3 mois, laine Rowan Milk Cotton Dk coloris tutti frutti, provenance oubliée…

Chaussons: tuto de la Fée Niasse, taille 3 mois, même laine, boutons de la boite.

Petit pochon cadeau…. brodé avec mon nouveau joujou de maniaque, ma dernière boncoinerie bien réussie…

brodeuse

J’espère que ça ne va pas trop cailler, histoire que le bébé puisse en profiter…

 

Share Button

Retour en France

Après 5 jours en Italie,

5 ans en Sarkozie,

Back Home.

vue St Pierre

piazza navona

fenêtre

Les vacances avec les enfants, c’est un peu comme un marathon.

On est content de le faire. On se dit que c’est bien, c’est comme un genre de défi personnel.

Pendant qu’on court, on se dit qu’on est fous, mais qu’est ce qui nous a pris?

On a l’impression qu’il n’ y a que les pauses Gelateria et les pouillages de tronche en règle qui les intéressent.

escaliers

Simon

Et puis finalement, on les convertit au marathon. Il faut qu’on visite encore ça, qu’ils disent. Ils sont même prêts à faire la queue pour voir.

Gaby a Saint Pierre

Gaby touché par la Grâce à Saint Pierre. C’te blague.

En plus, les italiens sont rigolos,

panneau

comme en France, ils disent dans la rue leurs désaccords,

manif

Et ils adorent les bambini.

H et S devant le forum

Pendant que j’y suis, tiens: à Rome, on peut faire des photos de couture au soleil.

dagobert 1

(j’étrangle mon frère ni vu ni connu dans le parc de la villa Borghèse…)

dagobert 2

Dagobert 3

dagobert4

 

Patron Dagobert (tout découpé,y a juste un bout de scotch à mettre), en 10 ans rallongé de 6 cm (le 12 ans était trop large pour H). Explications très claires, petites techniques de couture qui te font croire que tu es douée, différentes variantes… Je suis conquise. J’ai juste foiré le biais des emmanchures, j’ai mis du bord côte à la place en désespoir de cause et j’aime bien.

Tissu en jersey épais tissus.net, biais qui trainait dans la boite, bord-côte tissus.net.

Pour les petites journées fraiches (pas du tout comme chez nous en ce moment, c’est pas frais, c’est glacial en Normandie.), j’ai fait un petit tee shirt ajusté tout simple, patron Ottobre 4, 2008.

 

 

Share Button

Le mythe en miettes

 

C’était chouette pourtant.

L’image de la « bad girl », de la mauvaise fréquentation, de celle qui dit du mal quand il faut être consensuelle, de celle qui se prend pour une intellectuelle (la « Levi Strauss de service », hin hin) juste parce qu’elle a lu la page Bourdieu sur ouikipédia, de celle qui est frustrée et jalouse du succès des blogueuses talentueuses et désintéressées,  c’était quand même pas de la tarte à construire. Quand on est comme moi la douceur incarnée.

C’est qu’y a pas beaucoup de créneaux originaux sur la blogosphère +/- mère de famille/qui décore/qui fait à manger pour sa nichée -autre chose que décongeler du Picard-, qui bricole deux trois choses avec ses mains/qui a un budget suffisamment conséquent pour acheter des kilos de liberty et promouvoir des marques chères pour ruiner ses congénères en signifiant sa supériorité (oui bon, j’avoue, j’ai pas fait que lire la page Bourdieu. J’ai aimé aussi).

Du coup, moi j’ai fait le choix d’être contre. Tout contre. Un peu de dedans, mais beaucoup au dessus. Je me regarde être une mère de famille qui décore, qui coud, qui tricote, qui s’occupe bien de ses enfants, qui dépense inconsidérément en  outillage couteux à  DIY, et fait bouffer des légumes bio cuisinés maison à sa magnifique nichée très bien élevée, mais je me fous de ma tronche. Un peu des autres aussi, qui se regardent le nombril, et photographient leurs pieds, se prennent très au sérieux parce qu’ils ont 1000 visiteurs par jours et considèrent cette popularité comme une reconnaissance naturelle de leur immense talent de la vie.

Je me voyais un peu comme Karaba la sorcière.  Eructer sur les gentils villageois, aller y foutre le feu une fois de temps en temps pour rappeler ma présence. Et surtout être MECHANTE. Il faut des méchants dans les mondes imaginaires comme celui qui se construit sur les blogs. Des « trolls » qui viennent insulter les icônes, des persifleurs qui viennent instiller le doute sur la moralité des bisounours. Même dans Oui-Oui, il y a des méchants.

Est ce que je suis rattrapée par ma vraie nature de bisounours? Est ce que le mythe de la Bad Blogueuse est aussi creux que celui des « sisters »? Est ce que Kirikou m’a retiré mon épine?

Ce soir, je me suis extasiée devant mes enfants, et leur instinct de la musique.

Une petite impro jazzy à quatre mains:

 

 

 

Et une jeune fille qui déchiffre (première lecture) l’Avé Maria de Gounod sans avoir jamais pris un cours de piano…

 

 

J’avais déjà un potentiel Guimauve au bisounours au plafond, et j’ai ouvert mon courrier.

Deux enveloppes pour moi, qui ne ressemblent même pas à une facture EDF ou une lettre d’amour de la Police nationale pour me dire que je suis une grande délinquante routière. (54km/h. C’est mal.)

facteur

Dans l’une, des patrons que j’ai commandé, certes, mais je n’imaginais pas qu’ils seraient aussi chouettes.

valantoine 1

Zieute un peu…. Ils sont DÉCOUPÉS!!!!!!!!!

valantoine2

Pour les commander, c’est , vazy, fonce! (heu, je ne suis pas sponsorisée, hein. Bisounours, mais pas vendue, non plus!!!!)

Et enfin…

porte clés

Elina, juste comme ça, m’envoie ce petit porte clé de  petite violoniste bleue … Évidemment, j’ai bien failli me le faire piquer par sa grande sœur, mais j’ai réussi à le garder en lui disant que comme ça je l’aurai toujours un peu avec moi.

Je vais faire une overdose de bon sentiments. C’est carrément addictif ces petites douceurs. C’est pas bien ce que vous faites les filles.

Share Button